Les périurbains d’Auvergne-Rhône-Alpes au prisme des nouveaux villages pavillonnaires. Méthodologie pour une analyse des lotissements concertés.

Les périurbains, leurs formes urbaines et architecturales, relèvent-ils du patrimoine ? Le programme de recherche Périurbains, conduit par le Conseil national de l’Inventaire général du patrimoine culturel de 2008 à 2015, a engagé l’Inventaire sur cette question. Un état de ces réflexions fut établi avec le colloque Périurbains : territoires, réseaux et temporalités, tenu à Amiens les 30 septembre et 1er octobre 2010[1]. Ce questionnement peut de surcroît s’appuyer sur l’abondante production artistique et sur des expositions récentes prenant les périurbains pour sujet[2].

Rurbain[3], suburbain[4], ville émergente[5], tiers espace[6], communes clubbisées[7] : l’abondance de termes se référant aux espaces périurbains est symptomatique de leur diversité architecturale, urbaine, géographique et socio-économique. En préconisant l’usage du mot « périurbains »[8] au pluriel, Laurent Cailly, maître de conférences en géographie à l’université de Tours, est parvenu à refléter cette pluralité.

Longtemps tenus éloignés du champ de l’histoire de l’architecture, les périurbains sont difficilement saisissables avec ses outils, généralement convoqués pour la description de chefs-d’œuvre. Ces derniers doivent nécessairement être adaptés, sinon inventés. Avec sa capacité à tourner son regard vers l’ordinaire, les méthodes de l’Inventaire sont à ce titre les plus appropriées. Cet article constitue l’exposé d’une méthode de repérage et d’analyse des lotissements concertés, établie à partir d’une comparaison entre l’Île-de-France, berceau du processus de périurbanisation et l’Auvergne-Rhône-Alpes[9]. Si cette démarche est vouée à s’étendre à de nouveaux territoires, ce choix initial ne tient pas du hasard. Après leurs débuts franciliens, la région Rhône-Alpes fut considérée par les promoteurs de lotissements comme le marché le plus propice à l’extension de leurs activités, de sorte qu’en 1977, elle enregistrait « un taux de développement de la maison individuelle 50% supérieur à celui du marché français »[10].

 

Les périurbains vus par l’histoire de l’architecture : éléments de méthode

Les périurbains peuvent être définis par leurs limites et leur contenu. Les espaces qui nous intéressent constituent aussi bien la troisième couronne des agglomérations – après la ville-centre et la banlieue – que les aires urbanisées se greffant aux centre-bourgs anciens. Associés à un « effacement progressif de la frontière entre la ville et la campagne »[11] ces territoires font se rencontrer étendues agricoles et naturelles, échangeurs routiers, zones commerciales et industrielles, avec des zones résidentielles constituées à plus de 80% d’habitat individuel[12].

L’abondante filmographie, bibliographie et plus largement création artistique sur le sujet témoigne de la place dominante qu’occupe la maison unifamiliale dans l’imaginaire collectif du périurbain. Pour aborder le vaste spectre des formes périurbaines, le pavillonnaire est ainsi apparu comme la porte d’entrée la plus pertinente. Cet habitat individuel se matérialise majoritairement sous la forme de lotissements. Objet juridique depuis la promulgation de la première loi française de planification urbaine dite Cornudet de 1919, complétée en 1924, le terme désigne un terrain acquis pour être viabilisé et divisé en plusieurs parcelles à bâtir. Effet imputable à la loi sur l’architecture de 1977, le pavillonnaire est rarement œuvre d’architecte[13]. Le recours à la profession est toutefois plus fréquent dans les lotissements concertés exigeant des « servitudes déterminant l’aspect architectural des bâtiments »[14].

La répétitivité généralement perçue dans ces ensembles exclut d’élire un édifice représentatif au sein d’une opération. Il apparaît ainsi nécessaire d’appréhender les lotissements comme une forme urbaine, voire paysagère, plutôt que comme une addition d’objets architecturaux. Les cahiers des charges des lotissements concertés sont à cet égard des éléments fondamentaux. Ils établissent les caractéristiques de l’environnement créé et constituent le principal garant de sa conservation.

Plusieurs méthodes d’analyse urbaine furent convoquées dans la conception de cette grille de repérage. Le Vocabulaire de l’espace urbain, contient quelques éléments terminologiques applicables aux zones pavillonnaires[15]. Il s’agit de termes généraux tels que : centre commercial et hypermarché, lotissement concerté ou spontané, individualisation architecturale par unité de conception. Cités pavillonnaires et nouveaux villages y sont mentionnés. La périphérie y est définie comme la « partie la plus excentrée d’une banlieue, caractérisée par l’urbanisation peu dense et anisotrope d’un espace encore marqué par son état rural antérieur »[16] ; l’entrée de ville, comme un « lieu situé de part et d’autre d’une artère par laquelle on entre dans une agglomération ou l’on en sort, généralement de sa partie densément bâtie »[17] ; la périurbanisation, comme un phénomène « caractéristique de l’urbanisation à partir des années 1960 (…) [qui] s’explique par la mobilisation de disponibilités foncières adéquates pour répondre à une demande massive de logements individuels »[18]. Les études de Claudie Gontier et d’Isabelle Barbedor, chercheuses à l’Inventaire, respectivement sur le Grand Projet de Ville l’Estaque-les-Riaux et les lotissements rennais, ont amorcé une typologie des lotissements[19]. Une étude de l’Institut d’aménagement et d’urbanisme (IAU) sur les ensembles résidentiels enclavés d’Île-de-France menée en 2010, apporte un lexique simple concernant leur structure viaire[20]. Encore aujourd’hui, la méthode d’analyse la plus complète demeure celle développée dans le Cahier de l’IAURP consacré aux ensembles de logements individuels et semi-collectifs, publié en 1974[21]. Ce système descriptif considérant l’insertion dans l’environnement urbain et naturel, liant organisation interne et caractéristiques architecturales, est un outil précieux mais paradoxalement très peu employé. Nous n’en retrouvons trace que dans le cadre d’une journée de visite de l’habitat pavillonnaire organisée par le Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement (CAUE) de l’Essonne en 2000.

Établissement d’une grille de repérage : les villages Levitt comme point de référence

De la fin des années soixante aux années quatre-vingts, la production pavillonnaire s’est majoritairement matérialisée sous la forme de nouveaux villages[22]. Ces lotissements concertés sont remarquables par leur harmonie architecturale et paysagère.

Le modèle fut introduit par le promoteur américain Levitt & Sons, qui inaugurait son premier nouveau village au Mesnil-Saint-Denis en 1967[23]. Dès 1966, le ministère de l’Équipement présentait le premier Villagexpo à Saint-Michel-sur-Orge dans l’Essonne. Sur un plan masse conçu par Michel Andrault et Pierre Parat, aux côtés d’un hall d’exposition conçu par Jean Prouvé, Levitt y présentait deux maisons témoins. Dans les années soixante-dix, des concurrents tels que Kaufman & Broad popularisaient la formule du nouveau village en Île-de-France avant de conquérir l’Hexagone.

De son arrivée en France à son dépôt de bilan en 1981, Levitt & Sons ne construit qu’environ 5 000 maisons[24]. Son influence sur la forme des nouveaux villages est pourtant indéniable. Bien qu’au fil du temps les emprunts explicites se muent en empreintes discrètes, nous formulons ici l’hypothèse suivante : des années soixante à nos jours, l’ensemble des lotissements concertés sont héritiers du modèle instauré par Levitt.

Sur ce postulat, la méthode de repérage exposée ci-dessous est applicable à l’ensemble des lotissements concertés. À partir de l’analyse du modèle Levitt, nous effectuons une lecture selon trois gradients : l’inscription du lotissement dans son environnement ; sa structure urbaine et ses attributs architecturaux ; son fonctionnement interne, notamment à travers la voirie et les équipements.

Fig. 1: Espaces verts communs et backyards non clôturés en arrière-plan. Les Résidences du Château, Le Mesnil-Saint-Denis. © Elodie Bitsindou, 2019

Les villages Levitt construits en Île-de-France sont tous remarquables par leur situation géographique. En tant que pionnière de ce mode d’urbanisation, l’entreprise fut en mesure d’inscrire ses résidences dans des emplacements de choix, attirant ainsi une « clientèle de cadres moyens et supérieurs »[25] assez aisés pour s’offrir un véhicule. À l’image des Résidences du Château en Vallée de Chevreuse, desservies par l’autoroute de l’Ouest[26] et situées dans l’aire d’influence de Saint-Quentin-en-Yvelines, chaque opération bénéficie de la proximité de la capitale ou d’une ville nouvelle, s’insère auprès d’espaces naturels et au voisinage de monuments anciens.

Taillés pour l’usage de l’automobile, ces vastes parcs résidentiels réunissant quelques centaines à plus d’un millier de maisons, offrent un paysage harmonieux tout en évitant la monotonie. Des voies courbes et des placettes s’ouvrent sur des espaces verts communs [Fig. 1] et des parcelles de particuliers à l’origine non clôturées.

La disposition des maisons, planifiée selon des variations d’angle et de distance à la rue, crée de la variété malgré un nombre limité de modèles. Parements de briques et bardages de bois peint en blanc, ornent des façades sobres mais immédiatement reconnaissables. Des fermetures d’avant-toit en bois blanc couronnent les élévations et des porches profonds aux colonnes de bois blanc également, constituent des références claires aux cottages américains[27] Fig. 2].

 

Fig. 2: Modèle Évry (Levitt France), avec parement en brique, pignon orné de bardage blanc, porche en bois mouluré. Les Résidences du Parc, Lésigny. © Elodie Bitsindou, 2019

Matériaux de couverture, couleurs des portes et des volets, sont régis par des nuanciers fixés par le cahier des charges. Celui-ci interdit également les plantations potagères. Les jardins deviennent ainsi exclusivement des espaces de plaisance et d’ornement. Dans ce dispositif, l’avant (frontyard) et l’arrière de la maison (backyard) sont deux lieux de vies aux fonctions distinctes. Le frontyard est une zone de transition entre espace public et privé. Son ouverture sur la rue encourage les interactions sociales avec le voisinage, tandis que le backyard, plus isolé, se prête mieux à recevoir les proches.

Les habitants disposent de centres commerciaux, d’équipements sportifs et de loisirs, d’écoles et de centres sociaux. Les villages Levitt répondent ainsi au souhait de Paul Delouvrier et Roland Nungesser, à savoir « que des promoteurs, publics ou privés, aient la volonté et le goût de faire en France de “nouveaux villages”, au sein desquels il ne s’agirait plus du quadrillage infini de l’univers pavillonnaire, mais d’une composition organique vivante harmonieuse entre les logements, le site et les équipements collectifs »[28] ; souhait énoncé lors de l’inauguration du concours Habitats individuels en 1964

Sur le modèle des suburbs américaines, la voirie des villages Levitt s’agence en boucles et raquettes desservant chaque pavillon grâce aux driveways, voies de garages perpendiculaires à la rue. Bien que les résidences soient pensées pour la circulation automobile, les espaces verts communs sont traversés par de nombreux cheminements piétons, permettant une mobilité douce dans l’enceinte du lotissement. Les délimitations spatiales jouent un rôle prépondérant dans l’usage de ces espaces. L’absence de clôture permettait une fluidité totale des circulations et favorisait les contacts entre résidents. Aujourd’hui, si les enceintes construites sont toujours prohibées, les habitants ont souvent cherché à définir visuellement les limites de leurs parcelles. Des bornes en briques figurant le nom de la résidence en lettres blanches en marquent les limites [Fig. 3]. Les accès s’en trouvent magnifiés et l’aspect privé de la résidence, renforcé.

Fig. 3: Borne d’entrée des résidences du Parc, Lésigny © Elodie Bitsindou, 2021

De ces observations découlent les critères d’analyse suivants. Concernant l’insertion du lotissement dans son environnement : présence d’espaces naturels préexistants, degré d’intégration à l’espace urbain, facilité d’accès à d’éventuels équipements, inscription dans une zone qualifiée (ZAC…), nombre d’issues du lotissement, traitement des lisières. La pratique du terrain en Auvergne-Rhône-Alpes a révélé de nombreuses résidences bénéficiant de la vue d’éléments remarquables dans le grand paysage[29]. La présence d’un point de repère paysager s’ajoute donc à la liste. L’aspect architectural et urbain s’apprécie selon : l’organisation spatiale, le degré d’unité, la présence d’une intention architecturale, le nombre de modèles, les matériaux et éléments de décor. La découverte de résidences tirant parti du relief auvergnat a donné naissance au critère de l’adaptation aux facteurs naturels. Le fonctionnement de la résidence s’évalue au regard de la part de la voirie dédiée à l’automobile, au stationnement et aux piétons, de la présence d’espaces verts communs, et de l’existence d’équipements. Il faut enfin quantifier la présence de délimitations et relever leur type : marquage ou clôture, végétal ou construit. Le marquage désigne une frontière visuelle basse et non close, préservant ainsi la continuité du paysage. La clôture s’élève pour isoler une parcelle visuellement et fonctionnellement.

 

Continuité et adaptation d’un modèle : les lotissements concertés en Auvergne-Rhône-Alpes

Afin de brosser un portrait pertinent des lotissements concertés en Auvergne-Rhône-Alpes, il s’agissait d’étudier des exemples comparables au mètre-étalon Levitt et tout à la fois différents entre eux. Dans les lotissements sélectionnés [Fig. 4][30], des éléments permettent d’établir une filiation manifeste avec Levitt et le modèle américain.

Fig. 4. Localisation des lotissements (Puy-de-Dôme et Isère) © Guylaine Beauparland-Dupuy/Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2021

L’enquête sur le terrain a toutefois fait ressortir des spécificités locales, qui permettent in fine d’organiser les lotissements en deux types : les lotissements à intentions néo-régionalistes et les lotissements panoramiques.

Achevée en 1979, La Chênaie [Fig. 5] est la première opération Levitt & Sons en dehors de l’Île-de-France. Située à Villefontaine (Isère), elle réunit quatre-vingts maisons sur des terrains ouverts à l’origine. La fin des années soixante-dix fut marquée par le départ du PDG William Levitt et le rachat de la filiale française de l’entreprise par des hommes d’affaires parisiens, alors que l’économie faisait face à deux chocs pétroliers[31]. Ceci explique la dimension réduite du lotissement, qu’on ne saurait qualifier de village.

Fig. 5. Villefontaine © Guylaine Beauparland-Dupuy/Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2021

L’ensemble est exempt d’équipements et d’espaces verts communs, mais jouit de la proximité d’un espace naturel, le Vallon du Layet. Deux modèles de pavillons reprennent les éléments architecturaux caractéristiques de Levitt : toiture à faible pente soulignée de fermetures d’avant-toit blanches, enduit clair orné de parement en briques et de bardage blanc. Les driveways s’adaptent ici à la légère déclivité du terrain en desservant des garages enterrés. La voirie est dédiée à l’automobile, à l’exception de quelques cheminements piétons. Celle-ci s’organise en trois boucles, dont l’unique issue est mise en valeur par le fameux marquage d’entrée en briques à lettres blanches. Lui-même enclavé, le lotissement fait partie d’une nappe pavillonnaire relativement isolée du centre-ville. Il fut cependant construit dans le périmètre de la ville nouvelle de L’Isle-d’Abeau, garantie suffisante d’accès à un certain nombre d’équipements.

À Aubière (Puy-de-Dôme), Le Parc du Mirondet [Fig. 6] fut construit au début des années quatre-vingt-dix par la société European Homes.

Fig. 6. Aubière © Guylaine Beauparland-Dupuy/Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2021

La majorité des soixante-dix propriétés ne présente pas de clôture à l’avant, laissant supposer que la résidence était entièrement ouverte. Malgré leurs façades roses, la ressemblance avec le modèle Levitt est frappante dans le plan et l’ornementation des maisons. Les toitures à faible pente sont soulignées d’une ligne blanche, certaines façades sont ornées de shingles blancs dont la trace sur certains pignons laisse deviner qu’ils agrémentaient à l’origine l’ensemble des pavillons. Un modèle en plain-pied est la réplique du modèle Iverny [Fig. 7 et 8] de Levitt, tandis qu’un autre agrémenté d’un long porche en façade, reproduit un modèle récurrent de Kaufman & Broad.

Fig. 7 : Modèle Iverny (Levitt France). Le Parc de Villeroy, Mennecy. © Elodie Bitsindou, 2019.

 

Fig. 8 : Pavillon European Homes. Le Parc du Mirondet, Aubière. © Bénédicte Renaud-Morand/Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2021

Sachant que la société European Homes fut fondée en 1973, par le français Pierre Picard et l’américain Harold Gootrad, et que celui-ci fut à l’origine de l’implantation de Kaufman & Broad en France en 1968, il est impossible de supposer ces ressemblances fortuites. La voirie est organisée en boucles, mais dessine un motif orthogonal et serré, augmentant la densité d’un ensemble dédié à l’automobile, à l’exception d’un espace vert peu étendu et de quelques cheminements piétons. Le lotissement est intégré à une nappe pavillonnaire en périphérie d’Aubière.

Ces deux exemples où l’empreinte du modèle américain est très présente, sont parsemés de références au paysage local. Dans les deux résidences, la légère déclivité du terrain est compensée par des murs de soutènement en pierre sèche [Fig. 9]. Au Parc du Mirondet, les toits à faible pente sont couverts de tuiles canal répandues dans la région. 

Fig. 9. Lotissement La Chênaie, Villefontaine (Isère) : modèle Barbizon, avec mur de soutènement en pierres sèches. Ce modèle fut introduit en 1977 pour la dernière tranche du Parc de Villeroy à Mennecy. © Elodie Bitsindou, 2019

Jean-Paul Brusson a mis en avant la propension du néo-régionalisme à se détacher de la réalité des modèles locaux, pour privilégier la création de cadres de vies ou d’ambiances. Dans l’article « le néo-régionalisme se moque-t-il du lieu ? »[32], il décrit des « néo-villages de pavillons, qui sont toujours une forme massive de l’urbanisation, mais avec une référence culturelle à l’esthétique de l’architecture “locale” »[33]. Associées aux tuiles canal, les façades roses du Parc du Mirondet créent un décor tenant autant de l’auvergnat que du provençal. Notons dans ce sens qu’en 1977, débutant son expansion dans la moitié sud de l’Hexagone, Kaufman & Broad attachait l’épithète Provence à sa raison sociale. Auparavant, Levitt & Sons promettait à ses premiers acheteurs des constructions « dans le plus pur style Île-de-France, avec ses toits de tuiles et ses solides volets de bois »[34]. Les menuiseries inspirées de l’architecture coloniale et parements de briques faisaient pourtant figure d’intruses dans une tradition francilienne déjà difficilement définissable. 

Fig. 10. Orcet © Guylaine Beauparland-Dupuy/Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2021

Certains promoteurs ont su tirer avantage du relief du Massif central, en faisant de lui un argument en faveur d’un cadre de vie de qualité. En lisière d’Orcet (Puy-de-Dôme), le lotissement Les Queuilles [Fig. 10] s’implante à flanc de colline et offre à chaque parcelle une vue plongeante sur le centre ancien et son clocher [Fig. 11]. Malgré la présence de cheminements piétons [Fig. 12], la forte déclivité rend le lotissement difficilement praticable sans voiture. Les cinquante-six pavillons réunis le long d’une unique voie serpentant jusqu’au sommet de la butte bénéficient d’une piscine commune. C’est l’unique équipement collectif pour ce lotissement extrêmement isolé de son environnement urbain, la seule issue débouchant sur une route départementale.

Fig. 11. Vue sur le clocher d’Orcet depuis le lotissement des Queuilles © Christian Parisey/Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2021

 

Fig. 12. Orcet : cheminement piéton à l’intérieur du lotissement © Christian Parisey/Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2021

 La dépendance à l’automobile est la contrepartie de cet environnement privilégié. La majeure partie des terrains sont fermés, mais la présence de quelques jardins non clôturés laisse une nouvelle fois penser que tous étaient ouverts à l’origine. Les pavillons sont similaires dans leur volume et leur couverture, mais des variations tels des balcons filants ou des porches de style moderne viennent contredire l’existence de modèles prédéfinis. Il semble qu’une série de recommandations sur les formes et les matériaux aient été imposées aux acquéreurs.

Surplombées par une ruine du XIIe siècle, les Résidences de Fontimbert [Fig. 14] à Ceyrat (Puy-de-Dôme) s’érigent sur le flanc de la butte de Montrognon [Fig. 13].

Fig. 13. Le lotissement Les Résidences de Fontimbert ; au sommet de la butte, vestiges de la tour de Montrognon © Christian Parisey/Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2021

Comme à Orcet, le lotissement est extrêmement isolé du reste de la ville. Pour rejoindre le centre de Ceyrat, il faut enjamber une voie rapide puis emprunter un giratoire[35]. Les similarités avec le modèle Levitt se trouvent dans l’organisation spatiale formant une arborescence de voies courbes prolongées par des raquettes, dans la présence de quelques espaces verts et d’une abondante végétation décorative.

Fig. 14. Ceyrat © Guylaine Beauparland-Dupuy/Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2021

 Ici, l’unité formelle ne saurait dissimuler la liberté architecturale laissée aux acquéreurs. La consultation du cahier des charges confirme cette intuition. Les habitants avaient la possibilité d’adopter un modèle proposé par le promoteur, ou de suivre une liste de prescriptions architecturales :

« Les constructions devront présenter une simplicité de volume, une unité d’aspect et de matériaux compatibles avec la bonne économie de la construction, la tenue générale de l’agglomération et l’harmonie du paysage. Est interdit tout pastiche d’une architecture archaïque ou étrangère à la région. […] Les saillies sont recommandées : balcon, débord de toit, elles devront contribuer à donner un aspect linéaire aux constructions. […] Les matériaux de couverture autorisés sont : la tuile canal ou romane – le bardeau d’asphalte – la tôle de cuivre. […] Les enduits seront de teinte blanche légèrement cassée »[36].

De l’hégémonie américaine à l’appropriation locale

L’étude des lotissements concertés en Auvergne-Rhône-Alpes atteste de l’influence du modèle Levitt hors de l’Île-de-France. La région présente ainsi sur son territoire des lotissements concertés « à l’américaine », où structure urbaine et caractéristiques architecturales sont directement héritières du modèle Levitt. L’ensemble des lotissements étudiés présente de très grandes affinités avec ce modèle : au niveau de l’organisation de la voirie, à travers l’usage de modèles de pavillons ou la recherche d’une unité architecturale. On observe cependant un élagage systématique de certains éléments par rapport au modèle d’origine. À mesure que les frontyards se parent de clôtures, ils sont dépossédés de leur rôle social et gagnent en intimité. La quantité d’espaces verts diminue, perdant de ce fait leur caractère de communs. Les équipements tendent à disparaître, tandis que la densité augmente. Ce mouvement – imputable à la fois aux chocs pétroliers successifs et à l’augmentation de la pression foncière – s’observe pareillement en Île-de-France, dès le milieu des années soixante-dix.

Les premiers lotissements concertés franciliens s’implantaient dans des environnements privilégiés tels que les forêts domaniales. Ces sites protégés et leurs châteaux permettaient aux promoteurs de faire valoir l’histoire locale dans la commercialisation de leurs opérations. En Auvergne-Rhône-Alpes, cette dimension se mue en agrément paysager. Les lotissements panoramiques, privilégiant les reliefs et les vues qui en découlent, tirent véritablement parti du lieu, à la différence des lotissements à intention néo-régionaliste, faisant appel à un mélange explicite mais ambigu de signes locaux. Pour poursuivre la réflexion de Jean-Paul Brusson, ne faudrait-il pas voir dans cet attachement au territoire de véritables tentatives de néo-régionalisme ?

Élodie Bitsindou, doctorante en histoire de l’architecture moderne et contemporaine, Centre André-Chastel, Paris

 

Pour citer cet article :

BITSINDOU, Elodie.  <<Les périurbains d’Auvergne-Rhône-Alpes au prisme des nouveaux villages pavillonnaires. Méthodologie pour une analyse des lotissements concertés>>.  Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Auvergne-Rhône-Alpes [en ligne], 30 avril 2021. URL : https://inventaire-rra.hypotheses.org/6782

 

Bibliographie

BRUSSON Jean-Paul. « À propos de l’architecture touristique : le néo-régionalisme se moque-t-il du lieu ? », Revue de géographie alpine [en ligne], 84-3, 1996, p. 85-95. URL : https://www.persee.fr/doc/rga_0035-1121_1996_num_84_3_3872

GOURNAY Isabelle. « Levitt France et la banlieue à l’américaine : premier bilan », Histoire urbaine [en ligne], n° 5, 2002, p. 168, mis en ligne le 1er décembre 2008, consulté le 27 novembre 2019. URL : https://www.cairn.info/revue-histoire-urbaine-2002-1-page-167.htm.

« Les ensembles de logements individuels et semi-collectifs », Les Cahiers de l’IAURP, vol. 36-37, décembre 1974.

LOUDIER-MALGOUYRES Céline. L’enclavement et la fermeture des ensembles d’habitat individuel. Première approche à partir des aspects morphologiques en Île-de-France, IAU, octobre 2010.

MINNAERT Jean-Baptiste (dir.). Périurbains. Territoires, réseaux et temporalités, actes du colloque d’Amiens, 30 sept.1er oct. 2010. Lyon : coll. Cahiers du patrimoine, éditions Lieux Dits, 2013.

SEMMOUD Nora.  « L’habiter périurbain : choix ou modèle dominant ? », Revue de géographie alpine [en ligne], 91-4, 2003, p.55. URL: https://www.persee.fr/doc/rga_0035-1121_2003_num_91_4_2262.

 

Notes

[1] MINNAERT Jean-Baptiste (dir.). Périurbains. Territoires, réseaux et temporalités, actes du colloque d’Amiens, 30 sept.1er oct. 2010. Lyon : coll. Cahiers du patrimoine, éditions Lieux Dits, 2013.

[2] Camille Michel, architecte et artiste plasticien, aborde le sujet du pavillonnaire sous l’angle du sensible et du vécu. Son projet Les Douets en cours depuis 2019 a donné lieu à deux expositions : Make Suburbia Great Again, 2-23 mars 2019, Librairie Volume et Pavillon témoin, 15 oct.- 1er nov. 2020, Eternal Gallery. Voir également les expositions Le grand pari des p’tites maisons, 31 jan.-11 juil. 2015, Maison de Banlieue et de l’Architecture. Le Lotissement : histoires d’une architecture sans histoire, 2 fév.-8 mars 2015, ministère de la Culture. Levitt France, une utopie pavillonnaire, 3 juil.-24 sept. 2017, Rencontres photographiques d’Arles.

[3] Le terme rurbain décrit l’introduction progressive du mode de vie urbain dans les zones rurales. BAUER Gérard, ROUX Jean-Michel. La Rurbanisation ou la ville éparpillée. Paris : Éditions du Seuil, Paris.

[4] L’anglicisme suburbain est entré dans le langage commun comme synonyme de périurbain. Émeric Lambert désigne par « environnement suburbain » le phénomène culturel global que représente cette ville étalée. LAMBERT Émeric. Le Parc planétaire, la fabrication de l’environnement suburbain. Paris : L’œil d’or, 2018.

[5] La ville émergente met en avant l’apparition de nouvelles valeurs urbaines telles que l’éphémère, la discontinuité, la mobilité. DUBOIS-TAINE Geneviève, CHALAS Yves. La ville émergente. La Tour-d’Aigues : coll. Mondes en cours. Sociétés, Éditions de l’Aube, 1997.

[6] Tiers espace évoque le caractère hybride de ces territoires mi-ville, mi-campagne. VANIER Martin. « Le tiers espace, acte II de la périurbanisation », Pouvoirs Locaux, n° 48, mars 2001.

[7] Pour Éric Charmes, l’homogénéité sociale qui caractérise les communes périurbaines les transforment en clubs résidentiels. CHARMES Éric. La ville émiettée. Essai sur la clubbisation de la vie urbaine. Paris : Presses Universitaires de France, 2011.

[8] CAILLY Laurent, « L’âge du périurbain pluriel », dans Jean-Baptiste Minnaert (dir.). Op. cit, p. 20.

[9] Cette étude fut menée dans le cadre d’un stage de terrain auprès des chercheuses Bénédicte Renaud-Morand et Catherine Guégan, entre juillet et septembre 2019.

[10] Coupure de presse, Revue technique, 1977. Archives nationales, 19800092/58.

[11] SEMMOUD Nora.  « L’habiter périurbain : choix ou modèle dominant ? », Revue de géographie alpine [en ligne], 91-4, 2003, p.55. URL: https://www.persee.fr/doc/rga_0035-1121_2003_num_91_4_2262.

[12] Idem.

[13] En 1977, la loi sur l’architecture instaurait un recours obligatoire à l’architecte pour des surfaces supérieures à 170 m², seuil abaissé à 150 m² par la loi du 7 juillet 2016. La surface moyenne des maisons individuelles françaises est d’environ 110m² (Insee, Les conditions de logement en France, édition 2017. URL : https://www.insee.fr/fr/statistiques/2586377).

[14] VERGAIN Philippe, DAVOIGNEAU Jean, BENOIT-CATTIN Renaud, et al. Thésaurus de la désignation des œuvres architecturales et des espaces aménagés. Ministère de la culture et de la communication. 2013, Documents & Méthodes, 978-2-11-138744-7, hal-01088290.

[15] GAUTHIEZ, Bernard. Espace urbain, vocabulaire et morphologie. Paris : Centre des monuments nationaux/Monum, éditions du patrimoine, 2003.

[16] Ibid, p. 39.

[17] Idem.

[18] Ibid, p. 226.

[19] GONTIER Claudie. Grand Projet de Ville, l’Estaque-les-Riaux, Inventaire général Provence-Alpes-Côte d’Azur, 2010. Dossier IA13001438. [URL] : https://m-url.eu/r-3kik. BARBEDOR Isabelle. Les lotissements à Rennes, Inventaire général Bretagne, 1998. Dossier IA35022543. [URL] : https://m-url.eu/r-3kil.

[20] LOUDIER-MALGOUYRES Céline. L’enclavement et la fermeture des ensembles d’habitat individuel. Première approche à partir des aspects morphologiques en Île-de-France, IAU, octobre 2010.

[21] « Les ensembles de logements individuels et semi-collectifs », Les Cahiers de l’IAURP, vol. 36-37, décembre 1974.

[22] Le terme nouveau village caractérise des opérations menées par un unique constructeur de la conception à la vente. Ce cas particulier des lotissements concertés vise à développer une communauté, fondée sur l’harmonie architecturale et la présence d’espaces partagés. CALLEN Delphine. La « fabrique péri-urbaine », système d’acteurs et production des ensembles pavillonnaires dans la Grande Couronne francilienne. Thèse de doctorat. Géographie. Université Panthéon-Sorbonne – Paris I, 2011.

[23] Les Résidences du Château, Le Mesnil-Saint-Denis (1965-1967). Suivent Les Résidences du Parc, Lésigny (1967-1968) et L’orée de Lésigny, seconde tranche de maisons jumelées construite en 1970 ; Le Parc de Villeroy, Mennecy (1974-1980). La Commanderie des Templiers I et II, Élancourt (1969-1971) et La Colline de Verville, Mennecy (1970-1973) sont des cas particuliers de nouveaux villages, constitués de maisons en bandes.

[24] GOURNAY Isabelle. « Levitt France et la banlieue à l’américaine : premier bilan », Histoire urbaine [en ligne], n° 5, 2002, p. 168, mis en ligne le 1er décembre 2008, consulté le 27 novembre 2019. URL : https://www.cairn.info/revue-histoire-urbaine-2002-1-page-167.htm.

[25] Ibid, p. 169.

[26] Conçue avant-guerre mais ouverte en 1946, l’autoroute A13 fut construite sur le modèle américain des parkways voies rapides paysagées. « Cette autoroute était créditée d’une étoile au guide vert Michelin « Environs de Paris » jusque dans les années 1960, en raison de son caractère de modernité absolue et de nouveauté ». « Autoroute A13 (France) », Wikipédia, l’encyclopédie libre, consulté le 19 mars 2021. URL :  http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Autoroute_A13_(France)&oldid=181025257.

[27] Voir les écrits de Andrew Jackson Downing, notamment DOWNING, Andrew Jackson, VAUX, Calvert. Villas and cottages: a series of designs prepared for execution in the United States. New York : Harper & Brothers Publishers, Franklin Square, 1857.

[28] DELOUVRIER Paul, NUNGESSER Roland. « Villages urbains », Urbanisme, n°82-83, 1964, p. 121.

[29] « Dès 1968, la notion de « grand paysage » émerge dans les politiques d’aménagement du territoire (DATAR) à travers les schémas de Massif. Une des premières études de paysage engagée à l’échelle de l’aménagement du territoire ». DESVEAUX Pascal. « La construction des missions « Paysage » [CAUE 4] », Politiques de la culture, 5 février 2018, en ligne [URL] : https://chmcc.hypotheses.org/4051.

[30] Parmi les résidences observées dans le cadre de l’étude, toutes présentaient des affinités urbaines et architecturales avec le modèle Levitt. Celles dont la taille réduite ou l’absence totale d’équipements ne permettaient pas d’établir un lien suffisant avec le mouvement des nouveaux villages ne furent pas sélectionnées pour l’écriture de cet article.

[31] GOURNAY, op. cit., p. 174.

[32] BRUSSON Jean-Paul. « À propos de l’architecture touristique : le néo-régionalisme se moque-t-il du lieu ? », Revue de géographie alpine [en ligne], 84-3, 1996, p. 85-95. URL: https://www.persee.fr/doc/rga_0035-1121_1996_num_84_3_3872

[33] Ibid, p. 88.

[34] GOURNAY, op. cit., p. 179.         

[35] À sa construction dans les années soixante-dix, le lotissement était isolé du tissu urbain par une ceinture verte. La voie rapide fut ajoutée en 1989, le rond-point à la fin des années quatre-vingt-dix.

[36] ZAC de Montrognon, Ceyrat, Cahier des charges, archives municipales de Ceyrat. Non coté.

ebitsindou

Élodie Bitsindou est doctorante en histoire de l’architecture contemporaine sous la direction de Jean-Baptiste Minnaert au sein du centre André Chastel, laboratoire placé sous la triple tutelle de Sorbonne Université (Faculté des lettres), du CNRS et du ministère de la Culture. Sa thèse, en cours, porte sur la production pavillonnaire, sous la forme de « nouveaux-villages », dans la France des années soixante à quatre-vingt. Ses travaux de master, consacrés aux réalisations de Ricardo Bofill dans les villes nouvelles franciliennes, ont marqué les débuts de ses recherches sur l’architecture et l’urbanisme du second XXe siècle, notamment à travers leur dimension utopique.

More Posts


ebitsindou

Élodie Bitsindou est doctorante en histoire de l’architecture contemporaine sous la direction de Jean-Baptiste Minnaert au sein du centre André Chastel, laboratoire placé sous la triple tutelle de Sorbonne Université (Faculté des lettres), du CNRS et du ministère de la Culture. Sa thèse, en cours, porte sur la production pavillonnaire, sous la forme de « nouveaux-villages », dans la France des années soixante à quatre-vingt. Ses travaux de master, consacrés aux réalisations de Ricardo Bofill dans les villes nouvelles franciliennes, ont marqué les débuts de ses recherches sur l’architecture et l’urbanisme du second XXe siècle, notamment à travers leur dimension utopique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search