S’approprier une cité* Michelin : les évolutions de Chanturgue

* Traditionnellement, le terme de « cité » employé à Clermont-Ferrand pour l’habitat de l’entreprise Michelin s’applique tout autant aux quartiers de maisons ouvrières qu’aux maisons elles-mêmes.

 

 

Ill. 1. Le coteau de Chanturgue dominant l’usine de Cataroux et le centre ancien de Montferrand- Phot. Jean-Michel Périn © Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, ADAGP – 2016

 

     Les cités ouvrières de la Manufacture Michelin font intégralement partie du paysage clermontois et, malgré leur apparence bien spécifique, ont fini par se fondre dans le tissu urbain, englobées par les développements successifs de la ville ayant atteint les zones périphériques horticoles ou agricoles où elles s’étaient implantées.
L’édification de ces maisons d’ouvriers – et dans une moindre mesure, d’employés et d’ingénieurs de la firme – représente une séquence importante de l’histoire de la ville et de son industrie principale, la fabrication de pneumatiques. Depuis les premières décennies du XXe siècle, date, pour une grande part, de leur mise en œuvre, ces ensembles ont pourtant évolué, quand ils n’ont pas tout simplement été détruits, pour être parfois remplacés – jusque dans les années 1980 – par d’autres habitations « Michelin » plus modernes. Le rôle de témoin des ensembles d’origine encore en place est donc d’autant plus essentiel qu’il est fragile. Paradoxalement, ce sont les cités ayant eu la possibilité de se transformer qui ont été le mieux préservées.
Cet article s’intéresse à l’évolution des cités Michelin à travers l’exemple des variations appliquées aux maisons individuelles de l’ancien quartier ouvrier de Chanturgue dans sa partie haute. Ces habitations, installées sur les pentes, dominent au nord l’usine Michelin de Cataroux, l’un des plus anciens sites industriels de la Manufacture. Quelles ont été les modifications apportées au modèle d’origine ?

 

Ill. 2 . Usine de Cataroux au pied de Chanturgue – Phot. Franck Trabouillet © Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, ADAGP – 2018

 

La politique d’édification d’un habitat ouvrier par l’entreprise Michelin, inspirée des « cités-jardins » des régions de l’Est ou du Nord de la France ou, à l’étranger, de l’Angleterre ou de la Hollande en particulier, démarre au début du XXe siècle, en 1909 (les deux frères Michelin avaient repris – et relancé – l’entreprise familiale une vingtaine d’années plus tôt). Il s’agit de rapprocher lieu de vie et lieu de travail de l’ouvrier, tout en lui offrant des conditions d’habitat plus décentes et bien souvent plus modernes et plus abordables que dans le reste de la ville, et de « l’attacher » ainsi à l’entreprise : un contrat « gagnant-gagnant » en quelque sorte, où toutes les infrastructures nécessaires au quotidien ont été pensées et installées par la Manufacture (écoles, coopératives d’approvisionnement « Socap », terrains de sport, églises, clinique et maternité, …). Une « ville dans la ville » souvent décrite par ailleurs, à ceci près qu’en étaient exclus tous les espaces urbains d’une véritable agglomération, comme les places, parcs et autres lieux de rencontres ou de rassemblement possibles.
De plus, le site particulier de la cité de Chanturgue, en partie installée sur les pentes d’un ancien coteau viticole, en a fait un quartier un peu coupé du reste de la ville et des aménagements Michelin situés en bas de pente, comme la Socap du 1er Mai, l’école de Chanteranne ou le stade. Proche de l’usine de Cataroux à vol d’oiseau, il présentait dans les faits, dès l’origine, un accès relativement difficile, assez rude pour les ouvriers, ménagères et écoliers qui devaient se déplacer à pied…

 

Ill. 3 & 4. À gauche : la ville de Clermont et les cheminées de l’usine de Cataroux depuis la cité de Chanturgue. À droite : une rue en escalier et la perspective sur la ville – Phot. Christian Parisey © Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, ADAGP – 2019

 

Cependant, Chanturgue présente bien tous les aspects d’une cité-type Michelin : rationalité de l’implantation et orientation optimisée en fonction du site (en raison de la pente, les murs mitoyens coupent les maisons doubles en deux parties est et ouest, plutôt que nord et sud, pour éviter une dissymétrie peu pratique et peu équitable des logements : ainsi toutes les habitations profitent-elles d’une double orientation approximativement nord-sud)1, uniformisation toute géométrique des habitations, ainsi que sobriété (austérité ?) des constructions. Edouard Michelin n’écrit-il pas en 1927 :

« Nous tendons vers le loyer le plus bas possible, donc à la construction la plus économique avec cependant tout le confort nécessaire. Pas d’art, pas de luxe, surtout pas de luxe extérieur. La maison n’est pas faite pour le passant. Elle est faite pour celui qui y vit » 

Livre d’or de l’industrie du caoutchouc, cité par LAMY, Christian, FORNARO, Jean-Pierre. “Michelin-Ville. Le logement ouvrier de l’entreprise Michelin.” Nonette : Éditions Créer, 1990, p. 58

L’objectif assumé étant de donner un cadre de vie fonctionnel et hygiéniste aux ouvriers – et à leur famille, puisque les cités sont exclusivement réservées aux couples avec enfants ; des logements collectifs ont été construits par ailleurs pour les célibataires. Et de fait, l’habitation est conçue pour faciliter les tâches de la mère de famille dont le rôle est limité à la bonne marche du ménage :

« La maison est étudiée dans l’intérêt de la ménagère […] C’est son atelier à elle. Donc les pièces seront suffisamment grandes mais ne le seront pas trop : il faut éviter un nettoyage fatiguant. »

Ibidem, p. 58

Le jardin (potager car purement utilitaire) est là pour être cultivé par le père, comme un des exutoires proposés au travail de l’usine et comme source d’approvisionnement en fruits et légumes ; il sert aussi de terrain de jeu sûr pour les enfants.

Toutes les valeurs attachées depuis toujours à la famille Michelin se retrouvent ainsi dans la mise en œuvre des habitations ouvrières : rigueur, modestie, sens du devoir et de l’économie … et partage de l’esprit de corps de l’entreprise par tous les ouvriers, favorisé sans doute par cet entre-soi égalitaire des cités (et, dans le cas des « Castors »2, par la mise en commun du travail de construction).

 

Chanturgue : quelques repères historiques

     Au cours de la décennie 1920, la cité de Chanturgue est réalisée à partir de deux types d’habitations, les types O et T, selon la terminologie Michelin (cf. infra) : en 1924-1926, une douzaine de maisons quadruples de type O et plus ou moins 80 maisons doubles de type T sont édifiées en l’espace de deux années. Ces modèles n’ont pas été réservés exclusivement au lieu, même s’ils s’adaptent bien à la topographie particulière du site ; des maisons de type T ont été construites également, à la même époque, dans deux autres cités de Clermont-Ferrand, Clos-Chanturgue et Lachaux. Le type O, quant à lui, a été mis en œuvre dans au moins sept autres cités, toujours dans les années 1920.
     Puis, dans les années 1956-1960, des constructions en bandes et des immeubles collectifs font leur apparition au sud du site. Ces constructions ont été conservées à peu près dans leur état d’origine.
     À partir de 1987, les « cités » de Chanturgue sont mises en vente par Michelin et leur rénovation débute en vue de la vente (dès 1985, sur l’ensemble des cités concernées dans tout Clermont, chaque année quelque 250 logements ont fait l’objet d’une rénovation).
     Enfin, dans les années 1990-2000 et au-delà, les nouveaux acquéreurs s’approprient leurs logements ; on assiste alors au phénomène des extensions et transformations à l’intérieur de la cité.

 

Chanturgue : les modèles d’habitation

      Le type O correspond chronologiquement aux premières constructions de la deuxième génération d’habitations conçues par la Manufacture Michelin, dès le début des années 1920.
Les habitations de ce type regroupent quatre logements identiques (un à chaque angle du bâtiment), dans lesquels la distribution se fait par demi-étages décalés de part et d’autre d’un escalier central. Il est plutôt utilisé, ici, dans la zone de moindre pente de la cité, au sud, désormais coupée (depuis 1995-1996) de sa partie nord par le boulevard Daniel-Mayer, mais a connu une grande fortune constructive, puisqu’on le retrouve à près de 300 exemplaires au total (il constitue par exemple la presque totalité des cités de la Raye-Dieu et de l’Oradou). Plus aucun bâtiment de ce type n’existe à Chanturgue nord : les trois derniers bâtiments de quatre logements ont été détruits en 2016-2017. Au sud du boulevard, seuls deux exemplaires, transformés, sont encore préservés à ce jour.

Ill. 5. Emprise générale de la cité de Chanturgue : en rouge, les habitations d’origine de type O – Carte Guylaine Beauparland-Dupuy © Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, ADAGP – 2019

 

Ill. 6. Une habitation de type O dans la cité de Lachaux, à Clermont-Ferrand – Phot. Christian Parisey © Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, ADAGP – 2019

 

    

 

Les petites maisons de type T, construites également à Chanturgue entre 1924 et 1926, ont en revanche été conservées ici dans leur grande majorité. Toute la partie nord de la cité, à flanc de coteau, est réservée à ce modèle. Cette zone bien délimitée est l’objet principal de cet article, car sa préservation s’est faite essentiellement grâce aux possibilités d’évolution qui ont incité les habitants à rester sur place, dans leur logement d’origine « amélioré ».
Le type T, créé pour être implanté sur des pentes, est donc particulièrement adapté à ce site : le dénivelé des cotes de Chanturgue (dans la zone haute la plus bâtie qui concerne l’étude), atteint un maximum de 33% de dénivelé, mais la déclivité moyenne y est d’environ 15%.
On trouve ce modèle de maison dans deux autres cités seulement, Clos-Chanturgue et Lachaux, là encore type le mieux adapté à ces terrains pentus.

 

Ill. 7. Données cartographiques Géoportail © IGN

Ill. 8. Habitations de type T au nord de la cité : implantations d’origine – Carte Guylaine Beauparland-Dupuy © Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, ADAGP – 2019

Selon la description faite par Christian Lamy et Jean-Pierre Fornaro dans leur étude sur le logement ouvrier Michelin,

« ce type de bâtiment se caractérise d’abord par une surface au sol restreinte et compacte facilitant son implantation sur des terrains pentus. Chacun des deux logements que contient le bâtiment se développe donc en hauteur sur trois niveaux. Le niveau bas est encastré dans la pente du terrain, totalement enterré vers le haut de la pente, totalement dégagé vers le bas. Ainsi, chaque logement dispose de deux accès distincts. »

LAMY, Christian, FORNARO, Jean-Pierre. Op. cit., p. 72

Ill. 9. Schémas d’organisation d’une maison de type T – Dess. Guylaine Beauparland-Dupuy © Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, ADAGP – 2019

     L’étage de soubassement reçoit la cave, couverte de petits entrevous de briques, ainsi qu’une buanderie-salle d’eau. Une porte ouvre directement sur le jardin. Au niveau immédiatement supérieur, qui correspond au rez-de-chaussée pour l’accès nord (en haut de la pente, donc), se trouve la cuisine, par laquelle on entre depuis l’extérieur. Elle communique directement avec une deuxième pièce, désignée comme chambre à l’origine, mais qui a vraisemblablement été utilisée aussi comme salon ou petite salle à manger. Enfin, deux chambres occupent le 1er étage (c’est-à-dire le 3e niveau général), ouvrant l’une au sud, l’autre sur le côté (est ou ouest selon les cas). À l’origine, les combles des maisons de type T n’ont pas été prévus pour être aménagés et ne sont pas encore individualisés.3

     Le jardin est accessible par l’étage de soubassement ; chaque maison (ou demi-module) a le sien4, prévu à l’origine pour être cultivé par des ouvriers d’origine campagnarde et donc en mesure, dans l’absolu, d’en retirer de quoi nourrir leur famille. Si les maisons sont strictement similaires dans leur état primitif, les jardins de Chanturgue présentent des différences de tracé et de superficie ; les surfaces5 comptent en moyenne 240 m², globalement bien en deçà des 400 m² de chaque jardin de la cité de La Plaine ; elles oscillent grosso modo entre 175 m² et, pour l’une des plus importantes, 470 m².

     Remarquons en effet que le site de Chanturgue se démarque de la plupart des autres cités Michelin par l’irrégularité et l’inégalité de surface de ses parcelles. Cela est essentiellement dû, peut-on supposer, au relief et aux accidents du terrain, tant l’organisation géométrique fait habituellement partie de l’essence même des cités. Le tracé de la voirie joue également un rôle dans l’organisation des maisons et y apporte quelques variantes : de part et d’autre d’une voie rectiligne nord-sud partageant en deux le lotissement en suivant la déclivité, deux rues en zigzag, en travers de la pente, distribuent l’ensemble des maisons. Il en découle une desserte légèrement différente selon que les habitations sont longées par une voie au nord, au sud ou sont implantées entre deux rues. Selon les cas, l’entrée principale – sur les deux existantes – se fait donc par l’accès nord (côté cuisine) ou par l’accès sud à l’étage de soubassement (côté buanderie et cave, ou indifféremment semble-t-il des deux côtés, dans de très rares cas. On peut d’ores et déjà noter que les remaniements ont eu relativement peu d’influence sur ces modes d’accès, les ajouts ayant parfois déplacé l’entrée dans la partie neuve, mais pas son orientation principale.

 

Ill. 10. Schéma de l’orientation des entrées principales s’appuyant sur les adresses officielles (et l’emplacement des boîtes aux lettres) – Carte Guylaine Beauparland-Dupuy © Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, ADAGP – 2019

 

Ill. 11 & 12.. À gauche : élévations sud des maisons de type T. À droite : une maison de type T vue du sud-est – Phot. Christian Parisey © Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, ADAGP – 2019

 

Chanturgue, les remaniements

     Les agrandissements constatés, tous plus ou moins réalisés depuis 1987, relèvent parfois de l’accumulation chaotique d’espaces annexes.
L’aspect d’origine du bâti, marqué par une régularité toute géométrique, a été complètement « chahuté » après ces vagues de remaniements : à l’origine chaque ensemble était constitué de deux propriétés réunies sous l’apparence d’une maison unique. Mais en cas d’agrandissements non concertés, il y a rupture de la symétrie, chaque propriétaire agençant ses travaux de son côté, d’où parfois des collages assez improbables…
Ces aménagements ultérieurs, que l’on constate aisément sur les hauteurs de la cité de Chanturgue, se rencontrent aussi dans d’autres cités de Clermont, dès lors que les occupants sont devenus propriétaires et ont pu s’affranchir des normes Michelin d’origine ; c’est un constat que l’on peut faire à plus grande échelle dans la cité de La Plaine, au nord de Montferrand.6

     Les différentes sortes d’ajouts à l’habitation « de base » vont de la simple véranda au doublement de surface, en passant par les petites annexes.

 

Ill. 13. Ajouts apportés aux habitations d’origine – Carte Guylaine Beauparland-Dupuy © Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, ADAGP – 2019

 

     Une des interventions notables opérée par de nombreux habitants et réalisée avant toute autre semble-t-il (peut-être en accord avec la Manufacture qui aurait validé cette transformation ?), pourrait témoigner d’une amélioration structurelle qui s’est imposé d’elle-même. Elle a consisté en la fermeture de l’accès à la cave : la cage d’escalier, ouverte à l’origine sur l’extérieur et seulement délimitée par un muret bas, a été totalement cloisonnée par la surélévation de ce muret. L’accès à l’étage inférieur se fait ainsi sans sortir de la maison et l’isolation thermique côté nord s’en trouve renforcée.

 

Ill. 14 & 15. À gauche : petit sas d’entrée créé par la clôture de la cage d’escalier. Au fond, la porte d’entrée d’origine, à droite, le départ de l’escalier – Phot. Christian Parisey © Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, ADAGP, 2019. À droite : on voit ici, sur le côté droit de l’escalier descendant à l’étage de soubassement, le débord du muret d’origine et sa surélévation plus étroite. Phot. Brigitte Ceroni, 2019

 

Cela forme une modeste avancée en appentis, d’un niveau, sur un grand nombre de façades nord et constitue, de fait, un sas d’entrée à l’avant de la pièce principale. Il est à noter que pour un certain nombre de maisons, ce remaniement a été fait de façon symétrique et harmonisée sur les deux parties appartenant à des occupants différents, mais ce n’est pas toujours le cas.
Ce type d’ajout modifie assez peu la maison de base et pourrait presque avoir fait partie du modèle d’origine ou être l’une de ses variations programmées. Il est présent dans 58,7 % des cas (soit sur 88 parcelles parmi les 150 encore bâties – 75 maisons doubles -) et peut-être même davantage, car des travaux d’agrandissement plus importants ont pu venir le masquer a posteriori.

Ill. 16. Exemple d’élévation nord avec double appentis venant fermer les deux cages d’escaliers d’accès aux étages de soubassement – Phot. Christian Parisey © Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, ADAGP – 2019

      Un autre type d’intervention un peu plus conséquent est l’ajout d’un balcon, d’une terrasse ou encore d’une véranda. Là, l’extension n’est généralement pas harmonisée avec d’éventuels travaux effectués sur la maison mitoyenne, ce qui implique une dissymétrie et donc un déséquilibre dans l’aspect général de la maison double lorsque cet ajout intervient en pignon. L’agrandissement se fait souvent sur l’élévation sud, au plus bas de la pente, mais aussi sur le côté, est ou ouest, ce qui laisse entière latitude au propriétaire d’étendre ou non la terrasse sur toute la longueur de l’élévation.

Contrairement à la fermeture de la cage d’escalier de la cave, qui n’empiète pas sur le terrain de la propriété puisque l’emplacement est déjà occupé par la descente d’escalier, la construction d’une terrasse se fait au détriment d’une portion du jardin entourant la parcelle bâtie. La plupart du temps située au niveau du rez-de-chaussée surélevé et des pièces principales (au 1er niveau de la maison côté sud), elle doit s’appuyer sur un niveau de soubassement : parfois simples pilotis, ou encore niveau de garage accessible par le bas de la pente. Elle peut être de tailles et de styles très divers. 46,7 % des habitations ont opté pour ce type d’extensions (soit 70 cas sur 150).

Ill. 17 à 20. Ajouts de vérandas côté sud, sur pilotis ou pièces d’appoint et ajout d’une terrasse sur étage de soubassement, côté est – Phot. Christian Parisey © Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, ADAGP – 2019

 






    Peu visible de l’extérieur mais agrandissement d’une certaine importance, l’aménagement des combles a été repéré dans au moins un cas de figure : cette transformation se concrétise essentiellement par le percement désaxé (partage en deux propriétés oblige) d’un oculus en pignon, sous le débord de toiture et, moins visible, par l’ajout de verrières en toiture.

Ill. 21. Comble aménagé éclairé par un oculus (maison “ouest”) – Phot. Christian Parisey © Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, ADAGP – 2019

 

     L’agrandissement au détriment d’une grande partie du jardin est le cas de figure le plus extrême rencontré dans la cité. Il ne s’agit plus de l’ajout d’annexes, mais véritablement d’une extension de la maison, dont la surface se trouve, dans certains cas, plus que doublée.
L’évolution des modes de vie et l’apparition de nouveaux besoins en termes de surface (importance prise par le salon-salle à manger, augmentation de la taille des salles de bains, besoin de chambres supplémentaires ou nécessité d’un garage plus important pour une deuxième voiture, …) expliquent en grande partie la multiplication des constructions accolées aux modestes maisons d’origine des années 1920. Il s’agit aussi manifestement d’une élévation du niveau de vie des occupants de ces maisons.
Certains propriétaires ont annexé l’essentiel du terrain jusqu’à la rue, sacrifiant dans l’opération l’arbre fruitier (cerisier, souvent) fourni par la Manufacture et dont la plantation devait se faire à « l’avant » de la maison, manifestement dans un souci d’agrémenter le bord des voies desservant la cité. Dans ce cas, l’essentiel du jardin installé à l’opposé peut être conservé.

Ill. 22 à 24. À gauche : agrandissements sur l’élévation est. Au centre : deux agrandissements voisins, dissymétriques, côté nord. À droite : ajouts accolés sur l’élévation nord, harmonisés entre les deux propriétés – Phot. Christian Parisey © Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, ADAGP – 2019

 

     Mais les agrandissements peuvent être encore plus imposants et utiliser sur plusieurs côtés la surface disponible autour de la maison. Dans ce cas, la lisibilité de l’organisation parcellaire se brouille : sur plan ou in situ, le rythme des alignements bien ordonnés de maisonnettes, si sensible à l’origine, devient plus confus. Ces cas de quasi-reconstruction sont au nombre de 56 (sur 150) et représentent donc 37,3 % de l’ensemble ; sans être majoritaires, ils sont suffisamment nombreux et visibles pour donner un tout autre aspect à la cité.

 

 

Ill. 25. Extrait cadastral après remaniements : dans cette zone, les parcelles d’origine sont désormais difficilement repérables de prime abord – OpenStreetMap © IGN

 

Ill. 26 à 28. Trois exemples d’importantes extensions de la maison d’origine (ajouts sur un ou plusieurs côtés) – Phot. Christian Parisey © Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, ADAGP – 2019

 

Enfin, on peut trouver dans les hauts de Chanturgue un autre mode de transformation et d’agrandissement : le regroupement de deux maisons accolées en une seule propriété (mais seules trois occurrences ont été repérées a priori). Le petit nombre de ces regroupements, qui représentent pourtant une solution logique pour doubler sans trop de difficultés la surface habitable par un réagencement intérieur seul, est dû au fait qu’au moment de la vente par Michelin, chaque locataire n’avait d’autre possibilité que de racheter son propre lot. Ce sont donc vraisemblablement des transactions ultérieures qui ont permis à certains cette fusion de deux maisons en une seule.

 

Ill. 29. Regroupement de deux maisons en une seule propriété : une des deux buanderies-salles d’eau de l’étage de soubassement a été transformée en garage, le portail de celui-ci venant remplacer la 2e porte d’entrée et la fenêtre du niveau bas – Phot. Christian Parisey © Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, ADAGP – 2019

 

     Il n’y a pas eu à Chanturgue de démolitions d’anciennes maisons doubles en vue de reconstruire deux maisons indépendantes, sans mitoyenneté, au milieu de chacune des deux parcelles d’origine (selon un agencement de type « lotissement » plus recherché de nos jours). Le cas semble assez rare (il nécessite évidemment une entente entre les différents propriétaires et une surface de terrain un peu plus importante) mais il a cependant été repéré ailleurs, à La Plaine en particulier.

À Chanturgue, seuls cinq exemplaires de maisons de type T, dans la partie sud-est (au bas de la cité et en bordure nord du boulevard Daniel-Mayer), ont été démolies mais non remplacées, si ce n’est par un garage dans l’un des cas.

     Notons, pour terminer, que la cartographie des dates de modifications des maisons de Chanturgue ne permet pas de conclure à des périodes propices à tel ou tel type de travaux d’agrandissement. Seule peut-être la fermeture de l’escalier extérieur côté nord a pu constituer un fait récurrent sur une période relativement courte (mais le manque de dates précises empêche toute conclusion). Le phénomène reste donc manifestement lié à des raisons individuelles d’ordre privé chez les différents propriétaires, même s’il n’est pas à exclure que pour leurs projets d’aménagements, les uns se soient inspirés des idées des autres, dans un même élan.

 

Conclusion

     Ces multiples transformations imaginées par les propriétaires des anciennes « cités » concernent donc un pourcentage important de l’ensemble de l’habitat de Chanturgue, puisque tous ajouts confondus, quasiment toutes les habitations ont été peu ou prou retouchées à ce jour (91,3 % de cas recensés) et sachant que des travaux continuent encore à être mis en œuvre. Avec presque 59% de cas, l’ajout des appentis venant clore les cages d’escaliers extérieurs est cependant le plus répandu et celui ayant le moins d’impact visuel, ce qui contribue à préserver un peu l’unité d’origine. Les grandes transformations, plus repérables, sont aussi les moins nombreuses tout en représentant quand même plus du tiers du corpus. L’évolution morphologique de la cité a finalement permis la préservation de la mémoire de cet habitat ouvrier, en évitant les destructions-reconstructions mises en œuvre dans d’autres cités Michelin autour de Clermont.

     Toutefois, la vision de la cité s’en trouve modifiée. Selon la distance du point de vue, l’aspect répétitif habituel à ce type de lotissement s’estompe : de loin, le côté géométrique de l’organisation, avec tous ces pignons semblables tournés vers le sud, est encore sensible et la distance gomme la perception des ajouts au sol. Depuis les rues de la cité, en revanche, l’homogénéité s’efface devant les nouvelles constructions accolées aux maisons des années 1920, au point d’en rendre parfois la structure d’origine peu perceptible.7

Ill. 30. La cité étagée sur les Côtes de Chanturgue, depuis le sud – Phot. Christian Parisey © Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, ADAGP – 2019

 

     Par ailleurs, les années 2010 ont vu l’apparition d’un nouveau phénomène, celui d’une «gentrification» aux marges du quartier. Les abords de la cité de Chanturgue (du côté est essentiellement, à proximité des anciennes vignes du coteau replantées au cours des dernières années) ont été investis par de grandes villas, luxueuses pour certaines, implantées là vraisemblablement pour le calme et la vue exceptionnelle sur la ville. Elles ne font encore que côtoyer l’ancien habitat ouvrier, mais refaçonnent déjà partiellement l’image du lieu.

 

Brigitte Ceroni, Inventaire général du patrimoine culturel, Région Auvergne-Rhône-Alpes

 

Pour citer cet article

CERONI, Brigitte. << S’approprier une cité Michelin : les évolutions de Chanturgue >>.  Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes et Auvergne [en ligne], 13 novembre 2019. URL  https://inventaire-rra.hypotheses.org/5031

______________________________________________________________________________
Notes
  1. Dans la plupart des autres cités Michelin, où les maisons sont plutôt adaptées aux terrains plats (habitations quadruples de types U, O, etc.), les façades des habitations sont orientées est et ouest pour qu’il n’y ait pas 50 % de logements tournés vers le nord. []
  2. Les « Castors », sont des groupements d’ouvriers édifiant ensemble (avec un encadrement technique et administratif fourni par l’entreprise) les habitations dont ils seront in fine propriétaires, les heures de travail passées sur le chantier étant déduites du coût de la maison. Les premiers « Castors » Michelin apparaissent en 1952 lors de la construction de la cité de Rochefeuille. []
  3. Ce n’est que lors de la rénovation-vente des années 1980 que les combles seront divisés en deux et recevront une isolation. []
  4. La séparation entre deux jardins voisins, simple grillage à l’origine, est aujourd’hui marquée le plus souvent par des haies, des murets, ou d’autres types de clôtures plus occultants. []
  5. Ce sont les surfaces approximatives des jardins d’origine. Des garages sont souvent venus s’implanter ultérieurement, dans le jardin à proximité de l’entrée principale ou parfois en bas de pente, semi-enterrés dans le talus de soutènement. []
  6. Voir SEMMOUD, Nora. « Les mutations socio-spatiales d’une ancienne cité ouvrière Michelin (La Plaine à Clermont-Ferrand) » [en ligne], in « Cahiers de géographie du Québec », Département de géographie de l’Université Laval, 2008, 52 (146). []
  7. Un règlement de type copropriété permettrait sans doute une harmonisation de ces transformations en établissant certaines normes pour les propriétaires désireux d’effectuer des travaux visibles depuis l’espace urbain ; mais une telle mise en œuvre nécessite la présence dans la cité d’un minimum d’espaces publics communs. Voir à ce sujet l’exemple de la cité Tase à Vaulx-en-Velin (69) : Nadine Halitim-Dubois : Cité ouvrière dite cité Tase, 2007. URL : https://patrimoine.auvergnerhonealpes.fr/dossier/cite-ouvriere-dite-cite-de-la-soie-ou-cite-tase-petite-cite-grande-cite-hotel-jeanne-d-arc-dite-maison-de-famille-parc/1d0ad112-3514-43bd-83fe-c514797fe8df

     

    []


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.