Patrimoine funéraire à Villefranche-sur-Saône : un rendez-vous reporté

Et puis, j’aime aussi les cimetières, parce que ce sont des villes monstrueuses, prodigieusement habitées.

Guy de Maupassant, Les Tombales, 1891

 

Créé en 2016 à l’initiative des membres de la commission « Patrimoine funéraire » de Patrimoine Aurhalpin, le Printemps des cimetières est un événement dédié à la valorisation du patrimoine funéraire. Lors d’un week-end commun, les acteurs du patrimoine (associations, collectivités territoriales, artisans, guides conférenciers, …) sont invités à proposer des animations variées pour permettre au grand public de découvrir les richesses méconnues des cimetières. Mis en œuvre initialement sur le territoire de la région Auvergne-Rhône-Alpes, l’événement a pris progressivement une ampleur nationale, avec plus de 21 départements représentés en 2019. Le nombre d’organisateurs et de visiteurs est en constante hausse, témoignant d’un intérêt avéré pour ce thème.

Préparée dans ce cadre, une visite guidée du cimetière de Villefranche-sur-Saône, située à 30 km au nord de Lyon, devait permettre, le dimanche 17 mai 2020, de porter un regard nouveau sur cette emprise de six hectares.

 

Vue partielle de la partie sud du cimetière. A l’arrière-plan, les monts du Beaujolais. 2008. Phot. Didier Gourbin © Région Auvergne-Rhône-Alpes, I.G.P.C., ADAGP, 2008

Vue partielle de la partie sud du cimetière. A l’arrière-plan, les monts du Beaujolais. 2008. Phot. Didier Gourbin © Région Auvergne-Rhône-Alpes, I.G.P.C., ADAGP, 2008

 

L’étude de son implantation, l’histoire d’un panel de familles qui y sont inhumées, ainsi qu’une sensibilisation au patrimoine funéraire par l’observation du vocabulaire ornemental et symbolique employé par les architectes, sculpteurs, verriers et mosaïstes qui y ont œuvré, étaient au programme [1]. Depuis 1859, il s’est en effet construit là une ville dans la ville dotée d’une enceinte, de rues, de quartiers cossus, de faubourgs, d’un carré militaire, de tombeaux où l’on déchiffre des noms que l’on a déjà lus sur les plaques de rue de la Calade. Douleurs, anges, notables, industriels peuplent les allées B et E qui se croisent en un rond-point au centre duquel se dresse une imposante croix de mission entourée de trois monuments commémoratifs et du tombeau à dais néogothique de quatorze prêtres. Au-delà de la croix, la perspective donne sur le monument aux morts des deux guerres mondiales érigé à l’extrémité de l’allée B [2].

 

L’allée principale du cimetière de Villefranche-sur-Saône, 2008. Phot. Didier Gourbin © Région Auvergne-Rhône-Alpes, I.G.P.C., ADAGP, 2008

L’allée principale du cimetière de Villefranche-sur-Saône, 2008. Phot. Didier Gourbin © Région Auvergne-Rhône-Alpes, I.G.P.C., ADAGP, 2008

 

Mais ce petit tour « chez Dubief » [3], chef du service municipal des pompes funèbres de la fin du XIXe siècle aux années 1920 et l’un des marbriers-sculpteurs les plus marquants de la ville, a été annulé en raison de la pandémie due au Covid-19 et du confinement qui en a découlé.  On le regrette d’autant plus qu’une lecture à voix haute des Tombales devait clôturer cette rencontre ! Une conférence prévue à l’Académie de Villefranche et du Beaujolais le 13 juin 2020 est reportée à une date qui n’est pas encore définie.

Afin d’honorer malgré tout ce rendez-vous patrimonial, nous avons pris le parti de proposer l’analyse de l’un des tombeaux devant lequel nous devions nous arrêter pendant la visite guidée. Notre choix s’est porté sur le sépulcre de Philippe Héron. Chirurgien de l’hôpital de Villefranche, il paya de sa vie son dévouement sans faille aux soldats blessés de la guerre de 1914-1918 soignés dans l’hôpital auxiliaire n° 7 installé dans le collège de Mongré [4]. Cela fait écho, un peu plus d’un siècle plus tard, aux événements que nous traversons aujourd’hui et c’est pour nous une manière, bien modeste, de rendre hommage aux personnels soignants de 2020.

 

Société française de secours aux blessés militaires. Hôpital A 7 de Mongré à Villefranche-sur-Saône. La salle de pansement [Philippe Héron se trouve au centre de la photographie, 4e personne à partir de la gauche]. Carte postale [entre 1914 et 1918], collection Maison du Patrimoine, Villefranche-sur-Saône.

Société française de secours aux blessés militaires. Hôpital A 7 de Mongré à Villefranche-sur-Saône. La salle de pansement [Philippe Héron se trouve au centre de la photographie, 4e personne à partir de la gauche]. Carte postale [entre 1914 et 1918], collection Maison du Patrimoine, Villefranche-sur-Saône.

 

Le monument se dresse à l’extrémité de l’allée B, allée axiale est-ouest du cimetière sur laquelle donne le portail principal. L’édicule se trouve presque en face du tombeau d’Armand Chouffet, maire de Villefranche de 1925 à 1958, à proximité de l’intersection avec l’allée K et de l’entrée ouvrant depuis les années 2000 sur la rue Joseph-Balloffet. Cette situation dégagée, à l’ombre d’un sycomore et entre deux élégantes sépultures de hauteur comparable, met en valeur le tombeau et permet d’honorer le défunt qui y repose.

 

Vue générale du tombeau de Philippe Héron. Phot. Véronique Belle © Région Auvergne-Rhône-Alpes, I.G.P.C., 2020

Vue générale du tombeau de Philippe Héron. Phot. Véronique Belle © Région Auvergne-Rhône-Alpes, I.G.P.C., 2020

 

Philippe Héron (22 décembre 1855 -7 juillet 1918 [5]), ex-interne des hôpitaux de Lyon, vient exercer à Villefranche en tant que médecin-chirurgien à l’hôtel-Dieu dans le service des hommes [6]. Très vite, il s’investit dans la vie politique et sociale de la ville, en devenant conseiller municipal et vice-président de la société de l’Enfance abandonnée [7]. Son cabinet était situé 156 rue Nationale (aujourd’hui n° 364). et longtemps les plaques de cuivre localisant le cabinet du docteur Héron restèrent en place. Plus de deux mille personnes rendirent un dernier hommage à Philippe Héron lors de ses funérailles [8].

Ce tombeau est-il le fruit d’une souscription menée par la ville et par ses amis, ou ces derniers ont-ils au moins apporté une participation financière ? L’épitaphe « La Ville de Villefranche. Ses Amis » pourrait le laisser penser.

Son épouse est également inhumée là : Marie Jandard veuve Héron, née le 13 mars 1860, décédée le 6 novembre 1939 [9].

Le monument, qui occupe une concession double [10], porte la signature du marbrier Bornarel dont les ateliers se trouvaient 6 boulevard Gambetta, et le magasin 15 rue de la Gare à Villefranche. L’édicule a été récemment restauré. Le décor et les symboles ne se déploient que sur la face antérieure. Néanmoins, le revers est soigneusement poli.

Il est composé de trois parties : une large dalle, délimitée par un muret et des retours, supporte, à la tête de la sépulture, la stèle funéraire sommée d’une croix. La stèle repose sur un socle visuellement intégré à la clôture en pierre par le jeu des matériaux.

La dalle est en choin de Villebois (calcaire dur). La stèle, son socle, la bordure et les pots à feu sont en calcaire oolithique du Jurassique moyen de Bourgogne (Tonnerrois-Châtillonnais) [11].

Le tombeau est donc formé d’une stèle sommée d’un large débord qui protège la guirlande de pavots, fleurs du sommeil, située en dessous. Cette guirlande est « fixée » au mur par des patères qui évoquent des modèles en bronze néo-antiques. Elle est enrubannée, suggérant ainsi que le sommeil éternel n’empêche pas l’attachement de perdurer. Elle présente à la fois des boutons, des fleurs épanouies et des capsules, symbolisant de cette façon le cycle de la vie. Ces dernières, en contenant les graines, invitent à entrevoir les promesses du lendemain.

Détail de la guirlande de pavots. Phot. Véronique Belle © Région Auvergne-Rhône-Alpes, I.G.P.C., 2020

Détail de la guirlande de pavots. Phot. Véronique Belle © Région Auvergne-Rhône-Alpes, I.G.P.C., 2020

 

La stèle est sommée d’une croix nimbée d’une couronne d’immortelles en pierre qui pérennise les couronnes de fleurs fraîches ou séchées éphémères déposées sur le tombeau lors des funérailles. La couronne, qui est un cercle, figure le recommencement, l’éternité, elle conforte le symbole des fleurs dites immortelles. Ici, la couronne fait corps avec la croix, évoquant la croix celtique. La transition entre la croix et son socle est adoucie par des enroulements feuillagés.

Détail de la croix et de la couronne d’immortelles, revers. Phot. Véronique Belle © Région Auvergne-Rhône-Alpes, I.G.P.C., 2020

Détail de la croix et de la couronne d’immortelles, revers. Phot. Véronique Belle © Région Auvergne-Rhône-Alpes, I.G.P.C., 2020

 

Deux pots à feu en forme de balustres, aux proportions inhabituelles, un peu maladroites, servent d’amortissement à l’intersection entre le muret du fond et les bordures latérales en volute formant barrières. La flamme symbolise la vie, le souvenir vivace et perpétuel. Elle permet également d’orienter la marche dans les ténèbres.

Détail d’un pot à feu. Phot. Véronique Belle © Région Auvergne-Rhône-Alpes, I.G.P.C., 2020

Détail d’un pot à feu. Phot. Véronique Belle © Région Auvergne-Rhône-Alpes, I.G.P.C., 2020

 

Le monument est pourvu d’une jardinière en pierre à bords festonnés.

Le portrait en buste de Philippe Héron, de face, portant la moustache, est un bas-relief encastré dans la stèle. En bronze, il porte la marque de la Manufacture lyonnaise des Bronzes d’Eclairage sise à Villeurbanne [12]. Il mesure 38 cm de côté environ. Les traits et l’expression du visage de Philippe Héron sont fidèles à la carte postale le montrant officiant dans la salle de pansement de l’hôpital A 7 de Mongré.

 

Détail du portrait en bronze. Phot. Véronique Belle © Région Auvergne-Rhône-Alpes, I.G.P.C., 2020

Détail du portrait en bronze. Phot. Véronique Belle © Région Auvergne-Rhône-Alpes, I.G.P.C., 2020

 

Ce tombeau, par son aspect architecturé, par l’usage d’un vocabulaire funéraire et par la présence du portrait qui perpétue le souvenir tangible du défunt, s’intègre bien à l’allée des notables qu’est l’allée B.

 

En apportant notre contribution à une meilleure connaissance du patrimoine funéraire par la publication de cet article, l’occasion nous est donnée ici de mentionner le volume tout récemment sorti de la collection Documents & Méthodes publié par la mission de l’Inventaire général du patrimoine culturel, ouvrage collectif réalisé sous la direction d’Isabelle Duhau et de Guénola Groud : Cimetières et patrimoine funéraire. Étude, protection, valori­sation [13]. Il est le fruit d’une collaboration avec la cellule Patrimoine du service des Cimetières de la Ville de Paris. Vocabulaire, décryptage des symboles et de l’ornementation funéraire, ana­lyse des formes, exemples d’études de cimetières, protections patrimoniales et tentatives de plans de gestion, expériences de valorisation des bâtiments et des tombeaux, transformations en jardin public à l’occasion du passage au zéro phyto… sont autant de sujets abordés dans ce manuel. Sa vocation est d’apporter aux professionnels du patrimoine, comme aux gestionnaires des collectivités territoriales, aux associations locales, comme aux étudiants, des outils pour mieux comprendre ce patrimoine et lui permettre de trouver sa juste place parmi les marqueurs du territoire. Le tout est nourri d’une riche bibliographie.

L’ouvrage, gratuit, est téléchargeable sur le site du ministère de la Culture (https://www.culture.gouv.fr/Espace-documentation/Publications-revues/Cimetieres-et-patrimoine-funeraire.-Etude-protection-valorisation) et sur la plateforme d’archivage pérenne HAL ( https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02484319).

Le service Patrimoines et Inventaire général de la région Auvergne-Rhône-Alpes y a participé par une synthèse sur les sources privées, et notamment celles de marbriers lyonnais (Moine, Marbriers et sculpteurs réunis, Paul-Favre)[14] mais également par divers éléments choisis pour illustrer plusieurs chapitres essentiellement concentrés dans la troisième partie dédiée à « L’étude : observation et analyse ». Ces éléments documentent ainsi « Du cimetière à la sépulture et à l’identité des défunts », « Le vitrail funéraire », « Le décor : représentations et symboles », et « Garnir le tombeau : plaques, couronnes, jardinières », ainsi que la partie « Vocabulaire » située en fin d’étude [15]. Six des douze départements d’Auvergne-Rhône-Alpes affleurent à la lecture de l’ouvrage : l’Ain, avec le vitrail Le Libertaire dans le cimetière de Toussieux (p. 169), la Loire et le tableau commémoratif des morts d’Essertines-en-Châtelneuf (p. 334), la Haute-Loire et la tenture de catafalque de Paulhac (même page), le Puy-de-Dôme, avec le décor en lave émaillée de Rochefort-Montagne (p. 172) et la couronne funéraire de Luzillat (p. 213). Le département du Rhône arrive en tête avec Lyon qui compte plusieurs grands cimetières : on y découvre le très bel exemple d’ouroboros [16] qui orne la chapelle de la famille Lupin-Roux dans le cimetière ancien de Loyasse (p. 177), un poteau indicateur en fonte dans le cimetière ancien de la Guillotière (p. 125), le crématorium (p. 320-321) et le jardin du souvenir (p. 325) du cimetière nouveau de la Guillotière, les larves [17] qui accueillent dès le portail les visiteurs du cimetière ancien de la Croix-Rousse (p. 191), le carré des marbriers (p. 130) et une allée du cimetière nouveau (p. 122), et enfin le portail secondaire du cimetière de Saint-Rambert (p. 115). Le chef-lieu du département n’est pas le seul à figurer dans l’ouvrage : émergent la représentation d’un agneau, qui semble à peine sorti de l’étable, à La Mulatière (p. 174), le tombeau du marbrier-sculpteur Dubief à Villefranche-sur-Saône (p. 174 et 302), un tombeau de vigneron à Saint-Etienne-des-Oullières (p. 200) et la chapelle de la famille Vapillon, dynastie de marbriers, à Theizé (p. 93). La Savoie n’est pas oubliée avec le tombeau des architectes Jules Pin aîné et Jean-Jules Pin, doté d’une colonne tronquée (p. 153), ainsi que le projet de caveau par l’entreprise Léon Grosse à Aix-les-Bains (p. 33), et enfin la parure de cheval de corbillard à Saint-Offenge-Dessus (p. 325).

Véronique Belle, Inventaire général du Patrimoine culturel, Région Auvergne-Rhône-Alpes

 

Pour citer cet article

BELLE, Véronique. MEAUDRE, Janine. PETIT, Laurence. « Patrimoine funéraire à Villefranche-sur-Saône : un rendez-vous reporté. » Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Auvergne-Rhône-Alpes [en ligne], 18 mai 2020 [consulté le …]. URL : https://inventaire-rra.hypotheses.org/6710.

 

[1] Ce travail est le fruit d’une recherche menée par Véronique Belle, chercheure, Région Auvergne-Rhône-Alpes, Patrimoines et Inventaire général, Janine Meaudre, Académie de Villefranche et du Beaujolais, et Laurence Petit, médiathèque de Villefranche, en charge du fonds patrimonial.

[2] Meaudre, Janine. « Les cimetières de Villefranche », Branche, P. Rey, JP, et alii. Villefranche-sur-Saône, une histoire en Beaujolais. Editions du Poutan, 2019, p. 136-137.

[3] « Les vieux Caladois, quand ils accompagnaient un corbillard vers le cimetière, disaient qu’ils allaient « chez Dubief », Travaux de Lisette Orgeret, Médiathèque Pierre-Mendès-France, Villefranche-sur-Saône.

[4] Galland, Philippe. « Guerre de 1914-1918 : quand Mongré était un hôpital militaire », Le Progrès, 27 février 2018, https://www.leprogres.fr/rhone-69-edition-villefranche-et-beaujolais/2018/02/27/guerre-de-1914-1918-quand-mongre-etait-un-hopital-militaire.

[5] Actes de naissance et de décès de Philippe Héron.

[6] Annuaire Dubief, 1907, p. 23.

[7] Une Rue, une vie : exposition urbaine, 18 avril-18 mai 2009 / Maison du Patrimoine de Villefranche-sur-Saône. Villefranche-sur-Saône : Maison du Patrimoine, 2009 (EEA 777). Nous remercions vivement Philippe Branche et Chrystèle Del Campo pour la documentation fournie.

[8] Courrier du Beaujolais, 13 juillet 1918.

[9] Actes de naissance et de décès de Jeanne Marie Jandard veuve Philippe Héron.

[10] Elle porte désormais le numéro 2338 depuis la nouvelle numérotation des caveaux datant de 2017.

[11] L’identification des matériaux est due à Bruno Rousselle, géologue, conservateur de l’Espace Pierres folles, conseiller scientifique du Géoparc Beaujolais Unesco.

[12] Nos remerciements les plus vifs vont à Danielle Coste, présidente de la Fédération du Patrimoine de l’Est lyonnais, Marie-Claude Brunet, historienne de Solaize, Clément Barioz, président de Viniciacum, et Renée Pellegrini, de Mémoire Miolande, qui nous ont aidées à décrypter la signature du fondeur.

[13] DUHAU Isabelle, GROUD Guénola (dir.), Cimetières et patrimoine funéraire. Étude, protection, valori­sation, Paris, Ministère de la Culture, direction générale des Patri­moines, 2020, 365 p. (Documents & Méthodes, ISSN 1150-1383 ; 12). ISBN : 978-2-11-162044-5.

[14] BELLE, Véronique. « Les marbriers et leurs archives : des sources privées pour l’étude du patrimoine funéraire », p. 88-93.

[15] On retiendra également que Céline Bardin, de la fédération régionale des acteurs du patrimoine d’Auvergne-Rhône-Alpes, est l’auteure de l’article « L’engagement des associations : les actions de Patrimoine Aurhalpin », p. 296-297.

[16] « On parle d’ouroboros lorsque le serpent est représenté enroulé en cercle, se mordant la queue. Dépourvu de symbolique chrétienne, il évoque alors l’amour éternel, l’éternité, la continuité », p. 177 de l’ouvrage.

[17] « Les larves sont une référence aux masques de théâtre à l’expression tragique, yeux vides et bouche ouverte, qui ornaient les acrotères des tombeaux antiques », p. 191 de l’ouvrage.

 

 

 

 

 

 

 


1 réponse

  1. BOUILLOT Simone dit :

    Félicitations Véronique pour cet article très éclairant sur ce patrimoine auquel on ne prête pas toujours attention. J’ai apprécié, notamment, les explications relatives à la symbolique des décorations qui ont toutes une signification très précise et n’ont pas été utilisées par hasard.
    Est-ce que tu envisages de le diffuser auprès des lecteurs de l’association ? Beaucoup sont de Villefranche, il me semble que cela pourrait les intéresser.
    Bonne poursuite dans tes recherches.
    Amicalement,
    Simone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search