Sur les pas de Bénédicte Renaud-Morand à Clermont-Ferrand

Texte repris et commenté de la visite présentée lors de la rencontre de l’Association des personnels de l’Inventaire général (APIG) des 4, 5 et 6 octobre 2019

Cet écrit est construit sous la forme d’un dialogue. Le texte est entrecoupé par les propos de B. Renaud-Morand, tenus au cours de sa visite. Ils apparaissent ici sous la forme de citation, à la typographie aisément distinguable. Le style en est volontairement oral. Les références aux publications de B. Renaud-Morand se trouve dans le texte ou en note1.

Bénédicte Renaud-Morand, conservatrice en chef du patrimoine et chercheuse à l’Inventaire, commence sa visite de la ville de Clermont-Ferrand par cette introduction :

Les membres de l’APIG venus à la visite de Riom en 1997, pourront constater à quel point cette visite de Clermont en diffère, cela parce que mon approche de Clermont a été toute différente : à Riom, l’étude du centre ancien, effectuée parcelle par parcelle, m’a demandé huit ans de travail ; la ville de Clermont, en revanche, faisait partie d’un corpus ou d’une famille de quatre-vingt-onze villes repérées, que j’avais à évoquer dans une étude étendue à l’ensemble de l’Auvergne et qui ne devait pas excéder quatre ans. L’approche de ces quatre-vingt-onze villes, dans une fourchette chronologique allant du milieu du XVIIIe siècle aux années 1960, cadre imposé d’une part par la documentation disponible, d’autre part par le changement radical de cap en matière urbaine dans la seconde moitié du XXe siècle, ne pouvait être que beaucoup plus fragmentaire que ne l’était celle du centre de Riom, ce qui impliquait de la problématiser autour d’un choix de questions. Il en a résulté trois dossiers 2 : Présentation de l’opération villes en Auvergne3, présentation de l’aire d’étude, baptisé « L’Auvergne des Villes »4, et un dossier collectif dans lequel est opéré une comparaison des villes en fonction des phénomènes urbains observés sur le terrain, de leurs récurrences et singularités5, auxquels s’ajoutent un numéro de la collection des « Cahiers du Patrimoine » : Les villes en Auvergne, fragments choisis, et trois articles publiés sur internet : Placer la première loi de planification urbaine (1919-1924) dans la réflexion actuelle : le cas de l’Auvergne ; Un projet d’aménagement urbain méconnu (Clermont-Ferrand, 1944) et Formes urbaines dans le Cantal, morceaux choisis des structures urbaines dans le Cantal par Fanny Boutes.6

Au fil de son parcours, Bénédicte évoque l’étude sur le ferroviaire, menée en collaboration avec Brigitte Ceroni et Maryse Durin-Tercelin, qui s’est achevée en 2016. Elle intègre également à sa présentation des considérations sur l’étude en cours consacrée aux lycées, menée conjointement avec Catherine Guégan. Nous voici dans la pleine expression de la spécificité de ces visites de l’APIG : non une description et une mise en contexte historique des monuments emblématiques d’une ville, telle que pourrait les faire un guide conférencier, mais l’exposé de la démarche d’un chercheur de l’Inventaire pour qui la forme architecturale, en tant qu’elle s’inscrit dans un réseau de relations, constituant le fait urbain en l’occurrence, est signifiante par elle-même. C’est dans cette optique que nous reproduisons le propos que Bénédicte nous livre à chaque étape de cette visite.
De l’article consacré au projet inabouti de déplacement de l’Hôtel de ville à celui sur la loi Cornudet7, nous assistons au déploiement d’une pensée, donnant sa pleine et entière mesure dans l’ouvrage Les villes en Auvergne. Au cours de cette visite, nous allons, avec Bénédicte Renaud-Morand, « prendre au sérieux le paysage urbain » en appliquant la démarche du chercheur qui, loin de le considérer selon l’aspect panoramique et abstrait des cartes et plans, plaçant le regard en une extériorité dominante, le saisit comme « succession des différents points de vue du piéton ». La production d’écrits s’enracine par conséquent dans une pratique du terrain nourrie par la consultation des archives et de nombreuses lectures critiques. Ainsi se construit le dialogue entre l’observation in situ, que nous pratiquons là, et l’établissement d’hypothèses par l’introduction d’un contexte historique et social. C’est ce double mouvement nécessaire à l’élaboration de la recherche que nous allons essayer de restituer par le biais du récit de cette visite dans Clermont-Ferrand.

Ill. 2. Parcours de la visite. Carte Guylaine Beauparland-Dupuy © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP – 2019

 

Sur l’esplanade de la gare, ou square de la Jeune Résistance (Ill. 2, point n°1)

 

L’emplacement de la gare

Partant du parvis de la gare, nous remontons l’avenue de l’Union-Soviétique, sans marquer d’arrêt devant la gare proprement dite. Ce qui pourrait apparaître comme une marque d’indifférence à l’égard de cet édifice se justifie par les atermoiements qui présidèrent au choix de son emplacement, hésitations qui se concrétisent finalement dans la maladresse par laquelle ce bâtiment, traditionnellement identifié comme une porte de la ville, se raccorde de nos jours encore au tissu urbain. Cela nous est décrit par notre guide dans le square de la gare, plus précisément nommé « de la Jeune Résistance ».

Au cours de l’enquête sur les villes en Auvergne, les choix d’emplacement des différents édifices et équipements publics m’ont intéressée car ils donnaient lieu à de vifs et longs débats au sein des conseils municipaux. Ils n’ont rien d’anodin et c’est souvent à cette occasion que les idées sur la ville trouvent à s’exprimer.
L’emplacement de la gare, inaugurée en 1855, est le résultat d’un compromis entre d’une part les commerçants et plus globalement les habitants et d’autre part la compagnie ferroviaire et l’État, les uns la voulant la plus proche du centre, les autres la plus éloignée pour les facilités d’implantation et la plus faible valeur des terrains. Le compromis obtenu par les conseillers municipaux, l’établit à 1100 m du centre (ici de la mairie). A titre de comparaison, Montpellier reste la championne avec seulement 350 m entre la gare et la place de la Comédie, Bordeaux se place en 20e position avec une gare installée à plus de 2 km du centre-ville.
À Clermont, l’emplacement prévu à l’origine reposait sur le fait qu’elle devait être une gare terminus et se présenter à l’aboutissement de trois voies en éventail mais le projet ferroviaire initial est modifié : les voies ferrées doivent finalement pouvoir se poursuivre vers le sud. La gare subit par conséquent un glissement vers l’est, sans que le schéma de voirie ne soit modifié. On se retrouve donc avec une gare qui ne s’inscrit pas dans un fond de perspective, comme cela était prévu à l’origine et comme on l’observe la plupart du temps à cette époque. Pour opérer une comparaison régionale, nous sommes à l’inverse du cas de Vichy où l’ensemble du réseau de voirie, planifié en 1858, était conditionné par l’emplacement de la gare. Ce plan sera cependant déclaré obsolète en 1938, lors de l’élaboration du PAEE8, à l’heure où l’automobile a détrôné le chemin de fer. C’est un phénomène que nous avons observé lors de notre étude sur le ferroviaire puisque la date de 1935 est celle à laquelle, dans la collection des Guides bleus, les parcours ferroviaires, offrant une source d’analyse des paysages considérés comme attractifs, sont abandonnés au profit des parcours automobiles.

De fait, il nous faut bien constater le flot de circulation empruntant l’artère longeant la gare. Nous nous trouvons face à l’aboutissement de trois avenues (de Grande-Bretagne, d’Italie et d’Union-Soviétique) constituant les branches de l’éventail décrit par Bénédicte. Sur le parvis de la gare actuelle, il aurait suffi d’une légère attention à l’espace urbain pour que soit perceptible l’effet de fermeture dû à l’infléchissement vers le nord-ouest des principales voies reliant le centre-ville. La gare, telle qu’elle est placée, est desservie par des artères qui, contrairement aux larges perspectives aboutissant à l’Esplanade de la gare correspondant au projet d’implantation initial (cf. ill. 3), forment l’image de ce même éventail en grande partie replié ou, plus exactement, d’une sorte de trident résolument tourné vers la place Delille. Cette dernière, implantée au pied de la butte de Clermont, devient de ce fait la porte d’entrée de la ville depuis la gare. Le projet de percement d’une rue visible sur le plan Cornudet de 1925 devait parfaire ce dispositif puisque, s’inscrivant en un mouvement parallèle à celui de l’avenue Charras, elle aurait relié la place Delille à l’avenue de l’Union-Soviétique en prolongeant les deux extrémités de la rue d’Alsace.

Ill. 3. Les voies de desserte prévues et réalisées de la gare. Carte Guylaine Beauparland-Dupuy © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP – 2019

 

La seule rue orientée à l’est, débouchant sur l’avenue de la République, est relativement étroite, à caractère résidentiel et dépourvue de commerces ; elle aboutissait autrefois à une usine à gaz. Elle illustre le manque de liaison entre la gare et le quartier de « l’entre-deux-villes » s’étendant entre Clermont et Montferrand. Le rassemblement effectif des deux cœurs urbains au XVIIIe siècle, qui fait de l’espace compris entre eux le centre géographique de l’agglomération ainsi constituée, ne s’est, on le voit par-là de nouveau, jamais réellement réalisé. L’emplacement de la gare, s’il avait été pensé dans l’optique d’ouvrir à un ensemble urbain constitué à parts égales par Clermont et Montferrand, aurait pu devenir le point d’entrée de cette métropole. Il est intéressant de noter l’emplacement attribué à la gare sur la carte d’Etat-Major (1820-1866).

Ill. 4. Carte d’Etat-Major avec indication de la station de chemin de fer et du quartier de « l’entre-deux-villes » © fond de plan IGN. Ajouts dessin Guylaine Beauparland-Dupuy © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP – 2019

 

La « station » est figurée le long de la route de Clermont à Lyon via Thiers (actuelle avenue Edouard-Michelin) non loin de sa jonction avec la route de Paris (actuelle avenue de la République), cette dernière reliant Clermont à Montferrand. On peut penser que cet emplacement, situé bien plus au nord-est que celui projeté à l’origine, et encore décalé par rapport à celui qui sera effectivement choisi, est le fruit d’une imprécision ou d’une erreur du dessinateur, cependant cette position n’en est pas moins intéressante en ce qu’elle évoque la possibilité d’une entité urbaine en effet conçue comme un tout, desservie par une gare positionnée à proximité de « l’entre-deux-ville » enfin perçu comme espace urbain central.
Ce détour, qu’il n’était pas opportun de faire au moment de l’exposé de notre guide, se risque à formuler l’hypothèse selon laquelle la maladroite liaison entre la gare et la ville reflèterait l’impossibilité de Clermont-Ferrand à se constituer en un ensemble urbain cohérent, dans la mesure où la ville hérite du refus ou de l’incapacité des XIXe et XXe siècles à opérer une union véritable des deux anciens cœurs, quitte à ce qu’une zone à caractère périurbain occupe son centre géographique. Une étude de l’entre-deux-villes, spécificité clermontoise dont la disgrâce le dispute à l’aberration urbaine, serait à mener, d’autant qu’à l’heure actuelle Michelin, principal propriétaire de cette zone, abandonne le terrain, attirant le regard des aménageurs sur cet espace désormais perçu comme prometteur.

 

L’emplacement du lycée Jeanne d’Arc

Bénédicte dirige à présent notre regard vers l’imposant bâtiment qui se dresse de l’autre côté du boulevard Fleury, précisant qu’il s’agit du lycée Jeanne d’Arc.

La création d’un lycée de jeunes filles découle de la loi Camille Sée de 1880. Celui devant lequel nous nous trouvons a été édifié par l’architecte de la ville, Jean Teillard, sur un projet daté de 1894. Il ouvre en 1899. Il était stipulé dans les « Conditions architecturales imposées aux constructions à élever dans le quartier de Château-Rouge », datées de 1885, que « de la pierre blanche ou de la brique devaient être utilisées pour les façades des rues menant à la gare (ou au marché St-Joseph) » et que la teinte sombre comme la pierre de Volvic était interdite.
Le choix de cet emplacement a certainement été déterminé par le fait que, d’une part, on se trouvait là, à la fin du XIXe siècle, en lisière de ville. En effet, on cherchait alors, surtout lorsque le lycée contenait un internat, un lieu où, suivant les principes hygiénistes, l’air et la lumière circulent au mieux. Pour mémoire, la mode des « lycées à la campagne » avait été lancée par le lycée Lakanal construit à Sceaux entre 1882 et 1885 par l’architecte Anatole de Baudot. D’autre part, la proximité de la gare pouvait également en faciliter l’accès pour les internes venant du Puy-de-Dôme, voire des départements limitrophes.
J’ajouterais, à titre d’hypothèse, que la cour ouverte vers la campagne avec la voie ferrée au premier plan, pouvait être considérée comme un avantage, car pour avoir enquêté sur certaines villas qui au XIXe siècle avaient été implantées à proximité des voies de manière à bénéficier du spectacle du train9, on peut supposer que cette vue pouvait avoir été offerte aux jeunes filles, à titre d’attraction voire de spectacle édifiant. Une carte postale du lycée Jeanne d’Arc au début du XXe siècle sur laquelle le premier plan est occupé ostensiblement par la voie ferrée pourrait, d’après moi, en témoigner.

Ill. 5. Carte postale du lycée Jeanne d’Arc au début du XXe siècle avec la voie ferrée au premier plan. Repro. Roger Choplain, Roland Maston © B.M.I.U. de Clermont-Ferrand

 

Ill. 6. Villa Languille à Moulins, édifiée le long de la voie Lyon-Paris. Phot. Christian Parisey © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP – 2017

 

En revanche, la proximité du Petit lycée, qui abritait les petites classes du lycée de garçons, ainsi que celle de la caserne, avaient été considérées en partie comme des handicaps. Ce voisinage par trop viril a conduit l’architecte à « fermer » l’élévation du côté du Petit lycée, en prévoyant essentiellement des fenêtres hautes, ce qu’il n’a pas pu faire côté avenue, où l’on attend une façade accueillante et où il a choisi de disposer les couloirs en façade.

 

Le nouveau lycée Blaise Pascal, à l’emplacement de l’ancienne caserne

Nous gagnons le croisement de l’avenue Carnot et du boulevard Fleury. Face à nous se dresse la façade couleur brique du lycée Blaise Pascal.

Ill. 7 & 8. Au carrefour de l’avenue Carnot et du boulevard Fleury : à gauche, l’une des façades du lycée Blaise Pascal ; à droite, le bâtiment en U du lycée Jeanne d’Arc. Phot. © Adrienne Barroche – 2019

 

La loi générale de l’instruction publique portant création des lycées date de 1802. A Clermont, comme cela était courant, le lycée de garçons avait été implanté en 1808 dans les locaux de l’ancien collège jésuite. En 1877-79, avait été construit un « Petit lycée » pour recevoir les petites classes du lycée de garçons. Mais en 1929 il est question de construire un établissement spécifique à l’emplacement de la caserne, alors désaffectée. Elle s’étendait sur un terrain de plus de trois hectares, ce qui autorisait de prévoir l’installation d’infrastructures sportives. De plus, la caserne avait été obtenue en 1857 par la municipalité à condition notamment d’en élargir les abords, c’est-à-dire d’élargir les avenues qui y menaient et qui l’isolaient, ce qui bénéficiera par contrecoup au lycée.
L’emplacement est plébiscité tant par la municipalité et le rectorat que par les parents d’élèves car la perspective de créer un « quartier estudiantin » plaît : une cité universitaire et une nouvelle faculté pouvaient être prévues en plus du lycée. Le tout à proximité du lycée de jeunes filles qui pouvait être agrandi dans les locaux, libérés, du Petit lycée.
On peut alors évoquer un débat récurrent au sein des conseils municipaux et autres aménageurs des territoires urbains : faire le choix entre la concentration ou la dispersion des équipements. Dans ce cas, le choix est clair : il s’agit de concentrer les équipements liés à l’instruction publique, d’autant plus qu’une opportunité foncière se présentait10. Dans une lettre adressée à l’inspecteur, datée du 08/02/1924, le recteur fait valoir qu’une seule et même direction pourra gérer deux établissements si rapprochés et que l’achat des fournitures pourrait également être mutualisé.
Le projet prend vraiment forme dans les années 1950 : l’architecte nommé en 1951 est Georges Noël, architecte en chef des bâtiments civils et palais nationaux. Les travaux débutent en 1953, le lycée ouvre en 1959.

Les illustrations 7 et 8 montrant notre groupe entre les lycées Jeanne d’Arc et Blaise Pascal, au carrefour de l’avenue Carnot et du boulevard Fleury, nous permettent de saisir la cohérence visuelle du propos de Bénédicte. En cet espace, qu’un seul regard peut embrasser, se trouve réunis un ensemble de bâtiments dédiés à l’enseignement. La fonction de pôle d’enseignement de ce secteur est renforcée par les bâtiments, indécelables d’où nous nous trouvons, de la faculté. Clermont-Ferrand se dote de facultés de lettres et de sciences au milieu du XIXe siècle. Le Palais des universités est tout d’abord édifié par la Ville le long de l’avenue Vercingétorix, la façade arrière donnant sur le jardin Lecoq (actuel rectorat). Dans les années 1920-1930, l’augmentation du nombre d’étudiants fait prendre le parti d’une nouvelle construction. La municipalité l’implante à l’emplacement de l’ancienne caserne de l’avenue Carnot, à l’est de la ville (faculté des sciences et lettres, 1930-34, par Marcel Depailler, architecte de la ville ; extension d’Albéric Aubert, 1954-1956). L’occupation de la parcelle se poursuit dans les années 1950 par l’édification du lycée Blaise Pascal devant lequel nous nous trouvons.
Entre les années 1959 et 1970, la population étudiante passe de 4 165 à près de 16 000. L’incapacité des bâtiments à absorber cet accroissement détermine la construction de nouveaux locaux au sud de la ville. Le laboratoire de géologie s’installe en 1959 rue Kessler, celui de botanique occupe la voisine rue Ledru. La faculté de droit quitte les bâtiments de l’avenue Carnot pour s’installer avenue François Mitterrand, en 1967, à proximité de celle de lettres, édifiée entre 1963 et 1966. L’espace s’étendant de l’avenue Carnot jusqu’au boulevard de Gergovie puis au-delà vers le boulevard Côte-Blatin, forme, jusqu’à la fin des années 1960, le quartier universitaire de Clermont.
La faculté de médecine inaugure l’élargissement de la zone d’implantations estudiantines encore plus au sud de la ville en s’installant place Henri-Dunant. À la même période, la résidence universitaire d’Amboise édifiée dans les années 1930 à proximité de la faculté des lettres et des sciences du boulevard Carnot, est complétée par un ambitieux programme implanté au Clos Saint-Jacques, entre la rue Etienne-Dolet et le boulevard Claude-Bernard, non loin de la nouvelle faculté de médecine. Le quartier universitaire, suivant le prolongement du cardo antique qu’est la rue Etienne-Dolet, investit donc le plateau Saint-Jacques. Dès 1948, la Ville avait fait acquisition d’une partie du plateau afin d’y installer un Centre hospitalier universitaire. En 1967, alors que le Premier ministre Georges Pompidou inaugure les premiers édifices de ce futur complexe universitaire et hospitalier, E. Lapalus, recteur de l’académie de Clermont, énonce clairement la volonté d’aménager un vaste campus conçu comme « un quartier à dominante universitaire partant du boulevard Gergovia et s’ouvrant largement vers le sud en direction du plateau Saint-Jacques », voire à présent vers le sud-est avec la création du campus des Cézeaux.11

Ill. 9. Implantations universitaires. Dessin Guylaine Beauparland-Dupuy © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP – 2019

 

Les institutions consacrées à l’enseignement se multiplient et s’étendent au gré de l’augmentation du nombre d’étudiants sans pour autant subir un phénomène d’émiettement spatial, donnant un caractère universitaire à l’ensemble de la périphérie sud-sud-est de la ville.
Ce que nous contemplons avec Bénédicte sont les prémices de ce phénomène, genèse à laquelle nous revenons, reprenant pied devant le lycée Blaise Pascal, face à la vaste affiche de chantier informant de la restructuration des bâtiments.

L’inscription des édifices dans le tissu urbain m’amène à cette autre réflexion : je cherche à dater le moment où s’étiole le goût pour la composition urbaine ordonnée, notamment la recherche de positionnement des édifices dans l’axe des rues. Ici, au début des années 1950, le goût pour ce type de composition s’observe encore puisque l’entrée du lycée se trouve, comme pour la caserne préexistante, dans l’axe de la rue Adollent (certes de manière plus ténue que la caserne dont l’ensemble des bâtiments était ordonné autour de cet axe).

Ill. 10. L’actuelle entrée du lycée Blaise Pascal, prise depuis le débouché de la rue Adollent. Phot. © Adrienne Barroche – 2019

 

Or dans la restructuration en cours, l’entrée du lycée va être déplacée, désaxée, ce qui est relativement symptomatique d’une manière de concevoir le paysage urbain. Il s’agit d’un phénomène récurrent : l’abandon de ce type de parti formel lié à la perspective, qui a connu le succès à partir du XVIe siècle et dont on trouve encore témoignage dans les années 1950. Je m’attache, par mes demandes de prises de vues photographiques, à en conserver la trace.

Il est possible que l’effet d’alignement de l’entrée sur la rue Adollent, fortement marquée dans l’ancienne caserne, n’ait été conservé que par un inconscient effet de mémoire, sans plus que l’on ne recherche une perspective manifestant l’importance d’un bâtiment, mais plutôt par la persistance des orientations des constructions, prise au sens d’habitus. Bénédicte évoque précisément le phénomène de persistance de forme ou de figuration malgré l’évolution du contexte social en soulignant un effet d’ornementation architecturale.

Au lycée Jeanne d’Arc, comme dans d’autres lycées contemporains, la chapelle était bien lisible, rassurante pour les parents, quand bien même la commande émanait du ministère de l’Instruction publique (on était avant 1905). Le conseil municipal expliquait (Bulletin municipal, 30 octobre 1894, rapport du docteur Gautrez) que la chapelle était mise en évidence pour “se conformer aux vœux les plus chers des parents.”

Claude Laroche, chercheur à l’Inventaire de Nouvelle-Aquitaine, fait alors observer que le type hospitalier utilisait lui aussi la chapelle comme élément de programme providentiel pour ordonner autour de lui la composition. Il est autant fait recours à cet élément architectural pour sa puissance d’évocation formelle que pour la symbolique qu’il reflète. Bénédicte poursuit son observation par la sorte d’effet de miroir que l’on pourrait voir entre la chapelle du lycée Jeanne d’Arc et la fresque de l’entrée du lycée Blaise Pascal
sur laquelle est figurée une église, alors même qu’elle date des années 1950.12 Cependant, sa présence peut s’expliquer d’une autre façon : les éléments de la frise sont tous susceptibles d’évoquer une facette de la personnalité de Blaise Pascal : on y trouve en effet l’église avec le mot Foi inscrit au-dessus, puis les mots Science, Génie, Philosophie, Grandeur de l’homme, etc.

Ill. 11. La frise de l’entrée du lycée Blaise Pascal sur laquelle se discerne le motif d’une église (en bleu). Phot. Christian Parisey © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP – 2019

 

Sur la place des Beaux-Arts (Ill 2, point n°2)

 

Avant que Bénédicte ne nous parle à nouveau de points de vue et de perspectives, il en est un que nous rencontrons sans nous y arrêter. La traversée du cours Sablon ouvre une échappée linéaire sur la jonction de cette artère avec le viaduc Saint-Jacques, surmonté de ce que les clermontois ont surnommé la « grande muraille de Chine ». Il s’agit d’un immeuble long de 320 mètres, haut de 8 étages, comptant 354 logements sociaux. Edifiée au début des années 1960 à l’extrémité nord du plateau Saint-Jacques, placée en vis-à-vis de la cathédrale dominant la ville, cette barre est une des pointes du triangle que forment les éléments de reconnaissance des Clermontois : la cathédrale, le puy de Dôme et la « grande muraille de Chine ». L’édifice monumental, témoin d’une politique de logements concentrés sous forme de grands ensembles, bénéficie de nos jours d’un emplacement aussi favorisé que ses habitants le sont peu. La contradiction vaut d’être soulignée, d’autant que la muraille de Chine sera mise à bas d’ici deux ou trois ans et remplacée par de petits immeubles de standing13.

Ill. 12. Façade nord de la « grande muraille de Chine » depuis le bas du viaduc Saint-Jean. Phot. Christian Parisey © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP – 2019

 

Empruntant l’avenue Carnot puis la rue du Maréchal-Joffre, nous avons gravi d’un trait la butte de Clermont. Dans l’un de ses écrits Alexandre Vialatte cite un anonyme premier adjoint disant à son non moins anonyme maire : « C’est un pays, monsieur le Maire, où nous avons plus de montées que de descentes » sans que l’on sache s’il s’agit là d’une réelle naïveté ou d’un trait d’humour auvergnat. En tous les cas, de quelques biais qu’on la prenne, la butte de Clermont appelle cette belle remarque. Nous gagnons l’extrémité méridionale du « plateau central », ainsi que les habitants dénomment le quartier dans lequel le tracé sinueux des rues médiévales s’est conservé. Poursuivant l’évocation des lycées, Bénédicte nous désigne la façade sud du collège jésuite.

Les premiers bâtiments construits à partir de 1675 ont connu une reprise au XVIIIe siècle restée inachevée à la date d’expulsion des jésuites (1763) d’où la présence de pierres d’attente restées en l’état à l’entrée principale d’origine, sur la façade nord. Cette dernière, s’ouvrant sur la petite rue Neuve des Carmes, ne bénéficie pas d’une perspective la mettant en valeur alors que la tour, percée à sa base en 1876, de façon à devenir l’entrée principale du lycée Blaise-Pascal, s’inscrit dans l’axe de la rue d’Enfer.

Ill. 13. Entrée principale dans la perspective de la rue d’Enfer Phot. Jean-Michel. Périn © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP – 2013

 

Puis nous désignant l’imposant édifice en pierre de Volvic implanté à la croisée de la rue Ballainvilliers et de la rue du Maréchal-Joffre, Bénédicte précise qu’il s’agit de l’ancienne halle au blé.

Construite à partir de 1762 par l’ingénieur des Ponts-et-Chaussées François-Charles Dijon, inaugurée en 1769, surélevée en 1822 par l’architecte de la ville Louis-Charles Ledru, elle se compose d’un étage élevé au-dessus des salles voûtées d’arêtes qui s’organisaient autour d’un carreau à ciel ouvert, et d’un second étage limité à la surface du carreau d’origine. L’Inventaire ne l’a pas étudié mais a réalisé une couverture photographique avant travaux. Car après avoir abrité plusieurs institutions dont l’école des Beaux-arts de 1980 à 1999, la Région à présent propriétaire prévoit d’y installer le FRAC14. Cet emplacement a été choisi notamment parce qu’il se trouvait à proximité d’un quartier de lycées et de facultés puisqu’il est écrit dans un document conservé aux archives régionales qu’une part importante des visiteurs annuels du FRAC est constituée d’écoliers, collégiens, lycéens et étudiants, cet endroit de la ville est donc celui de Clermont qui est le mieux desservi par les bus.

Ill. 14. La halle au blé, angle nord-est, au croisement des rue du Maréchal-Joffre et Ballainvilliers. Phot. Christian Parisey © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP – 2019

 

La rue Ballainvilliers porte le nom de l’intendant du roi commanditaire de la halle au blé. En 1926 elle est décrite par le rapporteur en Commission supérieure d’aménagement, d’extension et d’embellissement des villes comme « la belle avenue de Ballainvilliers », et désignée comme un modèle, au même titre que le boulevard Raspail de Paris, puisqu’elle correspond à cet idéal de « voie large, droite et arborée » recherché par cette Commission chargée de viser le PAEE de Clermont. En fait, on est hors-enceinte, il s’agit de l’ancien cardo maximus d’Augustonemetum (nom antique que portait l’agglomération qui correspondait plus ou moins à Clermont).

La reconstitution archéologique du tissu urbain de l’antique Augustonemetum indique en effet une voie sur le tracé de l’actuelle rue Ballainvilliers se poursuivant en ligne droite jusqu’au forum (actuelle place de la Victoire). Yann Launay, chercheur à Rodez agglomération, s’étonne de l’effet de brusque interruption de la rue Ballainvilliers. En effet, conçue comme une avenue, coupant la rue du Maréchal-Joffre à l’endroit où celle-ci s’élargit pour former la place Renoux, on s’attendrait à ce que son tracé se poursuive, or elle s’interrompt brutalement sur la place des Beaux-Arts. La stratigraphie de conceptions urbaines est particulièrement perceptible à cet endroit où la reprise, au XIXe siècle, du quadrillage orthonormé antique ne parvient pas tout à fait à effacer le tracé des remparts médiévaux. Ces derniers empruntaient l’emplacement de la rue du Maréchal-Joffre qui ne se poursuivait pas en ligne droite vers l’ouest comme à l’heure actuelle mais opérait un coude sur le tracé de l’actuelle rue Ballainvilliers, formant ainsi un ensemble cohérent. Philippe Arbos commentant le plan de Belleforest, qui fut dessiné en 1574 par l’artiste clermontois François Fuzier, écrit que « suivant le bord intérieur de la place Michel-de-l’Hôpital, » les remparts « se continuaient par la rue du Maréchal-Joffre. Ils rebroussaient alors droit au Midi, dessinant dans cette direction un promontoire encadré par la rue Ballainvilliers, la rue de la Pyramide [actuel boulevard Lafayette], la rue Clemenceau. »15 Les fortifications englobaient le quartier Saint-Eloy formant une sorte d’excroissance méridionale.

Ill. 15. Plan de Belleforest, François Fuzier, 1574. Repro. Roger Choplain, Roland Maston © Bibliothèque du patrimoine de Clermont-Ferrand (GRA 552)

 

Quel que soit par ailleurs le caractère flou des limites attribuées au quartier dit « du plateau central », on pourrait proposer que son extrémité méridionale se situe sur la place Renoux. Si jusque-là le promontoire qu’évoque Arbos s’intégrait à l’ensemble continu des abords de la cathédrale, le dégagement de la place Renoux en continuation de la rue du Maréchal-Joffre a eu pour effet de rejeter cet espace hors de la ville ancienne16. De plus, l’évidement du quartier Saint-Eloy pour y placer une poste aux proportions monumentales, à l’étroit dans un espace ne permettant aucune mise en perspective, au point qu’on la dirait un géant se cachant dans un buisson, a créé une incohérence urbaine.
Cependant, la confrontation entre l’aménagement de la rue Ballainvilliers et le centre médiéval, s’effectuant paradoxalement par la fermeture de la place des Beaux-Arts, n’est pas sans intérêt. Elle argumenterait une définition de la ville comme espace où l’épaisseur historique est rendue visible par la juxtaposition d’éléments caractéristiques de successives conceptions d’aménagement urbain. Pour autant, il faut se garder de plaquer des schémas historiques généraux. Bénédicte nous le rappelle dans son ouvrage Les villes en Auvergne soulignant l’emploi du quadrillage à l’époque médiévale, Montferrand en constituant un bel exemple.

Ill. 16 & 17 : Notre groupe sur la place des Beaux-Arts ; à gauche, le large débouché de la rue Ballainvilliers, à droite, le cul de sac que forme la place des Beaux-Arts. Phot. © Adrienne Barroche – 2019

 

Nous rendant à la prochaine étape, Bénédicte attire notre attention sur le fait que

le parcours par les rues Saint-Esprit, de la Treille et Massillon, nous permet « d’avoir un aperçu de ce « noyau désordonné de rues » qui est donné par trois auteurs différents (deux géographes et un urbaniste) comme une des caractéristiques principales des villes du Massif central.
C’est l’héritage urbain dont Jean-Louis Harouel a dit que les hommes du XVIIIe siècle, s’ils en avaient eu la possibilité, n’auraient rien laissé subsister. Bernard Gauthiez, dans Espace urbain – Vocabulaire et morphologie, range ce type de réseau dans la catégorie « composition asymétrique » ou « composition ne comportant ni centre, ni axe, ni plan de symétrie ». Pour ceux qu’intéressent les différentes hypothèses émises quant à l’origine de telles formes urbaines, je vous renvoie à Villes en Auvergne (p. 34). Je ne m’y attarderai pas car cela nous entraînerait trop loin dans le cadre d’une visite de terrain.

Ill. 18. La rue de la Treille. Phot. © Adrienne Barroche – 2019

 

Philippe Arbos, dans son article Clermont-Ferrand, l’organisme urbain, écrit en effet que « l’intendant Ballainvilliers reprenait pour qualifier Clermont exactement les termes que, trois quarts de siècle auparavant, son prédécesseur Lefèvre d’Ormesson avait employés : « ville aux rues étroites et mal alignées…, celle de la province qui mériterait le plus d’être bonifiée et réparée ». Legrand d’Aussy17 déplorait les rues tortueuses, bizarrement contournées, avec leurs cornes, saillies, enfoncements, contours et étranglements continuels. Arthur Young de passage à Clermont en août 1789, notait : « Clermont est dans certaines de ses parties un des endroits les plus mal bâtis que j’ai rencontrés sur mon chemin… Des rues qui par la couleur, la saleté et la mauvaise odeur ne peuvent se comparer qu’à des tranchées dans un tas de fumier. L’infection qui corrompt l’air dans ces ruelles me faisait envier les nerfs des braves gens qui, pour ce qui m’en parut, s’en trouvent bien ».
Bénédicte décrit, dans les pages de Villes en Auvergne, la création de rues par les cheminements réguliers des habitants ayant pour effet de dessiner un réseau labyrinthique aux yeux des étrangers, cependant non dépourvu de logique pour les familiers qui peuvent également y trouver un entre-soi rassurant, la manifestation d’une communauté sociale s’opposant à l’intervention planificatrice des pouvoirs publics. Des rêves des urbanistes hygiénistes des XVIIIe et XIXe siècles peu furent réalisés, que la raison en soit la contrainte du relief, le manque de fonds ou la difficulté à négocier pour le rachat de propriétés privées morcelées. A la fin du XIXe siècle, le tramway contourne la butte, malgré les projets qui imaginaient de lui faire traverser le plateau central. Ce dernier résiste à des velléités d’aménagements, s’apparentant à des sortes de saignées, soit que l’on veuille faire courir la rue Ballainvilliers jusqu’à la rue Massillon en de notables proportions (restaurant ainsi l’antique cardo), soit que l’on imagine de dégager à la fois le chevet de la cathédrale (ce qui sera fait) et les abords de la mairie par une modification des tracées des rues Pascal, de la Halle de Bourgogne et des Grands-Jours, soit enfin que l’on pense ouvrir une rue de 16 m de large de la rue Saint-Hérem, proche de l’hôtel de Ville, jusqu’à l’hôtel-Dieu. Les arguments en faveur de l’ouverture de larges voies de circulation dans le centre ancien s’appuient à la fois sur la volonté de purifier l’air grâce à une meilleure ventilation et sur celle de doter ce quartier de « vastes et beaux magasins » (conseiller municipal Blatin en 1875) apte à séduire une clientèle bourgeoise. Le plateau a résisté, donnant à présent sa singularité à la ville par l’abrupt débouché du labyrinthe médiéval sur les antiques voies régulières. Bénédicte nous en montre un exemple sur la place Royale.

 

Place Royale. Le point de vue sur le puy de Dôme. (Ill. 2, point n°3)

 

Depuis la place Royale, la perspective suit le flanc ouest de la butte pour gagner le creux de la place de Jaude avant de remonter en direction de Chamalières par la rue Blatin, percée au milieu du XIXe siècle.

Depuis le sommet de la butte, les voies orientées est-ouest ouvrent en une perspective régulière sur le spectacle du puy de Dôme. Ceci n’est probablement pas un effet fortuit puisqu’il s’agit, là aussi, d’un héritage antique. D’après les archéologues, le site d’implantation d’Augustonemetum aurait pu être choisi pour les possibilités de mise en scènes cultuelles qu’il offrait car au sommet du puy de Dôme était élevé le temple de Mercure, qui aurait, par ce truchement, été présent dans la ville, au quotidien, dans l’enfilade des rues dites décumènes. Mais, accessoirement, cela correspond aussi à la conception urbaine préconisée par la loi Cornudet. Dans les Instructions attachées à la loi il est en effet recommandé de « meubler les paysages urbains par des monuments ou partie de monuments formant des fonds aux perspectives », tout en sachant qu’à cette époque on parle volontiers de « monument naturel » pour désigner des montagnes ou des rochers.

Ill. 19. Vue sur la statue de Vercingétorix et la rue Blatin rejoignant Chamalières ; le puy de Dôme en arrière-plan. Phot. Jean-Michel Périn © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP – 2010

 

Le XIXe siècle a joué de cette réminiscence, ou bien faut-il parler de rémanence, antique. Le souvenir de l’importance antique du volcan se trouve à présent renforcé par l’implantation de la statue de Vercingétorix, œuvre du sculpteur Bartholdi, sur l’axe de vision du puy de Dôme. En 1901, six endroits différents sont proposés en conseil municipal. C’est celui que préconisait le sculpteur, ici, qui est retenu.

Ill. 20. Autre exemple de rue « décumène », la rue des Gras à l’extrémité de laquelle par temps clair se dresse la silhouette du puy de Dôme. Phot. Christian Parisey © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP – 2019

 

Îlot avec réseau viaire médiéval (Ill. 2, point n°9)

 

Ici, dérivant légèrement du déroulé de la visite pour une raison de logique d’exposé, se place une dernière remarque sur l’urbanisme médiéval du « plateau ».

A l’angle de la rue des Chaussetiers et des Petits-gras, se dresse une grande maison romane, bien mise en valeur à l’occasion du Congrès archéologique de France en 2000 par Pierre Garrigou-Grandchamp. Elle comprend notamment une baie centrale dont l’arcade est ornée d’une rangée de dents de scie et de coffres de cheminées saillants. Pierre Garrigou-Grandchamp propose de restituer un mur gouttereau écran en façade principale, sur la rue des Chaussetiers.
Dans cette zone de la vieille ville, en plan surtout, on observe un réseau viaire secondaire complexe, généré par une division du sol qui n’était pas méthodique. Pierre Garrigou-Grandchamp s’est notamment posé la question du statut privé ou semi-public des nombreuses impasses et cours intérieures des cœurs d’îlot médiévaux de ce type.
Contrairement à Clermont, Riom et Montferrand ont été façonnées au XIIe siècle, a priori, à partir de lotissements, qui ont généré un réseau viaire principal régulier. Cependant, même dans Riom, à force de restituer des passages et des venelles à l’arrière des fronts de rue d’époque moderne, je me suis demandé si une certaine souplesse n’avait pas été tolérée afin que les habitants organisent la desserte des cœurs d’îlot de manière plus « traditionnelle », c’est-à-dire comme ici : ce que j’ai résumé dans mon ouvrage Riom, une ville à l’œuvre, dans le paragraphe intitulé Dispositions vernaculaires et aménagement concerté, lui-même inclus dans un chapitre sur les Manières de voisiner et de circuler tombées en désuétude.

 

Carrefour de la rue du Onze-novembre et de la rue Jean-Rochon (Ill. 2, point n° 7)

 

A l’inverse du cheminement faisant le plan, Bénédicte nous désigne un aménagement concerté créant un effet de régularité certaine.

La rue du Onze-novembre constitue une des rares percées intra-muros, datée de 1781. Ses deux carrefours présentent des pans coupés.

Yann Launay, chercheur à Rodez agglomération, précise que ce sont des pans légèrement concaves.

On se rend bien compte, grâce au caractère piétonnier des rues, de l’emprunt que le XVIIIe siècle a pu faire, en matière d’aménagement urbain, aux dessins des jardins et des parcs.
Les pans coupés sont rares à Clermont, contrairement à Vichy, qui depuis le plan de 1858 les cultivait, ce qui la rend la « plus parisienne des villes d’Auvergne ». Elle représente un unicum de ce point de vue à l’échelle de la région.
Cette absence de pans coupés dans Clermont et surtout le fait qu’il n’y en ait aucun prévu au plan d’alignement, avait fait le désespoir d’un habitant affirmant en 1839 que les pans coupés étaient « chose très utile et très belle » dans une ville. Dans les Instructions de 1920, le pan coupé a encore le vent en poupe puisqu’il est dit qu’il faut « prévoir de larges pans coupés ».
Mais là encore, outre le caractère fonctionnel de ces pans coupés, il s’agit de modes : quand on lit les textes sur le sujet, du XVIIIe au XXe siècles, les partisans des angles droits et des traitements d’angles avancent régulièrement leurs arguments. Dans l’article Ville de l’Encyclopédie, rédigé par Louis de Jaucourt, il est dit que « pour qu’une ville soit belle, il faut que les principales rues conduisent aux portes ; qu’elles soient perpendiculaires les unes aux autres, autant qu’il est possible, afin que les encoignures des maisons soient à angles droits. »
Resterait à déterminer, à mon avis, quand ces pans coupés reçoivent le décor principal – voire l’implantation de tours d’angle – dans quelle mesure ce sont les commanditaires ou les architectes qui l’organisent de cette façon. Françoise Boudon, dans le Cahier du patrimoine intitulé Le faubourg Saint-Antoine, un double visage, pose la question : « quelle conscience a chaque propriétaire de participer au théâtre de la rue ? »

La rue du Onze-novembre bénéficie de deux carrefours. Le premier, sur lequel nous nous trouvons a bénéficié d’un traitement à pans coupés formant un espace harmonieux. Le second, au croisement de la rue des Gras, n’a en revanche reçu de pans coupés que sur ses angles nord, les angles sud, en vis-vis, restant droits. L’adoption d’une forme s’arrête ainsi brutalement, sans que nous n’en saisissions les raisons.

Ill. 21. Carrefour de la rue des Gras et du Onze-novembre. A droite et au centre, les immeubles à pans coupés, à gauche l’un des immeubles à angle droit. Phot. Jean-Michel Périn © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP – 2019

 

Dans le prolongement de la rue des Gras, la rue Saint-Dominique enregistre sensiblement le même phénomène. A la fin du XIXe, ce quartier implanté à l’ouest de l’avenue des Etats-Unis est très commerçant. La rue Saint-Dominique souffre cependant d’un défaut d’alignement que la ville entendait corriger en lui donnant un tracé rectiligne et une largeur de huit mètres. Cette opération débute en 1900 par une diminution de l’emprise au sol attribuées aux immeubles, de façon à élargir la voie, quitte à ce qu’ils gagent en hauteur. Christophe Laurent, dans son ouvrage Etudes pour le label patrimoine du XXe siècle en Auvergne, nous donne un exemple d’intervention de la Ville dans ce quartier. Elle acquiert, par expropriation, un immeuble situé au n°10 de la rue Saint-Dominique. Sa démolition permet un élargissement du carrefour. Le reste de la parcelle est vendu à Mme Maury qui, possédant la parcelle mitoyenne, désire compenser la perte occasionnée par l’alignement de sa propriété originelle. Sur l’emprise des deux parcelles réunies, elle fait édifier un immeuble par l’architecte Louis Jarrier en 1913-1914. A l’emplacement de ce qui aurait dû être l’angle avec la rue de l’Ange si l’alignement de cette dernière avait été réalisé, l’architecte édifie une façade en pan coupé. L’alignement ne vit jamais le jour et l’avancée de l’immeuble « Reignat » perdure (cf ill. 22), privant le pan coupé du mur nord formant pendant à la façade ouest, sur la rue Saint-Dominique.

Ill. 22. Plan d’alignement, 1913. Repro. Christophe Laurent © Archives municipales de Clermont-Ferrand

 

A l’heure actuelle, le débouché des rues de l’Ange et des Minimes dans la rue Saint-Dominique crée une placette de forme irrégulière : pan coupé inabouti au nord-ouest, angle droit au sud-ouest, angle très légèrement aigue au nord-est, arrondi en retrait au sud-est. La façade principale de l’immeuble Maury, installée sur le pan coupé ouvrant sur le carrefour, se place dans l’axe de la rue des Gras. Elle occupe ainsi une place de choix. L’architecte, par cette façade, participe des vœux de « blanchiment » de la Ville qui, à partir du milieu du XIXe siècle, l’exprime par de multiples arrêtés enjoignant de préférer calcaire et brique à la traditionnelle pierre volcanique.

Ill. 23. N°10 de la rue Saint-Dominique, façade vue du sud-est. Phot. © Christophe Laurent – 2019

 

Ces deux exemples illustrent la question précédemment posée par Bénédicte : sont en présence une propriétaire consciente de participer au théâtre de la ville par le recours à un architecte attentif au contexte urbain et une municipalité désireuse de produire un paysage urbain harmonieux ; pourtant le projet n’aboutit qu’à moitié. Faut-il s’en attrister ? Nous avons déjà dit le charme des irrégularités.

 

La place de la Victoire. Cathédrale (Ill. 2, point n° 4)

 

Ill. 24. Arrivée sur la place de la Victoire, massif occidental et façade sud de la cathédrale. Phot. © Adrienne Barroche – 2019

 

La place de la Victoire, vaste rectangle fermé par le flanc sud de la cathédrale, est souvent considérée comme un emblème du vieux Clermont. Si l’on discerne aisément les modifications urbaines opérées jusqu’à la fin du XXe siècle pour aménager la place de Jaude, le dégagement des abords de la cathédrale n’est pas resté dans les mémoires. La place de la Victoire est ainsi globalement perçue comme un espace à la morphologie ancienne alors que la place de Jaude symboliserait une forme de modernité.

La cathédrale gothique a été construite sur l’emplacement de la cathédrale romane, qui aurait pu servir de modèle à la fameuse série des églises romanes auvergnates (Orcival, Saint-Nectaire, Notre-Dame du Port, etc.) Dans sa thèse, Laurence Cabrero-Ravel avance l’hypothèse que ces églises auraient été construites au même moment en prenant modèle sur la cathédrale de Clermont et non par des artisans qui se seraient déplacés d’un lieu à autre. La reconstruction débute en 1248 (en 1262, un mariage y est célébré alors que la cathédrale est en chantier), par l’architecte Jean Deschamps cité également pour les cathédrales de Narbonne, Limoges, Toulouse et Rodez.

Alain Beschi, chercheur à l’inventaire de Nouvelle-Aquitaine, intervient alors pour préciser que, plus probablement, au vu de l’ampleur de la tâche, ce nom renvoie à une dynastie ou à des homonymes. En effet, comment imaginer qu’un seul maître d’œuvre ait pu au même moment suivre tous ces chantiers importants à la fois ? Ce propos est remis en perspective rétrospectivement par Catherine Guégan : « Dans la première moitié du XVIIe siècle les moyens de transports n’avaient guère changé, et ne devaient guère être plus rapides, et l’on voit Martellange se déplacer au fil des années sur divers chantiers de collèges jésuites (il dirige aussi un temps celui de la cathédrale d’Orléans), présent dans au moins trois voire quatre villes par an…. Mais la remarque d’Alain n’en demeure pas moins pertinente. »

Le massif occidental est dû à l’architecte Viollet-le-Duc (projet définitif daté de 1865). Notre ex-collègue Jean-François Luneau en a repéré la signature : le hibou grand-duc sculpté au sommet d’un contrefort à l’ouest, similaire à celui que le célèbre architecte plaça sur la façade de sa propre maison, et qu’il faut lire ainsi : les flèches de l’édifice sont dues au « grand [Viollet-le-] Duc ». (Vous trouverez son article à ce sujet dans une revue locale d’historiens de l’art, Recherches en histoire de l’art, le n° 8, daté de 2009). Par ailleurs, une autre des originalités de la cathédrale réside dans une série d’épures d’arcs-boutants encore visibles sur les terrasses des bas-côtés sud. Enfin, une inscription faisant allusion au culte révolutionnaire de l’Être suprême, surmonte l’entrée nord.

Ill. 25. Sculpture du grand-duc au sommet d’un contrefort ouest, sous le pinacle. Phot. Roger Choplain, Roland Maston © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP – 1979

 

Ce type d’inscription, le peuple français reconnait l’existence de l’Être Suprême et l’immortalité de l’âme, n’a pas encore été inventorié. L’une d’entre elles, très similaire à celle de Clermont, se trouve à l’entrée de la chapelle du village de Montbert, dans le Gers.

Viollet-le-Duc est également à l’origine de la ré-installation en 1871 de la Vierge à l’est, qui avait été érigée au XVIe siècle et détruite en 1793 (soit sensiblement au moment où l’inscription susmentionnée fut apposée). Cette Vierge positionnée au point culminant de la cité rappelle l’érection de statues colossales, à la manière de Notre-Dame de France du Puy-en-Velay, au sommet de buttes dont l’Auvergne est riche. Elles peuvent prendre place dans des espaces ruraux. Leur emplacement est alors déterminé par la présence de voies de communication, notamment ferroviaires. Et, j’ajoute, qu’il arrivait qu’on lance des souscriptions pour en ériger sur un rocher, comme à Laroquebrou, dans le Cantal, en affirmant qu’elles serviraient aussi « à l’édification des voyageurs en train ».

Nous retrouvons, pris par un autre biais, le propos tenu sur les villas de bord de chemin de fer. Les voies ferroviaires jouent à la manière d’une focalisation du regard : celui de ceux qui, immobiles, considèrent avec émerveillement l’avancée du progrès ; celui de ceux qui, voyageurs derrière les vitres des wagons, profitent de paysages parfois porteurs de message à leur attention. Bénédicte souligne dans son article Un motif paysager récurrent : les statues de Vierges colossales sur promontoire rocheux18 la contemporanéité, sous le Second Empire, de l’érection de ces statues, particulièrement nombreuses en Auvergne, et de la construction des lignes de chemin de fer. L’Église que l’on considère d’ordinaire comme rétive au progrès s’en saisit afin de véhiculer l’image d’une Vierge à la fois protectrice des voyageurs et dominant le paysage civilisé. Pour illustrer le moment de cette adhésion de l’Église au progrès technique Bénédicte, dans l’une de ses conférences, cite un passage de L’Éducation sentimentale dans lequel Flaubert décrit un tableau qui “représentait la République ou le Progrès ou la Civilisation, sous la figure de Jésus-Christ conduisant une locomotive, laquelle traversait une forêt vierge”.

Ill. 26. La Vierge de la cathédrale et panorama sur Clermont-Ferrand (quartier est). Carte postale, vers 1910, coll. part. Repro. Christian Parisey © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP – 2016.

 

Nous avons déjà évoqué le fait que des nombreux projets de rationalisation du labyrinthique plateau, l’un des seuls qui ait vu le jour est celui du dégagement de la cathédrale. Bénédicte nous en relate l’histoire.

Dès le tracé du premier plan d’alignement, en 1821, réalisé en vertu de la loi du 16 septembre 1807, qui visait la régularisation des tissus urbains à l’échelle nationale et la garantie de mieux y circuler, un dégagement à l’ouest était prévu qui avait été retoqué par le Conseil des bâtiments civils au motif que la place-parvis projetée était de plan semi-circulaire. La mouture suivante tient compte de la remarque et sur le plan d’alignement approuvé en 1843 le tracé de la place parvis est rectiligne.
Par ailleurs, Bernard Gauthiez rappelle, dans Espace urbain – Vocabulaire et morphologie, que les dégagements d’édifices sont préconisés en même temps que l’histoire de l’art naît et se développe, soit au XIXe et début XXe siècles, au motif que, pour être appréciés, « mis en valeur », ils devaient, à l’époque, être isolés. Viollet-le-Duc était d’ailleurs un partisan de cette idée et, étant présent à Clermont pour la construction de la façade, il a dû encourager le projet. C’est à cette époque que commencent ces campagnes de dégagement, notamment avec celle des arènes de Nîmes. Il faut ajouter que les commerçants réclamaient le dégagement, de même que l’évêché, car les Clermontois, cherchant à éviter les dédales tortueux, avaient pour habitude de traverser la cathédrale par les entrées nord et sud donnant respectivement sur des espaces dégagés. Ainsi, de la maison dont était originaire Blaise Pascal, ne reste que la matérialisation au sol par une inscription.
Mais, dès 1920 dans les Instructions annexées à la loi Cornudet, on trouve ce type de préconisation : « se prémunir du désencadrement des chefs d’œuvre de l’architecture nationale ». Et pourtant sur le PAEE dressé en 1925, approuvé en 1926, le dégagement à hauteur du chevet, à l’est, est prévu, malgré l’alerte donné par la section Beaux-Arts du Conseil d’Etat. Il faudra attendre 1930 pour que la Commission supérieure des Monuments historiques soit amenée à examiner les PAEE.
Pour finir sur ce thème, Viviane Claude a remarqué qu’en matière d’urbanisme, dans la première moitié du XXe siècle, la notion de protection se substitue progressivement à celle d’embellissement.

 

Ill. 27 : Plan d’alignement de Clermont-Ferrand, 23e division, (1828-1843), par Champomier, géomètre. Repro. Jean-Michel Périn © Ville de Clermont-Ferrand, services techniques.

 

Ill. 28 : Détail du projet d’extension, par Moral, ingénieur, et personnel technique municipal, 1925. Repro. Bénédicte Renaud © Archives nationales, versement 19810400, art. 213.

 

Place de la Bourse. Rue Philippe-Marcombes (Ill. 2, Point n°5)

 

Nous avons gagné la place de la Bourse qui s’ouvre sur le flanc nord de la cathédrale. En léger contrebas s’offre à nos regard la rue Philippe Marcombes sur laquelle donne la façade principale de l’hôtel de ville.

Il est construit entre 1828 et 1847 à l’emplacement du palais des comtes d’Auvergne et de la Cour des Aides (avec tribunal et prison). Eux-mêmes en vis-à-vis de la cathédrale, au sommet de la butte.
L’architecte est L.-Ch.-François Ledru, architecte de la ville de Clermont après avoir été élève, à Paris, de Jean-Nicolas-Louis Durand. Dès 1838, il préconise le dégagement de l’édifice grâce à un élargissement de la rue qui bien loin d’offrir une respiration à la façade s’étrangle à cet endroit, n’offrant aucun recul propice à la contemplation de l’imposante colonnade. Cette proposition, qui prévoyait de faire sauter l’îlot causant l’étranglement de la rue, est reprise sur le plan d’alignement approuvé en 1843 ; reprise à nouveau sur le PAEE de 1925, elle ne sera pas plus réalisée. Rien n’y fait.

Ill. 29. Façade de l’hôtel de ville depuis la place de la Bourse. Phot. © Adrienne Barroche – 2019

 

L’îlot établi en vis-à-vis de la façade de l’hôtel de ville est bien visible sur l’illustration 29. Notre assemblée est d’accord pour dire que l’édifice est ainsi maintenu « à l’étroit » dans la rue. Bernard Ducouret, chercheur à l’Inventaire Grand-Est, avance l’idée que le rapport entre l’exiguïté de la rue et le caractère imposant de la façade, pourrait, par contraste, chercher à augmenter l’effet monumental de l’édifice. Franck Delorme, attaché de conservation à la Cité de l’architecture et du patrimoine, observe l’étrangeté de l’entrecolonnement, sous réserve d’une vue géométrale de l’élévation, et en conclut que le manque de recul n’est peut-être pas un mal. De plus, la découverte par une vue d’angle des édifices était un parti défendu par Camillo Sitte (1ère édition 1889 ; en français : 1902). Cela ne constitue pas inévitablement une aberration.
Bénédicte nous livre l’hypothèse de Xavier Fabre

qui observant ce phénomène dans nombre de ville du Massif central,
a écrit que d’une manière générale les édifices publics étaient incorporés au tissu dense de la ville et rarement mis en scène (ce qu’il attribue aux relations rudes entretenues entre les habitants et le pouvoir). Xavier Fabre ajoute que ce refus du monument mis en scène a pour conséquence appréciable de créer une intimité plus grande entre les populations, les sites et les édifices. Le touriste n’y retrouverait pas « sa vision de la beauté », qui doit tenir du spectaculaire, mais les habitants y gagneraient en qualité de vie.
Il reste que l’architecte de l’édifice (Ledru, 1838) et deux auteurs de plans d’aménagement de la ville (Champomier, 1828-1843, et Morel, auteur du PAEE, 1925) avaient prévu l’élargissement de la rue afin de bénéficier d’un minimum de recul. La conscience d’un emplacement peu adéquat était donc bien présente.

Peut-être est-il possible de lire l’hôtel de ville à l’aune de la grille d’analyse de Maurice Agulhon qui, dans Imagerie civique et décor urbain dans la France du XIX e siècle19, fait de l’ambition du programme de décors sculptés en façade et des inscriptions au fronton de ces mairies du XIXe siècle la traduction de l’engagement politique de leurs maîtres d’œuvre. Une belle mairie bien décorée indiquerait un fort militantisme démocratique alors qu’une mairie modeste sans inscription républicaine témoignerait d’un certain conservatisme. Agulhon n’évoque pas le critère de la mise en scène urbaine de l’édifice qui pourrait être considérer comme pertinent. Faut-il donc voir dans la relative modestie ornementale d’un édifice portant comme seule inscription sa fonction d’hôtel de ville, positionné dans un cadre jouant comme étouffoir, la marque d’une timidité républicaine dans le contexte de la Restauration ? A ceci pourrait s’ajouter le projet d’origine, qui voulait son installation dans l’hôtel Chazerat (actuel siège de la DRAC), dont la beauté reste d’une discrétion toute aristocratique, puisque sa cour en demi-cercle est retranchée derrière une lourde porte cochère ouvrant sur l’étroite rue Blaise-Pascal.
Toujours est-il qu’en faveur de la thèse de Xavier Fabre, on peut observer le peu d’ouverture sur des perspectives avantageuses des édifices publics clermontois : la préfecture, bien que son avant-corps s’inscrive dans la perspective de la rue Blatin, ne bénéficie que d’une série de couverts courant à mi-pente ; le théâtre s’ouvre perpendiculairement à la place de Jaude qui aurait pu lui offrir un vaste parvis ; la cathédrale, en cela conforme à ses consœurs auvergnates, utilise comme entrée principale la modeste porte de son flanc sud ; la grande poste de Saint-Eloy, enfermée au sein d’un îlot, est desservie par de rues n’offrant pas le recul nécessaire au déploiement de ses hautes façades, en cela similaire à l’hôtel de ville. Cependant, comme l’énonce Bénédicte, peu importe, pour peu que nous restions sur la butte. Quelle que soit l’étroitesse à laquelle la conformation de ses rues nous contraint, y être est gage de prestige. Le creux, tel celui de la place de Jaude, comme notre guide va nous le révéler, ou bien encore la plaine, telle l’entre-deux-ville qui ne connut jamais aucun investissement urbain d’envergure – dans lequel le XIXe siècle ne sut qu’installer cimetière, champ de manœuvres, caserne ou usines, puis le XXe siècle un quadrillage urbain inabouti tournant autour d’une installation industrielle affirmée (Michelin) – en est l’expression patente. Bien que certainement déterminée par la disponibilité et le prix des terrains, ainsi pourrait se lire l’expansion clermontoise : dans la tentation des hauteurs. La place de Jaude plébiscitée ne semble l’être que du fait de sa position entre les hauteurs que sont la butte de Clermont et la retombée de la chaîne des puys, lieu d’implantation des prestigieuses communes de Chamalières et de Royat.
Bénédicte dans sa narration des projets de déplacement de l’hôtel de ville, nous fait précisément parcourir par la pensée, avant que nous ne le fassions réellement, le dénivelé qui de la rue Philippe Marcombes mène à la place de Jaude.

Un riche industriel clermontois Hippolyte Conchon-Quinette lègue sa fortune à la municipalité à la condition expresse que l’on reconstruise l’hôtel de ville à l’emplacement le plus adéquat.
La place de Jaude, une place située au pied de la butte, s’impose dans plusieurs projets. (On va y descendre et je vous en reparlerai). Mais d’ores et déjà vous comprendrez, depuis le point où nous nous trouvons, que c’est comme si l’hôtel de ville résistait à toutes les propositions de déménagement. J’interprèterais volontiers cette résistance en invoquant les phénomènes de mémoire collective ou le rôle symbolique d’un sommet.

 

La place de la Poterne (Ill. 2, point n°6)

 

S’il n’est pas mis en scène de manière spectaculaire, l’hôtel de ville bénéficie de la proximité du belvédère que constitue la place de la Poterne avec sa vue imprenable sur la chaîne des puys. S’y dresse la fontaine d’Amboise, qui elle aussi connut des vicissitudes d’emplacement. Elle fut déplacée plusieurs fois. Elevée par l’évêque Jacques d’Amboise en 1511, elle se trouvait à l’origine au sud de la cathédrale, sur l’actuelle place de la Victoire. L’archevêque aurait fait venir des sculpteurs tourangeaux, qui se seraient trouvés confrontés à la pierre de Volvic ; inversement, la vasque de la fontaine de l’hôtel de Beaune-Semblançay, à Tours, a été façonnée dans de la pierre de Volvic, avec cependant une pyramide en marbre blanc, et ce à la même date exactement, en 1511. La pierre de Volvic est insensible à l’eau, au gel, elle présente une bonne résistance à la compression, une bonne aptitude à la taille et une homogénéité qui convient particulièrement bien au sculpteur, autorise les décors sculptés les plus fins, pour peu qu’ils ne nécessitent pas l’emploi du trépan.

Ill. 31. La fontaine d’Amboise sur la place de la Poterne. Phot. Roger Choplain, Roland Maston © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP – 1979

 

En 1808, il est décidé de déménager cette fontaine sur la place Delille ; en 1854, elle est installée au carrefour du cours Sablon et de l’avenue Carnot qui à l’époque constituait une porte de la ville, après que l’on ait imaginé la mettre place de Jaude.20 En 1962, gênant vraisemblablement la circulation automobile, on lui fait regagner le haut de la butte, place de la Poterne. Il serait intéressant de chercher les circonstances de cette errance ainsi que les raisons qui en furent données.

Ill. 32. La Banque de France et la Fontaine d’Amboise. Repro. Roger Choplain et Roland Maston, © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP – 1982 © B.M.I.U. de Clermont-Ferrand

 

Sur la place de la Poterne, nous retrouvons, comme sur la place royale et au haut de la rue des Gras, une vue sur le puy de Dôme, et, plus largement, un panorama sur la chaîne des puys.

La vue depuis la place de la Poterne est préservée grâce à plusieurs facteurs : d’abord le versant du puy de Dôme se trouve vierge de toute construction car plusieurs sources alimentant Clermont sont captées à ce niveau, ce versant est par conséquent protégé.

Ill. 33. La perspective du puy de Dôme depuis la place de la Poterne (protégée par une servitude de hauteur des immeubles en 1933). Phot. Jean-Michel Périn © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP – 2011

 

Ensuite, la Commission supérieure d’aménagement, d’extension et d’embellissement des villes a joué un rôle incitateur en ce sens puisqu’elle n’avait délivré son accord à la déclaration d’utilité publique du PAEE qu’à condition que des mesures soient prises pour limiter la hauteur des immeubles là où des points de vue sur les environs de la ville le méritaient ; ce qui fut fait ici, en 1933 « en vue d’assurer l’esthétique de la ville ». Le tracé rectiligne du boulevard Montlosier est une percée visant à faciliter la circulation aux abords de la butte. On la doit à Lomet qui, en 1780, évoque « le labyrinthe » que représente Clermont pour les étrangers qui veulent y entrer ou en sortir, labyrinthe « dont on ne peut sortir qu’avec le tems et avec des guides »21.
On note également l’inscription dans le paysage du lycée Roger-Claustres, édifié à la fin des années 1960, en lisière de ville – un caractère récurrent, comme nous l’avons déjà vu, pour l’implantation des lycées – sur les hauts de Chanturgue et par conséquent, dans une zone à présent déclarée zone inconstructible (« zone protégée naturelle ») ce qui le préserve de l’extension urbaine. La Région, commanditaire de son agrandissement (le bâtiment sombre en soubassement de son élévation claire), a dû fournir à la municipalité, via l’agence d’architecture CRR, une simulation perspective du lycée rénové, depuis la trouée d’un escalier descendant du boulevard Montlosier. La mairie exprimait ainsi une préoccupation d’ordre « esthétique » ou « paysagère », ceci accréditant la thèse de Frédéric Pousin selon laquelle la notion de « paysage urbain » remplace depuis les années 1960 « l’urbanisme de composition ».

Ill. 34 : vue du lycée Roger Claustres depuis le boulevard Montlosier. Phot. © agence CRR – 2017

 

Place de Jaude (Ill. 2, point n°8)

 

Notre étape sur la place de Jaude permet d’évoquer de nouveau les projets de reconstruction de l’hôtel de ville, qui, comme nous l’a dit notre guide, avait été stimulés par l’attribution du legs Conchon-Quinette.

Le projet de 1944 est élaboré par André Verdier, et probablement par l’urbaniste Gaston Bardet, si l’on se base sur le fait qu’il se trouve dans le fonds d’archives de ce dernier. Il intervient au titre d’urbaniste de la commune de Clermont-Ferrand, et il est par ailleurs l’auteur du premier Que sais-je ? sur l’urbanisme, paru en 1945.
Toute la place de Jaude, emplacement pressenti pour recevoir un nouvel hôtel de ville, avait été repensée à l’occasion du legs de Conchon-Quinette.
Le quartier situé en fond de place devait être démoli, pour cause d’insalubrité mais rien ne devait y être reconstruit de manière à aménager une vue sur les montagnes (et en effet une vue sur Gergovie était envisageable). G. Bardet préconisait de raisonner en termes de « tableaux urbains », de la même façon qu’on envisageait les promenades publiques au XVIIIe siècle (annonçant certainement la substitution de « l’urbanisme de composition » par la notion de « paysage urbain »).
L’hôtel de ville devait prendre place là où s’élève actuellement un second centre commercial, à savoir à l’extrémité nord-est de la place et non dans la partie nord constituant le fond de la place car G. Bardet affirmait qu’aucune façade principale exposée au nord ne pouvait mettre en valeur un édifice. De plus, il avait écrit que les « monuments communautaires » ne devaient plus servir de fonds de rue ou de perspectives dans de « grands tracés dévastateurs à la Haussmann ». « On les apercevra par l’angle », écrit-il encore. Ce qui n’est finalement pas sans rappeler l’emplacement d’origine et inchangé de l’hôtel de ville.
Dans l’axe de l’avenue des Etats-Unis, c’est-à-dire dans la partie sud de la place, devait être élevée une grande arche de 12 étages, centre d’affaires, surmontée d’un restaurant panoramique… que j’ai présenté comme un prototype de la Grande arche de la Défense22.
En 1976, la reconstruction de l’hôtel de ville est toujours prévue dans le fond de la place de Jaude… et en 1980, c’est un centre commercial qui sort de terre, sans que j’aie réussi à savoir dans quelle mesure la municipalité avait utilisé le legs destiné à la reconstruction de l’hôtel de ville.23

Ill. 35 : Plan d’urbanisme de Clermont-Ferrand : vue de l’élévation, plans et plan d’implantation de l’hôtel de ville, photographie portant au dos le tampon de André Verdier, attribué à André Verdier, fonds Gaston Bardet, © Centre d’archives d’architecture du XXe siècle (161 IFA 17/2, AR-13-01-11-01. – 1944)

 

 

 

Ill. 36 : Parmi les éléments qui ont façonné le paysage de la place, une servitude de hauteur imposée à la banque quand en 1962 l’immeuble est reconstruit. Servitude probablement prévue de façon à préserver la vue sur le dôme de l’église des minimes, comme on avait fait pour la vue sur le puy de Dôme. Phot. Jean-Michel Périn © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP – 2013

 

La suite et fin de la visite nous fait traverser de nouveau la butte par les ruelles du centre ancien pour gagner Notre-Dame-du-Port. Pour le formuler à la manière des comptes-rendus des sociétés savantes du XIXe siècle : chacun s’égaie un peu avant de profiter d’une sage récupération sur les bancs de la célèbre basilique et de partager d’intenses réflexions sur cette visite pleine d’enseignements.

Ill. 37 : Poignée de porte dans la rue Pascal, hôtel Chazerat : logo de l’Inventaire général du patrimoine culturel. Phot. © Adrienne Barroche

 

Félicie Fougère, Conservatrice du patrimoine, Inventaire général du patrimoine culturel, Région Auvergne-Rhône-Alpes

 

Pour citer cet article

FOUGERE, Félicie, Sur les pas de Bénédicte Renaud-Morand à Clermont-Ferrand, Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes et Auvergne [en ligne], 3.01.2020. URL  https://inventaire-rra.hypotheses.org/6023

 

 

______________________________________________________________________________
Notes
  1. Nous remercions chaleureusement Catherine Guégan qui a consacré du temps à la relecture de cet article, nous permettant ainsi d’y apporter des améliorations []
  2. Ils sont consultables sur le site https://patrimoine.auvergnerhonealpes.fr/ []
  3. https://patrimoine.auvergnerhonealpes.fr/dossier/presentation-de-l-operation-villes-d-auvergne/65143d66-e576-4fdc-b067-57ff138fbd76 []
  4. https://patrimoine.auvergnerhonealpes.fr/dossier/l-auvergne-des-villes/0e17af08-f1c9-4f35-92fc-636e0f30fcbd []
  5. Villes en Auvergne: les formes urbaines ((https://patrimoine.auvergnerhonealpes.fr/dossier/villes-en-auvergne-les-formes-urbaines/0f1bbb64-bf76-4ea8-801c-47f219bb2239 []
  6. https://journals.openedition.org/insitu/13754 []
  7. Pour rappel et pour ceux qui traitent rarement de territoires urbains, la loi Cornudet est la première loi de planification française urbaine. Elle date de 1919 et connaît une modification en 1924. Les plans qui en sont issus ont reçu l’appellation de Plan d’aménagement, d’extension et d’embellissement (PAEE). Ils ne reçurent pas systématiquement une mise en œuvre, cependant ils valent comme manifestation d’une intention révélatrice d’une doctrine de planification urbaine []
  8. Plan d’aménagement, d’extension et d’embellissement []
  9. Voir l’ill. 6. Il convient de noter que l’entrée principale et le balcon se trouvent sur la façade orientée vers la voie ferrée et que la haie de thuya n’a été plantée que dans les années 1970. L’hypothèse d’un emplacement choisi pour profiter du spectacle des trains est étayée par les choix architecturaux. On pourrait imaginer de la doubler de celle d’une forme d’ostentation par laquelle les propriétaires auraient souhaité faire montre de leur opulence aux spectateurs captifs qu’étaient les voyageurs, cette villa adoptant des airs de petit château. A la fin du XIXe, la lenteur des convois et par conséquent du déroulement du paysage derrière les fenêtres des wagons procurait une vue que l’on serait bien en peine d’imaginer à présent. Cette villa a fait l’objet d’un dossier, dans le cadre de l’étude « L’Auvergne vue du train » https://patrimoine.auvergnerhonealpes.fr/dossier/villa-languille/8457a9ba-fa84-49c8-8924-450c28003cfd []
  10. Voir également à ce propos le dossier électronique concernant la Centre régional de documentation pédagogique https://patrimoine.auvergnerhonealpes.fr/dossier/centre-regional-de-documentation-pedagogique-de-clermont-ferrand/319c95b4-79e1-46b3-b0b1-9d60079fa244 []
  11. LAURENT C., Etude pour le label patrimoine du XXe siècle en Auvergne. Recueil de 36 fiche monographiques, Maison de l’architecture Auvergne, DRAC, 2019 []
  12. Il pourrait s’agir d’une œuvre du 1% artistique. Nous disposons d’une part d’un document attestant de l’acceptation en commission d’une œuvre de Claude Bouscau, malheureusement non décrite. D’autre part, nous savons que cet artiste est l’auteur de l’œuvre du 1% ornant le lycée Grand Air d’Arcachon, stylistiquement proche de l’œuvre de Blaise Pascal, ainsi que ceux de nombreux lycées en Auvergne (notamment dans le Cantal), ce qui fait de lui en quelque sorte un habitué de ce genre de commande. []
  13. Le quartier Saint-Jacques restant par ailleurs majoritairement constitué de logements sociaux []
  14. Fonds régional d’art contemporain []
  15. Arbos Philippe. Clermont-Ferrand. L’organisme urbain. In: Revue de géographie alpine, tome 17, n°2, 1929. pp. 289-328 []
  16. ANTONIO M., Urbanisme et société à Clermont-Ferrand de 1918 à 1939, Imprimerie de l’Association pour la diffusion de l’information et de la culture (A.D.I.C.), 1984 []
  17. Lors de son voyage en Auvergne en 1887-1888 []
  18. http://inventaire-rra.hypotheses.org/4174 []
  19. Ethnologie française, nouvelle serie, T. 5 (1975), pp. 33-56 []
  20. Plan d’implantation, par Imbert, architecte de la ville, Arch. Dép. Puy-de-Dôme, 38 FI 193 – Clermont-Ferrand, fontaine d’Amboise, 1854. []
  21. Archives départementales du Puy-de-Dôme, C 6358. Mémoire du 5 mars 1780, de Lomet, ingénieur des Pontes-et-chaussées []
  22. Un projet d’aménagement urbain méconnu (Clermont-Ferrand, 1944 []
  23. Transcription des commentaires des plans, élévation et axonométrie « UN HOTEL DE VILLE A CLERMONT FERRAND »
    – La construction de l’HOTEL DE VILLE doit être à la base d’un vaste programme de travaux tendant à l’aménagement, à l’assainissement et embellissement de la ville.
    – L’HOTEL DE VILLE serait construit à l’emplacement de l’îlot limité par la rue Gonod, la place Chapelle de Jaude, rue Barrière de Jaude et Lagarlaye.
    – Le CENTRE DES AFFAIRES serait construit sur les terre-pleins Théâtre et Minimes. Il comprendrait 2 blocs de 12 étages de bureaux, restaurant, terrasse panoramique.
    – Le CENTRE ADMINISTRATIF serait construit au quartier St-Eloy, à l’emplacement prévu. Il grouperait dans un vaste ensemble tous les services publics.
    – A cette première tranche de travaux, succèderait une autre étape de longue haleine en raison de l’importance des expropriations et des problèmes posés par le relogement.
    – La GRANDE PERCEE du fond de Jaude incorporerait la place actuelle dans une avenue monumentale reliant le centre de la Ville au carrefour des Salins, plaque tournante du trafic routier.
    – La construction de la GARE ROUTIERE serait réalisée à la fois sur le carrefour des Salins pour l’accès du public et sur la rue Joseph Girod pour le stationnement et services.
    – Partant de l’hôtel de ville un AXE TRANSVERSAL relierait celui-ci au centre administratif. Cet axe correspondrait à la création d’une avenue pour piétons.
    – Un QUARTIER RESIDENTIEL s’édifierait dans cette zone de silence et progressivement disparaîtraient les îlots insalubres situés entre la rue Gonod et St Eloy.
    – Il convient de concevoir la réalisation du nouvel HOTEL DE VILLE en fonction des solutions qui doivent être apportées aux graves problèmes d’URBANISME que pose l’aménagement de la CITE. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.