Les lycées dans la fabrique urbaine. Quelques cas de figure choisis en Région Auvergne-Rhône-Alpes avant inventaire (1802-1988).

Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). aperçu du lycée de jeunes filles Jeanne-d’Arc (ouvert en 1899), depuis les baies hautes d’un couloir du lycée de garçons Blaise-Pascal, rapproché du premier dans les années 1950, contribuant à former un « quartier estudiantin ». Phot. Christian Parisey © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2020.

Napoléon Bonaparte, par la loi générale sur l’Instruction publique du 1er mai 1802, crée les lycées1. Ces établissements, alors réservés aux garçons issus des classes les plus favorisées, ne sont pas les seuls à dispenser un enseignement secondaire public : les municipalités peuvent également en avoir l’initiative sous la forme de « collèges communaux », le titre de « lycée » leur étant refusé2.

Le premier lycée créé en France hors Paris se situe à Moulins (Allier). Il est inauguré en 1803, installé dans un ancien couvent de visitandines, tandis que le premier lycée construit ex-nihilo en France, soit en 1810-1814, se trouve à La Roche-sur-Yon, en Vendée, dans la partie de la ville fondée par Napoléon en 1804.

Un siècle plus tard, lors de l’Enquête sur l’enseignement secondaire réalisée pour les députés, et en dépit de la possibilité offerte aux jeunes filles d’accéder elles aussi à l’enseignement secondaire depuis la loi du 21 décembre 18803, les quatre départements composant l’ex-Auvergne, par exemple, ne disposent encore que de huit lycées4. Mais il ne s’agit alors que d’enseignement général, les filières technique, agricole et professionnelle n’obtenant la dénomination de lycée qu’à partir de 1959, 1960 et 1975. Entre-temps ces formations étaient néanmoins assurées dans des écoles nationales professionnelles, centres de formation agricole, collèges d’enseignement technique, etc. : une variété de titres et statuts dont il serait fastidieux de donner ici l’éventail exhaustif et documenté5. Ainsi, par exemple, l’actuel lycée Jean-Zay de Thiers est né en 1931 « école nationale professionnelle », le lycée Marie-Curie de Clermont-Ferrand est né en 1951 « centre d’apprentissage féminin », le lycée agricole de Pontaumur est né en 1969 « centre de formation professionnelle agricole » …

Quoi qu’il en soit du nombre incalculable de réorganisations dans le domaine de l’enseignement secondaire et d’applications de nouvelles terminologies, en 2018, le nombre de lycées installés sur le territoire de l’ex-Auvergne est de 68, sans compter les édifices ayant été construits pour être des lycées mais actuellement désaffectés, et dont il est pour l’instant difficile de dresser la liste exhaustive6. Ce bond de 8 à 68 s’explique aussi parce que la gratuité de l’enseignement secondaire était accordée depuis 1930 et parce qu’il était rendu obligatoire (jusqu’à 16 ans) depuis 1959 ; la croissance démographique d’après-guerre a ensuite fini de rendre nécessaire la construction de nouveaux bâtiments.

À l’échelle de la région Auvergne-Rhône-Alpes, le nombre d’établissements dénommés lycée public en 2018 s’élève à 3247.

 

L’analyse de la formation des territoires étant au cœur de la démarche des services de l’Inventaire général du patrimoine culturel, une des dernières études menée par le service d’Auvergne-Rhône-Alpes a porté sur les processus de fabrication des tissus urbains en ex-Auvergne8. Or parmi ces processus l’intégration des équipements publics demeure fondamentale. C’est ainsi que le lycée a été retenu comme représentatif d’un équipement public dans le cadre d’une démonstration sur la fabrication des villes. Le sujet a certes été peu traité, contrairement à l’intégration urbaine des universités et des écoles primaires, mais on a pu repérer l’étude menée par l’historien Marc Le Cœur, à l’échelle de Paris et pour la période 1802-19149, la thèse de doctorat en géographie de Dae-Bong Yeom, traitant du rôle dans le développement urbain des lycées de deux villes nouvelles franciliennes10, et une autre de Denis Paul, étudiant en architecture à Grenoble, qui porte le titre « La ville et le lycée »11. On peut y ajouter le chapitre « Le lycée et la ville » de l’ouvrage Architectures et lycées en Ile-de-France qui traite brièvement du sujet à l’échelle d’une région12. Il paraît donc légitime de tenter une analyse en l’étendant au périmètre de la région Auvergne-Rhône-Alpes. En assumant le fait, comme l’énonce Solenn Huitric, qu’on n’étudie pas le lycée pour lui-même mais pour ce qu’il dit dans et de l’espace urbain.

Dans cette perspective, de la liste de départ fournie par la direction des lycées de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, seuls nous intéresseront les établissements implantés en milieu urbain, desquels il faudra encore soustraire ceux construits après 1988 qui sortent du cadre chronologique que les services de l’Inventaire se donnent (soit 30 ans avant la réalisation de l’enquête, garants d’un recul nécessaire à l’analyse de l’historien).

Ce travail doit trouver son terme en 2021. L’on ne propose ici qu’un premier aperçu basé sur l’observation in situ d’une quarantaine de lycées choisis aléatoirement, situés pour partie en ex-Auvergne (Clermont-Ferrand essentiellement) et en ex-Rhône-Alpes (dans le département de la Loire essentiellement). Ainsi se sont dégagés trois axes de réflexion que la consultation d’archives et d’éléments bibliographiques confortent. Le premier est celui du choix d’emplacement, le second concerne les termes du dialogue avec la rue, d’où le troisième émerge : le balancement entre monumentalité et discrétion.

Pour lire l’intégralité de cet article, veuillez emprunter ce chemin :

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02750967

 

Bénédicte RENAUD-MORAND, Chercheure, Inventaire général du patrimoine culturel, Région Auvergne-Rhône-Alpes

Pour citer cet article : RENAUD-MORAND, Bénédicte. Les lycées dans la fabrique urbaine. Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Auvergne-Rhône-Alpes [en ligne], 05 juin 2020. [Consulté le …] URL : https//inventaire-rra.hypotheses.org/6754

 

 

______________________________________________________________________________
Notes
  1. Avec les lycées il assure en quelque sorte la relève des « écoles centrales » du Directoire, elles-mêmes héritières des collèges d’humanités d’Ancien Régime. []
  2. Nombre d’entre ces derniers sont transformés en lycées dans le courant du XIXe siècle : déjà 45 entre 1830 et 1880. Voir en particulier HUITRIC, Solenn, « Installer un lycée dans sa ville (1830-1880). Politique scolaire et réseau urbain », dans Histoire urbaine, n°45, avril 2016, p. 87 à 106. []
  3. Cependant l’enseignement qui y est dispensé n’est pas le même que celui destiné aux garçons et elles ne pourront accéder au même baccalauréat qu’à partir de 1925. Voir HÉRY, Évelyne, « Quand le baccalauréat devient mixte », Clio. Histoire, femmes et sociétés [en ligne], n°18, 2003, p. 77-90. []
  4. Lycées de garçons de Moulins, de Montluçon, de Clermont-Ferrand, d’Aurillac et du Puy-en-Velay et lycées de jeunes filles de Clermont-Ferrand, de Moulins et du Puy-en-Velay. []
  5. Philippe Savoie écrit d’ailleurs : « En fin de compte, seules les classes d’enseignement général des lycées peuvent être considérées, en France, comme les héritières à part entière de l’ancien enseignement secondaire ». Voir SAVOIE, Philippe. L’émergence de l’enseignement secondaire In : La construction de l’enseignement secondaire (1802-1914) : Aux origines d’un service public [en ligne]. Lyon : ENS Éditions, 2013 (généré le 13 décembre 2019). Disponible sur Internet : . ISBN : 9782847885651. DOI : 10.4000/books.enseditions.5051 []
  6. Par exemple, le lycée de garçons de Montluçon construit à partir de 1880 sur des plans de Charles Le Cœur, devenu collège Jules-Ferry. []
  7. Les régions sont responsables de ces établissements depuis les lois de décentralisation de 1983, effectives au 1er janvier 1986. []
  8. Sur les nuances qui séparent les notions de tissu et espace urbains, voir : GAUTHIEZ, Bernard. Espace urbain. Vocabulaire et morphologie, Paris : Centre des monuments nationaux/Monum, Éditions du patrimoine [coll. « Principes d’analyse scientifique »], 2003, p. 110 et 196. []
  9. LE CŒUR, Marc, « Les lycées dans la ville : l’exemple parisien (1802-1914) », dans Histoire de l’éducation, n°90, 2001, p. 131-167. Le même Marc Le Cœur constate, dans un autre article paru en 2004 (Histoire de l’éducation, n° 102), l’absence d’études d’envergure consacrées aux bâtiments destinés à l’enseignement secondaire, ce qu’il attribue à l’erreur de les assimiler aux bâtiments d’école primaire dont ils constitueraient une « variante plus ou moins monumentale ».  []
  10. YEOM, Dae-Bong, « Le rôle du lycée dans le développement urbain : le cas des villes nouvelles de Cergy-Pontoise et Saint-Quentin-en-Yvelines », thèse de doctorat en Aménagement de l’espace, Université de Paris X-Nanterre, dir. : Guy Burgel, 2006. []
  11. Travail personnel de fin d’étude (TPFE), dir. : Serge Gros, 1993. []
  12. [Région Ile-de-France, service communication ; ROCHANT, Catherine, dir]. Architectures et lycées en Ile-de-France, Paris : Conseil régional d’Ile-de-France, 1988, p. 60-61. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.