La Goutte de lait de Grenoble, une institution oubliée ?

Ill. 5. Portrait d'un nourrisson, vitrail d'Antoine Bernard, 1934. Phot. E. Dessert

 

 » Redécouvert  » lors d’une opération d’inventaire au lycée Jean-Jaurès de Grenoble, l’ancien dispensaire de la Goutte de lait, désormais intégré aux locaux du lycée, n’existe plus qu’à l’état de vestige. Le présent article s’attache à en retracer l’histoire, en s’appuyant sur la richesse du fonds des archives municipales.

 

Aux origines de la Goutte de lait

Œuvre de médecine sociale, le premier établissement nommé Goutte de lait est fondé à Fécamp en juin 1894 par le pédiatre normand Léon Dufour (1856-1928). Ancêtre des actuelles PMI, créées en France par une ordonnance du 2 novembre 1945, il a pour but essentiel de lutter contre la mortalité infantile   ̶  en particulier celles dues aux affectations du tube digestif et aux gastro-entérites, liées au manque d’hygiène dans la préparation de l’alimentation infantile  ̶  en apprenant aux mères et futures mères les principes de la puériculture d’une part, en distribuant aux nourrissons du lait parfaitement stérilisé d’autre part. La seconde moitié du 19e siècle a en effet vu se développer le recours au lait de vache et l’alimentation au biberon, en même temps que les conditions de travail et les cadences horaires des ouvrières rendaient l’allaitement de plus en plus aléatoire, voire impossible. L’allaitement artificiel prenant le pas sur le maternel, il importait donc de l’organiser afin de lutter contre des taux de mortalité conséquents (entre 15 et 20% dans le dernier quart du 19e siècle). Relayant l’initiative de Dufour, de nouveaux établissements apparaissent rapidement sur l’ensemble du territoire français : on en dénombre une centaine en 1905, et deux fois plus à la veille de la Première guerre mondiale1. L’institution fait des émules dans d’autres pays européens, ainsi qu’au Québec. Son développement accompagne la baisse de la mortalité infantile amorcée dans les années 1890, conséquence de la révolution pasteurienne.

 

Ill. 1. Jean Geoffroy (1853-1924). L’Oeuvre de la goutte de lait au dispensaire de Belleville (triptyque). Huile sur toile, 1903. Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, Petit Palais. Phot (c) Petit-Palais/Roger-Viollet. Vaste tableau de 254 x 548 cm illustrant la pesée, la consultation et la distribution du lait. La composition sous forme de triptyque, couramment utilisée dans la peinture religieuse depuis la fin du Moyen Age, confère une dimension quasi sacrée à la représentation, et en héroïse le sujet. Le panneau central représente le docteur Gaston Variot, pionnier de la puériculture et collaborateur de Louis Pasteur, au moment d’une consultation dans le dispensaire de Belleville  qu’il avait fondé en 1892, quartier ouvrier de Paris où la pauvreté dominait.

Fondation de l’Œuvre de la Goutte de lait à Grenoble

En regard de ces dates, la décision de créer une Goutte de lait à Grenoble est relativement tardive. L‘Association grenobloise de la Goutte de lait n’est fondée qu’en février 1931, à l’initiative notamment de M. Besserve, administrateur du bureau de bienfaisance de la Ville, qui œuvrera au même titre au sein de l’association. Rassemblant un groupe de personnalités locales et présidée par M. Bisseuil, elle est déclarée en préfecture le 18 avril 1931 et commence à fonctionner le 1er juillet de la même année dans un local mis à disposition par deux particuliers, M. et Mme Thomas, 7 place Saint-Bruno (Arch. mun. Grenoble, 390 W 185 et 503 W 220). Son règlement stipule qu’il ne s’agit nullement d’une œuvre d’assistance, mais d’une institution qui s’adresse à toutes les couches de la société. Elle a pour objet la distribution de lait rigoureusement contrôlé à tous les enfants privés de lait maternel, quelle que soit leur situation familiale. Son organisation est celle d’une société de secours mutuel : le prix du lait varie en fonction de l’origine sociale des mères qui s’y présentent2 et les familles nécessiteuses bénéficient d’un tarif réduit ou de la gratuité. Après-guerre, la sécurité sociale prendra en charge le prix du lait durant les 7 premiers mois,  » dans la proportion habituelle des prestations3. On y donne également des conseils pour les soins des nouveau-nés et y pratique des consultations gratuites pour les nourrissons.

L’installation place Saint-Bruno est provisoire. En effet, l’association entend collecter des fonds non seulement pour permettre à la Goutte de lait de fonctionner, mais aussi pour financer la construction d’un dispensaire. Le 28 mai 1931, recourant aux moyens de communication les plus modernes, elle lance un appel à souscription publique à la TSF via sa station Alpes-Grenoble, dont la version imprimée est diffusée en même temps4. L’appui financier des pouvoirs publics (la Préfecture, le Conseil général et la Ville) ne pouvant à lui seul assurer la viabilité et le développement de la Goutte de lait, il apparaît en effet indispensable d’en appeler à la générosité et la solidarité des citoyens grenoblois. Pour relayer cet appel, l’association s’est assuré le soutien d’un « Comité de propagande » au sein duquel figurent les directeurs de tous les organes de presse locaux : le Petit Dauphinois, la République de l’Isère et la Dépêche dauphinoise. Invoquant  » une question de vie ou de mort « , les promoteurs de cette œuvre de bienfaisance sociale entendent toucher une corde sensible, leur objectif étant de faire baisser drastiquement le taux de mortalité infantile — autour de 8% encore dans les années 1930 —  en fournissant  » un lait parfait aux nourrissons auxquels l’allaitement maternel fait défaut  »5.

 

Le dispensaire

Le dispensaire est édifié grâce à l’aide financière de la Société Immobilière d’Habitations à Bon Marché (SIHBM)6. Malgré sa campagne d’appel aux dons, l’Œuvre de la Goutte de lait n’a en effet pas les fonds nécessaires pour acquérir un bien. C’est donc la Société Immobilière qui y pourvoit, pour le louer à prix modique à la Goutte de lait ; elle consent en outre à cette dernière une subvention de 15000 francs destinée à financer l’achèvement et l’aménagement du bâtiment et l’installation de ses services. En fait, la Société Immobilière avait acquis dès 1930, avant même la création de l’association, un bâtiment sur cour au n°17 du cours Jean-Jaurès (c’est aujourd’hui le n° 17 bis), propriété de M. Martin (ill. 2) ; le premier projet d’aménagement et transformation du local date d’ailleurs de la même année (ill. 3).

 

Ill. 2. Extrait du plan cadactral de la Ville de Grenoble, section G (éch. 1 : 1000) : le bâtiment acheté par la S.I.H.B.M. est hachurée en vert (Arch. mun. Grenoble, 4 M 51). Repro. et dess. C. Guégan © Archives municipales et métropolitaines de Grenoble.

Le 13 mai 1932, la SIHBM est autorisée à le surélever en vue d’y installer les services de la Goutte de lait (Arch. mun. Grenoble, PC 1932 BH 68). Le projet établi par l’architecte de la Ville L. Fléchère7, annexé au permis de construire, ne prévoit alors que l’aménagement de bureaux au premier étage de ce qui est alors un entrepôt.

 

Ill. 3. Entrepôt 17 cours jean-Jaurès Grenoble – Projet de transformation. Aménagement de bureaux : plans, coupe, élévation (éch. 1 : 100)/ L. Fléchère, architecte, 15 octobre 1930. (Arch. mun. Grenoble, PC 1932BH68). Repro. C. Guégan © Archives municipales et métropolitaines de Grenoble,

Un projet plus ambitieux, et assurément mieux adapté à la destination du bâtiment, est dressé par l’architecte A. Pollard et joint au permis de construire modificatif accordé le 18 août 1934. Il prévoit un vaste espace au rez-de-chaussée, un laboratoire pour la préparation des biberons au premier étage, un hall dédié à la distribution des biberons, deux bureaux, deux vestiaires et des sanitaires8.

 

Ill. 4. Œuvre de la Goutte de lait – Projet d’aménagement cours Jean-Jaurès à Grenoble : plans, coupe, élévation (éch. 1 : 50)  / A. Pollard, architecte, 20 juillet 1934 (Arch. mun. Grenoble, 1934BH114). Repro. C. Guégan © Archives municipales et métropolitaines de Grenoble.

 

C’est à cette date qu’est également réalisé et mis en place au-dessus du repos de l’escalier le rondel représentant un nourrisson, œuvre du peintre-verrier Antoine Bernard9.

 

Ill. 5. Portrait d’un nourrisson, vitrail d’Antoine Bernard, 1934. Phot. E. Dessert © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, A.D.A.G.P., 2016

Le bâtiment construit, toujours visible depuis l’extérieur dans la cour du 17 bis cours Jean-Jaurès, est un petit édifice d’un étage carré, un demi-étage et quatre travées. En élévation, de grandes baies vitrées sont ouvertes au premier étage, munies de garde-corps au profil géométrique affirmé, le comble formant demi-étage est pourvu de quatre ouvertures en façade et est éclairé par une verrière zénithale.

 

Ill. 6. Vue d’ensemble du bâtiment de la Goutte de lait. Phot. E. Dessert © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, A.D.A.G.P., 2016

Malgré les transformations ultérieures, c’est toujours la même façade aux lignes modernistes affirmées qui se présente au regard, avec son entrée hors-œuvre marquée par un porche, sa jardinière en surplomb et son petit lavoir adossé dans un renfoncement.

 

Ill. 8. Porche d’entrée de la Goutte de lait. Phot. E. Dessert © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, A.D.A.G.P., 2016

Invisible depuis l’espace public, puisque situé en fond de cour, l’établissement est néanmoins signalé, pour qui pousse la porte de l’immeuble sur rue, par une porte à deux vantaux vitrés à l’extrémité du passage cocher, ornée sur ses deux vantaux et sur les impostes d’une vitrerie à motifs géométriques. Celle du vantail de gauche porte l’inscription LA GOUTTE DE LAIT, réalisée en verre bleu turquoise, dont la typographie est caractéristique des années 1930.

 

Ill. 8. Immeuble 17 bis cours Jean-Jaurès : porte sur cour. Phot. E. Dessert © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, A.D.A.G.P., 2016

La goutte de lait s’installe en décembre 1934 dans ces nouveaux locaux, mais l’établissement n’est inauguré que le 28 mars 1936 par M. Biseuil, président de l’Œuvre de la Goutte de lait et Paul Cocat, maire de Grenoble et vice-président d’honneur de l’Oeuvre dès sa création, alors qu’il n’avait pas encore conquis la mairie. Le Petit Dauphinois du 29 mars relate la cérémonie et décrit les lieux, mentionnant notamment la présence dans l’escalier menant au hall de distribution de tableaux  » donnant un enseignement précieux et de sages conseils concernant le bain de bébé, le menu de bébé, le sevrage de bébé »10.

 

Fonctionnement du dispensaire

Les mères y reçoivent chaque jour un panier contenant la quantité de biberons nécessaires à l’alimentation quotidienne de leur nourrisson, préparés de façon individualisée sur la base d’ordonnances médicales, ce qui permet d’adapter le régime des enfants au cas par cas. Il s’agit également de corriger la composition du lait de vache, trop riche pour les petits d’hommes, afin de la conformer à leurs besoins alimentaires.

En 1936, la distribution des 1100 biberons quotidiens se fait essentiellement dans les locaux du cours Jean-Jaurès, mais les biberons sont aussi mis à disposition dans dix dépôts répartis dans la ville pour éviter aux familles éloignées de longs déplacements11. En 1961, le nombre de dépôts aura presque quadruplé, passant de 10 à 38, le lait étant désormais distribué dans les crèches et centres de protection de l’enfance12.

De fait, le fonctionnement du dispensaire est mieux connu pour la période de l’après-guerre, grâce à un rapport rédigé en 1952 par le chef du bureau de bienfaisance de la Ville13. Un fonctionnement qui obéit par ailleurs aux nouvelles règles édictées dans le décret du 21 avril 1945 relatif à la réglementation des pouponnières, crèches, consultations ‎de nourrissons et Gouttes de lait, et précisées par un arrêté du Ministère de la santé publique et de la population le 2 août 1949.

 

Prospectus de la Goutte de lait, v. 1950

Ill. 9. Prospectus, v. 1950 (Arch. mun. Grenoble, 503 W 220). Repro. C. Guégan © Archives municipales et métropolitaines de Grenoble.

Ce rapport décrit les circuits et processus de contrôle du lait de la collecte à la distribution, dont les étapes sont également retracées dans un prospectus à destination des familles (ill. 9). Contrôles en amont, par les services agricoles et les services vétérinaires départementaux, dans les étables et au centre de Noyarey (commune de la vallée de l’Isère, à une quinzaine de kilomètres au nord-ouest de Grenoble, dont le territoire s’étend aux contreforts du Vercors), lors de la traite et lors du transfert du lait, mis en bidons plombés. Contrôles par analyses micro-biologique à l’arrivée, pour s’assurer de la pureté et fraicheur du produit. Il faut ensuite materniser le lait, opération effectuée dans le laboratoire de préparation : il s’agit de modifier sa teneur en graisse après centrifugation, d’y ajouter de l’eau, du lactose et du sel selon des proportions qui ont été définies pour chaque enfant par les pédiatres, sages-femmes ou consultations de la protection infantile, dûment consignées sur une ordonnance sans laquelle aucun bébé ne peut être inscrit.

Ill. 10. Ordonnance médicale destinée à la Goutte de lait (v. 1950-60 ; Arch. mun. Grenoble, 503 W 220). Repro. C. Guégan © Archives municipales de Grenoble.

Le lait est ensuite stérilisé, conditionné en biberons Pyrex, eux-mêmes placés dans de petits paniers contenant une ration quotidienne, livrés sous numéro dans le dépôt le plus proche du domicile des parents. À cela s’ajoute par la suite la récupération des biberons, qui doivent être lavés et stérilisés avant d’être réutilisés.

Ce cycle journalier long et méticuleux exige un personnel qualifié et travaillant par roulement 7 jours sur 7 (voir ill. 9). En 1961, année de sa fermeture, le dispensaire emploie, en plus de sa directrice, ainsi onze personnes, dont trois chauffeurs-livreurs, une surveillante de laboratoire, une manipulatrice, une aide-manipulatrice et quatre auxiliaires de service qui se répartissent dans un temps minuté la réception du lait, la préparation, le capsulage, la stérilisation, le lavage, le contrôle la distribution des biberons et des petits paniers, assurent l’entretien minutieux des locaux et la surveillance du matériel (2 chaudières, 2 stérilisateurs, 2 machines à laver, 1 adoucisseur d’eau, 1 monte-charge et 2 camionnettes de livraison).

 

Les difficultés de l’après-guerre

Le 1er novembre 1945, la Goutte de lait perd son statut privé pour entrer dans le giron de l’administration municipale, et dépend désormais du Bureau de bienfaisance. La décision résulte sans doute de l’application des dispositions du décret du 21 avril mentionné plus haut. À la suite de ce transfert, la Commission administrative du bureau de bienfaisance décide de rénover le matériel d’équipement et achète de nouveaux stérilisateurs, machines à laver les biberons, chaudière, etc. Mais sans prendre en compte le fait que ces équipements nécessitent une transformation des locaux, dont les planchers doivent pouvoir en supporter le poids. Le projet est ajourné, et le matériel remisé, jusqu’en 1952, date à laquelle l’institution connaît ses premières difficultés, tout comme nombre d’autres établissements sur le territoire national.

Un Rapport du Ministre de la santé publique et de la population sur la protection maternelle et infantile au cours de la période comprise entre le 1er janvier 1946 et le 31 décembre 1951, dont le chapitre II est consacré aux Gouttes de lait, livre quelques clefs des raisons de cette désaffection. Après la Libération, l’État avait favorisé la multiplication des Gouttes de lait pour aider le nombre élevé de familles dans l’incapacité de préparer convenablement des biberons, en raison de conditions aléatoires d’approvisionnement en moyens de chauffage, de la médiocre qualité du lait de vache et dont la quantité disponible sur le marché était insuffisante, de même que les moyens de transport. La situation s’est inversée au début des années 1950. La mise sur le marché en 1949 de lait de qualité en conserve permettant aux mères de préparer elles-mêmes leurs biberons, est venue entraver la poursuite du déploiement des Gouttes de lait. Dans le même temps, les pédiatres se mobilisaient contre leur multiplication sur le territoire, inquiets de la consommation prolongée d’une alimentation uniquement lactée que les Gouttes de lait encourageaient, jugeant celle-ci contraire aux préceptes de la puériculture moderne qui promouvait une diversification alimentaire précoce. De ce fait, la clientèle des Gouttes de lait s’est restreinte aux mères n’ayant pas le temps ou la possibilité de préparer des biberons à partir d’un lait de qualité. En 1952, il ne reste que douze départements dont les Gouttes de lait ont un bon rendement et un nombre élevé de rationnaires ; partout ailleurs, la clientèle diminue de façon progressive et constante, ce qui aux yeux du ministère prouve que l’on trouve désormais en quantité suffisante du lait de qualité dans le commerce et que les mères sont  » suffisamment éduquées pour préparer correctement et suivant les conseils qui leur sont donnés l’alimentation de leur enfant « .

Face à la baisse de la fréquentation et aux exigences sanitaires accrues, le bureau de bienfaisance envisage donc de faire les travaux nécessaires pour remédier à la première et se conformer aux secondes. En effet, malgré les évolutions constatées en matière de puériculture, l’utilité sociale de la goutte de lait grenobloise reste incontestable. En 1952, donc, le chef du bureau préconise, pour éviter une fermeture temporaire due à une intervention sur la structure du bâtiment, de revendre le matériel trop lourd acheté en 1948 et entreposé dans les locaux municipaux, d’en acheter de nouveaux et de transformer les locaux existants pour les organiser de façon plus rationnelle. Ces derniers sont acquis en 1953 par la Ville, jusqu’alors locataire, à la SIHBM pour un montant de 4 000 000 de francs14 et la maîtrise d’œuvre du projet confiée à l’architecte grenoblois Louis Lacroix15.

 

Transformation et aménagements en 1956 : plans et coupe par Louis Lacroix, architecte

Ill. 1&. Oeuvre de la Goutte de lait – Transformation et aménagement : plans et coupe / Louis Lacroix (architecte), 1957 (Arch. mun. Grenoble, 503 W 220). Repro. C. Guégan © Archives municipales et métropolitaines de Grenoble.

Outre la réfection de la toiture, il est prévu de réaménager le rez-de-chaussée pour y installer une chambre froide, le stérilisateur et un poste de nettoyage à vapeur du matériel. La mise en place d’un monte-charge doit permettre de supprimer les manutentions longues et pénibles à l’intérieur, de même qu’un quai de chargement à l’extérieur. Le bureau de la directrice remplace le guichet d’accueil, la distribution se faisant désormais au rez-de-chaussée, à côté du quai de chargement. Le 2e avant-projet16 est validé en décembre 1956 et les travaux achevés en avril 1957, pour un coût total de 28 041 643 francs17. Malgré de nombreuses pétitions, la Goutte de lait cesse son activité et ferme ses portes le 30 octobre 196118. L’événement est largement commenté et débattu dans la presse locale, laquelle relaie les réclamations des Grenoblois comme les arguments de la municipalité.

 

Vers une nouvelle transformation

 

Le bâtiment, propriété de la Ville, trouve par la suite une autre affectation. Mitoyen du lycée technique Jean-Jaurès, il lui est annexé dans le cadre dans campagne de travaux d’agrandissement et de restructuration menée à partir de 1985. Désormais foyer des lycéens, sous le nom de salle Calypso, l’ancien laboratoire de préparation des biberons est devenu un espace de détente et de convivialité pour des enfants d’un autre âge et d’autres temps ; de façon amusante, sa fonction première demeure plus ou moins, sous forme de bar et d’espace de restauration.

 

Ill. 12. Lycée Jean-Jaurès : salle Calypso (ancien laboratoire de la Goutte de lait). Phot. E. Dessert © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, A.D.A.G.P., 2016

 

Le carrelage de la salle en grès cérame à motifs géométriques écru, beige et bleu, portant la signature — fait assez inhabituel — J. CLEMENT/GRENOBLE sur le seuil, du côté du palier de l’escalier, date des travaux de 1956-57.

 

Ill. 13. Salle Calypso : détail du carrelage avec la signature du fabricant. Phot. E. Dessert © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, A.D.A.G.P., 2016

 

Quant au rez-de-chaussée, il abrite des vestiaires pour les agents du lycée et les combles ont servi un temps de gymnase.

Transformé et réaménagé, le lieu n’en garde pas moins quelques traces de son ancienne activité. Au premier étage, sur le palier de l’escalier éclairé par une verrière en brique de verre, espace dont l’accès est réservé au personnel de l’établissement, le guichet, devenu par la suite bureau de la directrice, est toujours en place.

 

Ill. 14. Ancien guichet, palier du 1er étage. Phot. E. Dessert © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, A.D.A.G.P., 2016

 

Constitué d’une cloison en bois avec soubassement plein et châssis vitrés, sa porte est ornée d’une vitrerie décorative avec frise en verre jaune sur le pourtour. Enfin, dans les pièces désaffectées du rez-de-chaussée, subsistent le stérilisateur et la laverie, objets désormais obsolètes dont les coûts d’enlèvement ont sans doute seuls permis la préservation.

 

Ill. 15. Anciens stérilisateurs de la Goutte de lait, acquis en 1957. Phot. E. Dessert © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, A.D.A.G.P., 2016

 

Les évolutions de la puériculture et de la pédiatrie, des modes de vie et les développements de l’industrie agro-alimentaire qui ont permis d’améliorer la sécurité alimentaire, tous ces facteurs liés au progrès au cours des Trente glorieuses ont donc était fatals aux Gouttes de lait, institution centenaire quand elle s’éteint avec la dissolution de la dernière à Nice en 1998 ((https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Goutte_de_lait)). Édifices modestes à l’échelle de l’histoire de l’architecture contemporaine, les dispensaires ont le plus souvent été reconvertis et transformés, quand ils n’ont pas été détruits (LESTIENNE, C., 2017). Le manque de visibilité depuis l’espace public de celui de Grenoble, le fait qu’il se soit trouvé en fond de parcelle et non sur un espace possiblement constructible, l’a sans doute préservé de la démolition et permis sa réutilisation, mais cette absence de visibilité a également rendu plus fragile la mémoire de son existence. Sa trace dans le tissu urbain grenoblois est quasi imperceptible pour qui ne pousse pas la porte de l’immeuble qui le cache.

Catherine Guégan, Conservatrice en chef du patrimoine, Inventaire général du patrimoine culturel, Région Auvergne-Rhône-Alpes

 

Bibliographie

LESTIENNE, Cécile.  » Lutter contre la tuberculose et la mortalité infantile : l’établissement des dispensaires en France (1880-1950) « , In Situ. Revue des patrimoines [en ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 21.02.2017, consulté le 02.03.2017. URL : <http://insitu.revues.org/14026>

SAUTEREAU Manuelle.  » Aux origines de la pédiatrie moderne : le Docteur Léon Dufour et l’œuvre de la «Goutte de lait » (1894-1928) « , Annales de Normandie, 1991, vol. 41 n° 3, p. 217-233.

 

Pour en savoir plus :

 

Pour citer cet article :

GUÉGAN, Catherine. <<La Goutte de lait à Grenoble, une institution oubliée ?>>.  Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes et Auvergne [en ligne], 12 décembre 2019. URL : https://inventaire-rra.hypotheses.org/6035

______________________________________________________________________________
Notes
  1. SAUTEREAU, M., 1991, p. 217 []
  2. On ne dispose pas de données statistiques concernant la répartition des catégories socio-professionnelles parmi les parents d’enfants inscrits à la Goutte de lait, si ce n’est un document établi par la directrice du dispensaire, Mme Arnaud-Bergeron, en 1961. Sur 109 bébés cette année-là, 10 parents bénéficient de bons de bienfaisance, 22 sont ouvriers, 33 petits employés, 14 sont chefs ateliers, contremaîtres, petits ingénieurs, 6 représentants, 5 commerçants, 6 enseignants, 4 étudiants, 1 famille nombreuse et 8 appartiennent aux professions libérales, dont 1 médecin, 1 pharmacien, 1 dentiste, 1 infirmier, 1 industriel, 1 assureur et 1 professeur (Arch. mun. Grenoble, 503 W 220). []
  3. Le Dauphiné libéré, 6 mai 1950, Arch. mun. Grenoble, 390 W 185 []
  4. Un exemplaire conservé dans le fonds des archives municipales de Grenoble, 503 W 220 []
  5. Ibid. []
  6. Arch. mun. Grenoble, 503 W 220 []
  7. On doit à Fléchère la construction du marché aux bestiaux aux abattoirs municipaux (1926), du groupe scolaire de l’Ile-Verte (1934) et d’un immeuble situé 1 place Doyen-Gosse (1942) []
  8. Arch. mun. Grenoble, PC 1934BH114 et 1934PC126 []
  9. le nourrisson représenté serait la fille de l’artiste, selon un agent du lycée Jean-Jaurès rencontré en 2017 ; nous n’avons pu retrouver la trace des héritiers du verrier, et la commande n’est pas documentée dans le fonds des archives municipales []
  10. p. 3 []
  11. Le Petit Dauphinois, 29 mars 1936, p. 3 []
  12. Arch. mun. Grenoble, 503 W 220 : Rapport sur l’activité de la goutte de lait, février 1961 []
  13. Arch. mun. Grenoble, 503 W 220 []
  14. Registre de délibérations de la Commission administrative du bureau de bienfaisance, 12 janvier et 24 juin 1953, Arch. mun. Grenoble, 503 W 220). Les travaux sont votés en 1956 ((Registre de délibérations de la Commission administrative du bureau de bienfaisance et d’aide sociale, 20 fév 1956 :  » Goutte de lait : travaux et transformations à effectuer «  []
  15. Louis Lacroix participe à d’autres projets d’architecture hospitalière à Grenoble. On lui doit le pavillon de neurologie de l’hôpital des Sablons à La Tronche, actuel hôpital Albert-Michallon (Musée grenoblois des sciences médicales : L’hôpital, évolutions et mutations, 1850-2009 [en ligne], consulté le 10 décembre 2019. URL : http://musee-sciences-medicales.fr/wp-content/uploads/2012/07/PDF-expo-archi-2.pdf) ; il collabore par la suite avec Henry Bernard à la construction du CHU des Sablons ((NOYER-DUPLAIX Léo. « L’hôpital-paquebot » d’Henry Bernard, in In Situ [en ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 21 février 2017, consulté le 10 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/insitu/13998) []
  16. Arch. mun. Grenoble, 503 W 222 []
  17. Registre de délibérations de la Commission administrative du bureau de bienfaisance et d’aide sociale, 8 avril 1957).

    Cette rénovation ne suffit pas à freiner la baisse d’activité, qui compromet la viabilité financière de l’établissement, confrontée parallèlement à une augmentation des coûts de fonctionnement ((Arch. mun. Grenoble, 503 W 220 : extrait du Dauphiné libéré du jeudi 26 octobre 1961 : courrier de Madame Voisin, adjointe au maire de Grenoble []

  18. Ibid. : Délibération de la Commission administrative du Bureau d’aide sociale de la Ville de Grenoble, 18 octobre 1961 []

Catherine Guégan

Conservatrice en chef du patrimoine, docteure en histoire de l'art moderne et contemporain, Université Paris-IV Sorbonne

More Posts


Catherine Guégan

Conservatrice en chef du patrimoine, docteure en histoire de l'art moderne et contemporain, Université Paris-IV Sorbonne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.