Dessins inédits d’Etienne Martellange et du père Edmond Moreau pour le collège des jésuites de Vienne : pour une nouvelle chronologie de la construction

A l’occasion d’une étude en cours sur les collèges jésuites d’Ancien Régime en Auvergne-Rhône-Alpes, l’autrice de ces lignes a pu consulter au Musée des beaux-arts et d’archéologie de la ville de Vienne un ensemble de plans et élévations réalisés pour celui de Vienne (actuel collège François-Ponsard), presque tous inédits[1]. Ils permettent entre autres de préciser les étapes de sa construction et de proposer de nouvelles datations ou attributions. Afin de ne pas alourdir cet article, les dessins concernant l’église du collège ont volontairement été écartés mais seront présentés dans une autre publication[2].

 

Façade principale du collège Ponsard

Façade principale du collège François-Ponsard, ancien collège des jésuites de Vienne. Au premier plan : l’extension du 19e s, au second, l’ancien collège jésuite, à l’arrière-plan, l’église Saint-André-le-Haut.

 

Tribulations des fonds d’archives relatives au collège : petite histoire des collections (et collectionneurs) viennois

Les fonds iconographiques viennois concernant le collège et antérieurs à 1789 sont aujourd’hui répartis entre trois entités : les Archives communales, la Médiathèque de Vienne, dite le Trente, et le Musée des beaux-arts et d’archéologie. La première conserve les fonds des archives de la maison de ville. La deuxième a acquis auprès de collectionneurs, au cours du 19e siècle, un certain nombre de manuscrits provenant des archives des jésuites, initialement conservées dans le collège et dispersées au plus tard sous la Révolution ; au nombre de ces manuscrits figurait l’un des plans inédits. Elle conserve également un ensemble de documents extraits à la fin des années 1880 des archives communales et remis à la bibliothèque, dont une partie des plans du collège. La troisième enfin est entrée en possession de six plans ou élévations datant du 17e siècle et d’un du début du 18e lors de la vente de la collection d’un médecin viennois, le docteur de Brye[3], en 1886.

Les voies empruntées par ces dessins pour parvenir jusqu’à nous étant parfois tortueuses, le plus simple est sans doute de partir de l’inventaire le plus ancien des archives de la ville, celui établi dans le dernier quart du 18e siècle par Floris Peignard[4]. Les documents relatifs au collège des jésuites sont rassemblés dans la case 34[5] (actuellement cotes GG 54 à 57) ; des plans y sont mentionnés sous deux cotes, f. 511 n°33 (« plan de la construction du collège et de l’église d’iceluy ») et f. 519 n° 81 (« en juillet 1606 plan du premier étage du collège »). Leur existence est connue par les édiles, lesquels les mentionnent lorsqu’ils entreprennent de demander l’érection de l’ancien collège en lycée, en 1811. Lors d’une vaste campagne de récolement des archives et de catalogage des fonds de la bibliothèque à la fin des années 1880, divers transferts ont lieu entre ces deux institutions : des manuscrits de la bibliothèque sont rendus aux archives municipales auxquelles ils appartenaient de droit[6], et des documents des archives sont déposés à la bibliothèque [7], considérant peut-être qu’ils y seraient conservés dans de meilleures conditions. Ainsi tous les plans du collège conservés aux  archives municipales sont-ils extraits des liasses dans lesquelles ils se trouvaient, estampillés et mis en carton vers 1887-1888, lorsque Jean-Baptiste Cornillon, conservateur du musée et de la bibliothèque, entreprend un pointage de ces archives sur la base de l’inventaire de Floris Peignard[8] — échappent à ce traitement deux plans de l’église datant du début du 18e siècle, signés de l’architecte Mathieu Rozier, lesquels se trouvaient dans un registre de comptes relié. Les plans extraits des archives sont sans aucun doute ceux aujourd’hui cotés M 211 de la Médiathèque de Vienne, tous doublement estampillés du timbre de la mairie de Vienne, apposé sur les documents des archives municipales, et de celui de la bibliothèque . Le plan de juillet 1606 f. 519 n° 81 est facilement identifiable sous la cote M 211/3. Pour ce qui est de la cote f. 511 n° 33, il ne nous est pas possible de savoir duquel des 3 plans restant (M 211/2, M 211/4, M 211/5) il s’agit ; les deux autres avaient peut-être échappé à l’attention de Floris lorsqu’il réalisa son inventaire. Tous rejoignent après 1893[9] le fonds des manuscrits de la bibliothèque, sous la cote n°231[10] et sont réunis en un album factice coté M 211 entre 1946 et 1964 par Jean Lecutiez, alors responsable de la bibliothèque[11].

La Médiathèque de Vienne conserve sous la cote M 11/102 un autre plan du collège, inédit, datant de 1610 et probablement de la main d’Etienne Martellange. Une note de bas de page dans la thèse de Claude Faure nous a fourni l’indice permettant de l’identifier[12] : « Il existe à la Bibliothèque de Vienne, écrit-il, dans les papiers de Pierre Schneyder[13] ms. 98 fol. 185 un plan du collège, Ichnographie ou plan du collège de Vienne fait en 1610 le 19 décembre ». Il s’agit d’un plan du rez-de-chaussée ( le terme «ichnographie» désigne la représentation d’un édifice par projection horizontale et géométrale sur un plan), signalé par Pierre Moisy en 1958, mais avec une cote erronée[14] et jamais mentionné par la suite. Ce plan, ayant peu de rapport avec la majeure partie des manuscrits de Schneyder essentiellement consacrés à la Vienne antique, est entré dans les collections de la bibliothèque en 1862, acquis par son conservateur Victor Teste auprès de l’ancien libraire et collectionneur viennois Girard[15]. Il provient sans doute des archives du collège dispersées sous la Révolution, auxquelles Schneyder avait facilement accès. A cette époque, il logeait en effet dans le collège, où il enseignait le dessin, et avait installé dans son appartement une partie de ses collections d’antiques, couplée à un riche fonds documentaire. Il semble d’autant plus naturel qu’il y ait inclut ce dessin, documentant la construction d’un des édifices les plus importants de la ville, qu’il avait été chargé lors de son recrutement comme professeur de dessin, en 1775, de lever les plans de tous les monuments découverts sur le territoire viennois. Et qu’il était en outre chargé, depuis 1787, de la surveillance des travaux qui étaient réalisés sur les bâtiments du collège, fonction qu’il assura également durant toute la période révolutionnaire.

Le dernier ensemble de dessins dont nous souhaitons retracer l’histoire est celui conservé au Musée des beaux-arts et d’archéologie. D’après les sources que nous avions consultées, nous savions que deux d’entre eux s’y trouvaient : un plan datant de 1615[16] et un second de 1707[17]. Le musée s’est avéré bien plus riche, puisque pas moins de sept dessins du collège s’y trouvent conservés pour les 17e et 18e siècles[18]. A partir de leur numéro d’inventaire porté au crayon sur le recto de chacun d’entre eux (R 494), nous avons pu en identifier la provenance[19] sur  le registre correspondant — sur lequel la cote est déclinée en sept items, de 494/714 à 494/720) — et par là remonter au catalogue de vente de la collection de leur précédent propriétaire, le docteur de Brye, laquelle eut lieu le 6 avril 1886. Or la Médiathèque de Vienne conserve un exemplaire de ce catalogue, annoté au crayon[20], dans lequel figure notamment, à la suite de la liste des peintures, la mention manuscrite suivante : « plan du collège : 70 frs laisser aller l’enchère ». Bien que le mot plan soit au singulier, il semble bien qu’on ait là la trace de l’ensemble des dessins acquis par le musée à cette vente et provenant originellement, tout comme celui de Schneyder, du fonds d’archives des jésuites. Cette hypothèse sera développée dans les lignes qui suivent, car il importe maintenant de s’intéresser au collège de Vienne dont les jésuites ont pris la direction en 1604.

Brève histoire du collège de Vienne avant l’installation des jésuites

La présence d’écoles dirigées par un recteur est attestée à Vienne dès le milieu du 15e siècle, mais ce n’est qu’à partir de 1540 que la ville se dote d’un collège et l’installe dans un lieu spécifiquement aménagé à cet effet. Désorganisé pendant les guerres de Religion, l’enseignement public est rétabli au tout début du 17e siècle, et la direction du collège confiée aux jésuites sous l’impulsion de l’archevêque Pierre de Villars. Ces derniers, déjà installés dans les villes de Lyon (collège de la Trinité) et de Tournon (Ardèche), sont autorisés par le roi Henri IV, par lettres patentes du 28 février 1604, à établir et faire bâtir un collège de sept classes  » tant en humanités que philosophie « , moyennant une prise en charge financière par la ville.

La construction du nouveau collège

Un premier traité entre la ville et les jésuites est signé le 11 novembre 1604. Le contrat de fondation, daté du 7 juin 1605, décrit explicitement le programme de la construction : « la ville s’oblige de faire bâtir un collège composé de trois membres sçavoir l’église, les classes et leur cour, l’habitation commode des pères avec leur cour et jardin séparé suivant le plan et dessin qui en a été fait, renfermé le tout par quatre rues au quartier de la ville appelé Saint Blaise de la Rochette tendant à l’abbaye de Saint André passant par la rue du Bourdel du levant, autre rue tendant de la rue du Bourdel aux Espies du matin, autre rue tendant des Espies à la place de saint Blaise revenant à ladite rue de la Rochette du soir, de la contenance d’environ 45 toises au carré » [21].

Le lieu retenu pour la construction, constitué de jardins, de vignes et de maisons, se situe dans la partie haute de la ville, alors occupée essentiellement par des couvents. Il a été choisi pour deux raisons : l’air y est plus pur que dans la ville basse et l’emplacement, formant terrasse, conserve le souvenir du palais des empereurs romains et semble particulièrement approprié pour la construction d’un édifice aux proportions monumentales. Il sera d’ailleurs expressément demandé aux jésuites que le projet prévoie une large place dégagée à l’ouest, formant parvis[22], et que les espaces autour des bâtiments demeurent dégagés. Plus prosaïquement, ce choix a aussi une visée pragmatique : les ruines des monuments antiques qui occupent le site (notamment celles de l’amphithéâtre) vont servir de carrière pour le chantier, et permettre ainsi de réduire les coûts de la construction.

Le projet

Les plans du collège et de son église sont établis par l’architecte de la Compagnie de Jésus, le frère Etienne Martellange, qui séjourne à Vienne en 1605 pour examiner la parcelle offerte aux religieux et proposer un premier projet, proche de celui qu’il a élaboré pour le collège du Puy-en-Velay.

Ce premier plan, daté de 1605 et annoté en italien, est conservé à la Bibliothèque nationale de France[23] ; il est destiné à être envoyé à Rome au supérieur général de l’ordre, le père Claudius Acquaviva. L’autorisation de ce dernier est en effet nécessaire avant d’entreprendre toute construction, laquelle est accordée par bref du 28 mai 1605[24]. Une copie inédite de ce plan, datée du 19 juin 1605, est conservée au Musée des beaux-arts et d’archéologie de Vienne (fig. 1)[25]. Cosignée par les consuls de la ville de Vienne et le père provincial Christophe Balthazar, elle porte au verso une annotation indiquant qu’il s’agit du plan approuvé par Rome :  » Typus collegii Viennensis Consulum viennensis manu subscriptus et Roma missus. Ad Rd P. Generale est approbatur « . Il s’agit sans doute là d’un plan d’exécution dressé par Martellange : les annotations marginales sur le côté gauche de la feuille comportent en effet des prescriptions relatives aux dimensions des pièces, ainsi qu’à l’emploi des matériaux et à leur mise en œuvre, mentions que l’on retrouve à l’identique dans un mémoire établi par l’architecte en vue de la construction et conservé à la National Library de Malte[26].

Fig. 1 : Plan du rez-de-chaussée, par Etienne Martellange, 19 juin 1605 (Vienne, Musée des beaux-arts et d’archéologie, inv. R 494/714). Phot. F. Trabouillet, 2020 © Collection Musées de Vienne, Isère. A noter : pour ce plan et les suivants, les orientations sont à lire comme suit : M=Midi, O=Occident, S=Septentrion, O=Orient. La lettre S n’indique donc pas le sud, mais le nord.

Les bâtiments sont essentiellement articulés autour de deux grandes cours. La première, quadrangulaire, à l’ouest, est bordée de classes et d’une salle pour les actions scolastiques[27] sur trois côtés, le quatrième étant occupé par l’église au sud, que longe une galerie à arcades. La seconde, rectangulaire et à l’est de la parcelle, est réservée aux pères ; elle comprend au rez-de-chaussée de l’aile est une salle de récréation[28] et le réfectoire, jouxté par une salle  » pour se laver les mains « , dans l’aile nord la cuisine, le four et la dépense, dans l’aile sud des latrines, deux offices et une salle  » pour les cas de conscience  » ; en son centre est disposée une fontaine. La communication entre les deux cours est assurée par un passage couvert situé dans l’axe de l’entrée du collège ; un couloir longeant les cuisines au nord permet de se rendre jusqu’au réfectoire. Une troisième cour, dite rustique, au nord-ouest, abrite le bûcher et comprend une porte pour la livraison des marchandises. Le reste de la parcelle, au nord-est, est occupé par le jardin, clos de murs ; on y accède depuis un passage situé sous l’escalier de l’aile sud.

Un second contrat, daté du 20 juillet 1606, dont Etienne Martellange est signataire, fixe les dates d’achèvement pour les divers bâtiments du collège : classes et chambres des pères à l’étage, un an après le début de la construction, autres parties du collège, deux ans, église, six an. Il décrit les modalités d’organisation du chantier et impose aux échevins « de se pourvoir d’un bon et suffisant architecte pour la conduite de l’œuvre »[29]. Le projet de Martellange est alors amendé ainsi qu’en atteste un second plan conservé à la Bibliothèque nationale[30]: sur la suggestion du père provincial Christophe Balthazar, le réfectoire est notamment déplacé dans l’aile ouest de la cour des pères, à un emplacement moins sombre et plus aéré.

C’est de 1606 également que datent les dessins d’élévations réalisés par Martellange, destinés à être annexés, avec de nouveaux plans, au prix fait de la construction ; dessins dont il faut ici souligner la rareté dans les sources, s’agissant des collèges de notre corpus.

Fig. 2 : Façades intérieures et extérieures du collège et de son église, par Etienne Martellange, 1606 (Vienne, Médiathèque, M 211/1).

Fig. 2 : Façades intérieures et extérieures du collège et de son église, par Etienne Martellange, 1606 (Vienne, Médiathèque, M 211/1). Phot. F. Trabouillet, 2021 © Médiathèque de Vienne, Isère.

Il en existe deux exemplaires : le premier, conservé à la Médiathèque de Vienne, signé par Etienne Martellange et contresigné par le père Coyssard, vice provincial de la province de Lyon et premier recteur du collège (M 211/1 ; fig. 2), le second au Musée des beaux-arts et d’archéologie (inv. R 494/716). Ce dernier est une copie, probablement de la main du père Edmond Moreau, certifiée conforme à l’original conservé dans les archives de la maison de ville par les consuls de la ville de Vienne en mars 1612. Il semble que cette copie, et celle du plan du premier étage mentionnée ci-après, soit liées à une troisième convention passée entre les jésuites et les consuls le 13 février 1612, laquelle précise quelques articles du second contrat portant sur la dotation du collège[31].

Fig. 3 : Plan du 1er étage, par Etienne Martellange, juillet 1606 (Vienne, Médiathèque, M 211/3). Phot. F. Trabouillet, 2021 © Médiathèque de Vienne, Isère.

Des plans réalisés en 1606, seul celui du premier étage est conservé (fig. 3)[32] (mais peut-être est-ce le seul à avoir été réalisé ?). Il diffère de celui de 1605 par une réduction de la superficie de la cour intérieure, dont la longueur est désormais identique à celle de la cour des classes. Les couloirs latéraux desservant les pièces de l’étage prennent tous leur jour du côté des cours. Les chambres des religieux sont disposées autour de la cour qui leur est dévolue, celle du sacristain au chevet de l’église (et au-dessus de la sacristie) ; dans l’aile ouest se trouvent l’appartement réservé au père provincial, les chambres du recteur et du procureur, cette dernière communiquant avec une salle d’archives. Dans l’aile nord de la cour des classes, et ouvrant sur la cour du ménage sont disposées une « grande » et une « petite » bibliothèque ; dans l’aile en retour d’équerre longeant la cour de ménage, à l’est, l’infirmerie.

La réalisation

Bien que la première pierre ait été posée le 20 juillet 1606, ce n’est que le 17 juillet 1607 que les consuls adjugent la construction du collège aux entrepreneur de maçonnerie Jean Derua et Jean Cocherand, lesquels s’engagent à achever les bâtiments dans un délai de six ans[33]. L’église n’est pas comprise dans cette première phase de travaux. La construction avançant lentement, les jésuites s’installent provisoirement dans l’ancien collège (ils vont y rester jusqu’en 1622) et disposent d’une grande salle de la maison de ville à usage de chapelle[34].

Imposé par un arrêt du conseil d’Etat en 1609, un Verbal de l’état du bâtiment et dotation du collège de Vienne est établi le 19 novembre 1610, donnant la situation des travaux à cette date[35]. Seuls les trois corps de logis de la cour des classes (les ailes est, ouest et nord) sont alors élevés, à une hauteur de 15 pieds (soit environ 5,25 m), et de 20 pieds pour le portail sur la façade principale, « orné d’une corniche frontispice à la dorique ». Tous sont pourvus de fenêtres et de portes en plein cintre dont les encadrements sont en pierre de choin. L’aile nord, bordant la cour des classes et celle des pères, n’est élevée que dans sa première partie (c’est-à-dire du côté de la cour des classes). Le côté sud de la cour des classes, où doit s’élever l’église, est pourvue d’une galerie ainsi décrite « une galerie du côté du midi et tirant du couchant au levant composée de huit arcades qui sont élevées en leur hauteur qui est de 15 pieds, soutenues de 9 piliers avec leurs chapiteaux et bases à la toscane de même pierre de choin blanc marbré ». Enfin une partie des fondations du corps de logis sur la cour de ménage ont commencé d’être creusées.

C’est sans doute pour accompagner ce procès-verbal que sont dressés, en décembre 1610, deux nouveaux plans (Médiathèque de Vienne, M 11/102 et M 211/5) parfois attribués au père Edmond Moreau mais plus probablement de la main de Martellange[36]. Le père Moreau, disciple de Martellange, est en effet depuis 1606 procureur du collège de Vienne (il y demeurera jusqu’en 1624), où il assure en tant que praefectus fabricae[37], la conduite du chantier. Cette charge, qui nécessite des compétences en matière d’architecture, a pu l’amener à modifier le plan initial, à moins que ces changements ne soient le fait de Martellange lui-même.

Fig. 4 : Plan du rez-de-chaussée, par Etienne Martellange, 19 décembre 1610 (Vienne, Médiathèque, M 11/102).

Fig. 4 : Plan du rez-de-chaussée, par Etienne Martellange, 19 décembre 1610 (Vienne, Médiathèque, M 11/102). © Médiathèque de Vienne, Isère.

 

Fig. 5 : Plan du 1er étage, par Etienne Martellange, décembre 1610 (Vienne, Médiathèque, M 211/5). Phot. F. Trabouillet, 2021 © Médiathèque de Vienne, Isère.

Le plan du rez-de-chaussée, inédit[38] (fig. 4), est conservé à la Médiathèque de Vienne et fait partie, on l’a dit plus haut, du fonds Pierre Schneyder (M 11/102), tandis que celui du premier étage (fig. 5), également conservé à la Médiathèque (M 211/5), fait partie de l’ensemble de cinq dessins de Martellange réunis dans le recueil factice M 211. Sur ces nouveaux plans, la cour de ménage, située au nord de la cour des classes, est débarrassée du corps de bâtiment qui la coupait en deux : la surface en est libérée pour faire place à un jardin et les constructions repoussées à ses limites est et ouest : à l’est, les dépendances de la cuisine, à l’ouest, une petite sacristie provisoire destinée à desservir une église elle-même provisoire installée dans la salle destinée aux actions scolastiques, et un petit bâtiment pour les jardiniers au bout d’une galerie rejoignant l’aile ouest de la cour des classes, dans laquelle se trouvent les chambres des religieux à l’étage. D’autres modifications sont à noter : la grande bibliothèque est déplacée dans l’aile nord de la cour des pères, et la petite à l’angle nord-ouest de la cour des classes, et l’emplacement du couloir de l’aile nord reporté vers le nord pour éclairer les chambres par le sud. Le jardin prévu au sud-est de la parcelle est désormais affecté à la cour de ménage, comprenant la boulangerie et son four, les latrines, un petit corps de bâtiment de plan carré pour les serviteurs, que le procès-verbal du 19 novembre 1610 dit abriter la garde-robe, peut-être installée au premier étage. Enfin l’église est désormais pourvue d’une abside polygonale et de chapelles communicantes, et placée en recul d’alignement par rapport à la façade principale du collège afin de ménager un large parvis.

Un autre plan partiellement inédit[39] (fig. 6 ; Vienne, Musée des beaux-arts et d’archéologie, inv. R 494/717 ; autre exemplaire sans annotations, inv. R 494/718), probablement établi par le père Moreau en 1615 (la graphie des annotations est très différente de celle des plans précédents) et portant au verso la mention « pour mettre avec la requête des habitants de Vienne 2 mars 1615 », reprend en partie celui de décembre 1610 et donne un état du bâti assez similaire à ce dernier, ainsi que l’indiquent les annotations portées à gauche du dessin : « ce qui est de rouge est monté jusques au premier étage, ce qui est grisâtre est seulement fondé, pour ce qui est jaune il n’y a rien de fait ». Seul le quadrilatère de la cour des classes est achevé au niveau du premier étage (et encore les murs séparant les classes sont-ils à peine fondés), alors que les acquisitions de terrains se poursuivent. Le plan de l’église décalque celui du projet de 1605 de Martellange : l’abside est redevenue rectangulaire, et la cour sud-est est désormais divisée pour laisser place à un jardin dépendant de la sacristie dans sa partie ouest.

Fig. 6 : Plan du rez-de-chaussée, par Edmond Moreau, mars 1615 (Vienne, Musée des beaux-arts et d'archéologie, inv. R 494/717).

Fig. 6 : Plan du rez-de-chaussée, par Edmond Moreau, mars 1615 (Vienne, Musée des beaux-arts et d’archéologie, inv. R 494/717). Phot. F. Trabouillet, 2020 © Collection Musées de Vienne, Isère.

Loin d’être achevée en 1610[40], la construction progresse peu dans la seconde moitié de cette décennie, en raison d’un conflit opposant la ville aux jésuites qui refusent d’ouvrir une nouvelle classe de philosophie, mais le chantier est sans doute suffisamment avancé en 1617 pour que ce refus paraisse injustifié au vue de l’étendue des bâtiments, ainsi que l’atteste un mémoire contemporain :

les pierres, le bois et le fer témoigneront cette vérité : ces neuf classes dessinées par le plan dudit collège, bâties maintenant en effet, démentent manifestement cette restriction du collège à cinq classes. Ce beau et superbe bâtiment que la ville a fait édifier n’est destiné pour une grimauderie seulement ; c’est un trop grand soulier pour un si petit pied, une cage trop spacieuse pour un si petit oiseau [41].

Une fois un accord trouvé entre les deux parties, le 28 juin 1618, les travaux reprennent dans les premiers mois de l’année 1619. Le frère Martellange revient alors à Vienne inspecter le chantier[42] : sa présence est attestée par plusieurs relevés de monuments antiques et vues de la ville qu’il réalise durant ce séjour, dont l’une représente le collège[43]. Un nouveau prix fait est établi avec les entrepreneurs Derua et Cocherand le 7 février 1619, et une nouvelle convention signée le 14 février[44]. Les jésuites s’engagent à achever les bâtiments du collège à l’exception de l’église, et sont pour ce faire à nouveau autorisés à prélever des pierres de taille des murs gallo-romains contigus à la tour d’Orange[45]. Les travaux se terminent au plus tôt en 1623[46], date à laquelle le vieux collège est vendu afin de financer leur achèvement[47].

Trois plans des années 1625 documentent les locaux du collège après cet achèvement : ils indiquent quels sont les bâtiments réalisés (partie colorée en bleu), et ceux restant à bâtir (colorés en jaune), dont l’église. Le premier (fig. 7), non daté, est conservé à la Médiathèque de Vienne (M 211/4) et est attribué au père Edmond Moreau, les annotations marginales étant de la main d’Etienne Martellange[48].

 

Fig. 7 : Plan d'ensemble de l'église et du collège, rez-de-chaussée, par Edmond Moreau (?), v. 1625 (Vienne, Médiathèque, M 211/4).

Fig. 7 : Plan d’ensemble de l’église et du collège, rez-de-chaussée, par Edmond Moreau (?), v. 1625 (Vienne, Médiathèque, M 211/4). Phot. F. Trabouillet, 2021 © Médiathèque de Vienne, Isère.

On peut s’interroger cependant sur cette bipartition entre auteur du dessin et auteur de la légende. Cette utilisation conventionnelle de la couleur, fréquemment employée par Martellange, a-t-elle été également appliquée par le père Moreau, ou permettrait-elle de revoir l’attribution du plan de la Médiathèque de Vienne pour le redonner à Martellange, d’autant que les annotations semblent bien être de la même main, et diffèrent notablement dans leur graphie de celles du plan de 1615 du père Moreau ? Ou les deux architectes ont-ils effectivement travaillé de concert à ce projet lors du dernier séjour de Martellange à Vienne en 1623 ?

Le second plan (fig. 8), portant la date de 1625 et attribué à Etienne Martellange, se trouve à la Bibliothèque nationale de France[49] ; une copie de ce dernier a été identifiée dans les collections du Musée des beaux-arts et d’archéologie de Vienne et est probablement de la main de Martellange (inv. R 494/719).

Fig. 8 : Plan d’ensemble de l’église et du collège, rez-de-chaussée, par Etienne Martellange, 1625 (Vienne, Musée des beaux-arts et d’archéologie, inv. R 494/719). Phot. F. Trabouillet, 2020 © Collection Musées de Vienne, Isère.

Identiques en ce qui concerne l’état du bâti, et comportant des annotations en latin légendant le plan de l’église à gauche de la feuille, les deux premiers diffèrent quant au plan de cette dernière et au libellé des légendes qui l’accompagnent, même si tous deux la déplacent du sud au nord de la parcelle, et l’isolent de l’aile nord de la cour des classes par une nouvelle cour, disposition des plus inhabituelles, les églises des collèges étant généralement accolées à l’un des côtés de la cour des classes.

Le plan attribué au père Moreau est sans doute postérieur à 1623, date à laquelle Martellange avait proposé pour l’église un nouveau projet comportant une abside semi-circulaire[50], que l’on retrouve dans celui-ci, et probablement légèrement antérieur à celui de Martellange daté de 1625. Le fait que tous deux soient annotés en latin, et que le premier porte dans l’angle inférieur gauche de la page l’inscription  » ce dessin n’a pas été envoyé à Rome « , alors que le second a été approuvé par Rome le 3 février 1626, ainsi que l’indique l’annotation figurant en bas à droite de la feuille, laisse à penser qu’il s’agit de deux états successifs du projet pour l’église, destinés à être envoyés à Rome, le premier ayant été écarté au profit du second[51]. Le dessin de Vienne apparaît en effet moins magistral que celui de la Bibliothèque nationale, plus étriqué avec sa longue nef unique dépourvue de chapelles latérales, l’autre étant plus ramassé mais comprenant des chapelles latérales communicantes, un transept aux bras légèrement saillants et de plus vastes dimensions, et deux oratoires jouxtant le chœur. La sacristie du deuxième projet, plus grande également, est enfin séparée du chevet de l’église par la tour du clocher.

Les bâtiments après l’achèvement du chantier

Quoi qu’il en soit, ces deux plans rendent compte des modifications qui ont été apportées aux plans de 1605 et 1606 : le nombre de salles de classes a été augmenté, passant à huit. Deux nouvelles classes ont été créées dans l’aile est de la première cour, à l’emplacement prévu pour la porterie, déplacée de l’autre côté du passage couvert conduisant à la cour des pères. De ce fait, afin d’avoir l’espace requis, le couloir de circulation du plan de 1605, qui bordait les côtés ouest et nord de la 2e cour a été supprimé et reporté vers l’extérieur, transformé en une galerie couverte, probablement à arcades, le long de l’aile nord. La salle des actions scolastiques a été déplacée vers l’entrée du collège ; une porte située dans le passage d’entrée permet ainsi aux personnes extérieures au collège d’y accéder sans passer par la cour. Le réfectoire est bien à l’emplacement prévu en 1606, mais la cuisine qui devait le jouxter dans l’aile sud se trouve désormais dans l’aile est de la cour des pères, d’où la salle de récréation a disparu (pour être reportée à l’étage ?) et où sont rassemblés office et dépense, la circulation entre ces trois pièces étant assurée par un couloir qui conduit vers le sud à la cour de service où se trouvent écuries, bûcher et latrines, et à laquelle on peut accéder depuis la rue par une porte ouverte dans le mur est. Au sud, un jardin remplace l’église. Séparée des bâtiments du collège par une cour, on se rend à cette dernière depuis la cour des classes par un passage ménagé dans l’aile nord, l’accès à la sacristie se trouvant sur le côté opposé. Bien qu’approuvé par Rome, le projet pour l’église ne sera pas réalisé, mais les travaux se poursuivent à l’intérieur des bâtiments, avec la venue en 1627 d’un peintre décorateur, le frère Martin Huart[52], sans que l’on sache sur quelle partie de l’édifice il intervient.

En 1658, au moment où l’historien dauphinois Nicolas Chorier (1612-1692) rédige son ouvrage sur les antiquités de la ville de Vienne, les fondations de l’église ne sont toujours pas creusées. Le chantier ne débutera que dans les années 1670, pour s’achever en 1725. Aussi la salle des déclamations a-t-elle probablement fait office d’église provisoire tout au long du 17e siècle, flanquée d’une petite sacristie prise sur une travée de la salle de classe mitoyenne dans l’aile nord. C’est à tout le moins ce qu’indique un plan d’état des lieux de 1707 (fig. 9), conservé au Musée des beaux-arts et d’archéologie (inv. R 494/720), sans doute dessiné par l’architecte Mathieu Rozier, lequel était chargé à cette date de la construction de l’église[53].

Fig. 9 : Plan du collège par Mathieu Rozier, 1707 (Vienne, Musée des beaux-arts et d’archéologie, inv. R 494/720). Phot. F. Trabouillet, 2020 © Collection Musées de Vienne, Isère.

Une description des bâtiments rédigée en 1792 la dit équipée d’un théâtre et de tribunes ; ce théâtre, dont le bois pour fabriquer la scène est commandé en 1619[54], n’était pas achevé en 1621[55]. Ce plan permet également de localiser la chapelle de la congrégation des Messieurs, au sud-est de cette même cour. Cette dernière était, rapporte un contemporain cité par François de Dainville, ornée de pilastres, vases et épistyles extraits du prétoire romain[56]. Enfin un nouvel escalier conduisant au clocher de l’église (actuel escalier G) et situé à la jonction de l’aile est de la cour des classes et du chevet de l’église assure la communication entre cette dernière et les logements des pères ; un passage, aujourd’hui muré permettait d’accéder à la tribune nord du chœur, au niveau du premier étage.

A la lumière de l’ensemble de ces plans, une nouvelle chronologie de la construction du collège a donc pu être établie, et ses étapes précisées, de la signature du traité relatif à la construction d’un nouveau collège en 1605 à l’installation des jésuites dans celui-ci en 1623. Ces plans permettent également d’éclairer les modes d’organisation et de fonctionnement du collège et des congrégations qui y étaient attachées durant les différentes phases des travaux.

Que le chantier se soit étalé sur petite une vingtaine d’années (encore faut-il exclure l’église, dont la construction n’est pas même entamée quand celle du collège est achevée) n’a rien pour surprendre : c’est le cas d’un grand nombre de collèges jésuites construits dans la première moitié du 17ème siècle. Difficultés à rassembler les fonds nécessaires, lenteurs dans l’acquisition des terrains, oppositions des habitants ou du clergé local, conflits avec la ville d’accueil et procédures diverses freinant les travaux sont leur lot commun. Ce qui est plus inhabituel pour les collèges de notre corpus, c’est le nombre important de plans successifs réalisés durant un court laps de temps et conservés, qu’il s’agisse de projets, de plans d’exécution ou d’état des lieux, parfois accompagnés de procès-verbaux de visite, et la collaboration durable entre le concepteur du projet, Étienne Martellange, et celui qui en assure l’exécution tout en y mettant parfois sa patte, Edmond Moreau. Une collaboration qui s’étend à d’autres établissements de la province de Lyon, que ce soit pour le collège de la Trinité à Lyon, pour lequel Moreau dessine plusieurs projets de modification du plan initial en 1617, ou pour la résidence de Grenoble, pour le plan de laquelle tous deux sont sollicités en 1628.

Catherine Guégan, Conservatrice en chef du patrimoine, Inventaire général du patrimoine culturel, Région Auvergne-Rhône-Alpes.

 

Pour citer cet article :

GUÉGAN Catherine.  <<Dessins inédits d’Etienne Martellange et du père Edmond Moreau pour le collège des jésuites de Vienne : pour une nouvelle chronologie de la construction>>.  Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Auvergne-Rhône-Alpes [en ligne], septembre 2021. URL : https://inventaire-rra.hypotheses.org/6840

 

[1] L’un d’entre eux (inv. R 494/720) a été mis au jour en 1933 à l’occasion d’une exposition rétrospective sur le Vieux Vienne (n°232 du catalogue), probablement par Claude Faure, alors archiviste de la Ville, qui le mentionne dans sa thèse sur le collège parue la même année (voir note 5) ; mentionné également dans P. Delattre, Les établissements des Jésuites en France depuis quatre siècles, Enghien : Institut supérieur de théologie, 1949, vol. V col. 152 ; le second (inv. R 494/717) a été publié par Pierre Domeyne en 2004 dans une brochure éditée à l’occasion du quatrième centenaire du collège, en 2004 mais n’est pas mentionné dans la littérature ultérieure sur le collège.

[2] Dossier d’inventaire IA38001004, à  paraître début 2022 sur la plateforme de diffusion https://patrimoine.auvergnerhonealpes.fr/ .

[3] Sur le docteur de Brye, voir l’article qui fait suite au nôtre de notre collègue Michèle Boissin-Pierrot, responsable scientifique du musée, https://inventaire-rra.hypotheses.org/6873.

[4] Inventaire général des titres et papiers appartenant à la ville de Vienne déposés dans les archives de son hôtel avant 1789, AC Vienne, 6 D 7/1.

[5] Le terme de case renvoi aux meubles à casiers dans lesquels étaient classées et conservées les archives de la Ville.

[6] Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France, 1893, vol. 21, p. 529.

[7] On recense par exemple sous le n°3303 du Registre des entrées de la bibliothèque (M 423, p. 385) les lettres patentes de Henri IV autorisant la création du collège et portant son sceau.

[8] Annotation et date portées sur le verso de la page de garde de l’inventaire : « Estampillé et pointé en 1887-1888 par JB Cornillon, Cr. B. M. », avec estampille de la bibliothèque.

[9] Ils ne figurent pas dans le Catalogue général des manuscrits de 1893.

[10] Ancienne cote indiquée sur la notice du CCFr : https://ccfr.bnf.fr/portailccfr/ark:/06871/004b1523781

[11] Comm. orale B. Mayorgas, juin 2021.

[12] Op. cit., p. 118 note 3.

[13] Né en 1733 et mort en 1814, premier directeur de l’école municipale de dessin de Vienne et fondateur du musée de la ville. Eléments de biographie dans AEncrer la ville, publication en ligne. URL : https://vpah-auvergne-rhone-alpes.fr/sites/default/files/VIENNE-P-Schneyder%202012.pdf

[14] Op. cit., p. 300 :  » AM Vienne, f 511 3°  » ; il mentionne également l’actuel plan M 211/1 comme portant la cote AM f 511 2°.

[15] Registre des entrées (Médiathèque de Vienne, M 422), séance de la commission de la bibliothèque du 23 janvier 1862, fol. 26.

[16] Publié par P. Domeyne en 2004 ; voir note 41.

[17] Claude Faure, op. cit., le mentionne dans sa thèse. Le plan est par la suite signalé dans P. Delattre, Les établissements des jésuites en France depuis quatre siècles, Enghien, 1949, vol. 5, col. 152 note 4 (la notice est rédigée par M. Claire Faure), précisant que le plan a été mis au jour à l’occasion de l’exposition rétrospective du Vieux Vienne (2-10 décembre 1933, n°232 du catalogue), donc probablement par Claude Faure, qui était alors archiviste de la Ville.

[18] D’autres, concernant l’agrandissement du collège à la fin des années 1880, sont des projets de l’architecte Ernest Bizot, qui fut également conservateur du musée.

[19] Grâce à l’aimable collaboration de la conservatrice du musée, Madame Michèle Boissin-Pierrot, que nous remercions chaleureusement.

[20] Collection de M. le Dr De Brye de Vienne. Tableaux anciens et modernes…. et enfin une bibliothèque contenant une quantité de livres sur l’Histoire…., 6-8 avril 1886. Fonds patrimonial, A 8519.

[21] AC Vienne, GG 54 ; case 34, fol. 507 v°, n°4.

[22]  Ibid.

[23]  Département des Estampes et de la Photographie, FOL-HD-4 (8), f. 251. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8448456d.r=COLL%C3%88GE%20vienne%20martellange?rk=64378;0

[24] AC Vienne, GG 54 ; case 34 fol. 507 (copie ; l’original est conservé au musée des beaux-arts et d’archéologie de Vienne).

[25] Inv. R 494/714.

[26] Voir A. Sénard-Kiernan, Étienne Martellange (1569-1641) : un architecte visiteur de la Compagnie de Jésus à travers la France au temps de Henri IV et de Louis XIII. Thèse de doctorat de l’Université de Toulouse, Université Toulouse-II-Jean-Jaurès, 2015, vol. 1, p. 24 et vol. 3, p. 342, not. 110 ; transcription : vol. 4, annexe 55.

[27] Le terme désigne une vaste salle destinée aux exercices d’art oratoire et à la soutenance de thèses. Parfois ouverte au public, elle était aussi utilisée pour des cérémonies officielles, des représentations théâtrales réalisées par les élèves du collège, qui participent pleinement de la pédagogie des jésuites (attestées à partir de 1626), et pour les distributions des prix.

[28] Cette salle, que l’on trouve dans tous les collèges dans les espaces réservés aux religieux, n’était pas destinée à la détente des élèves mais au repos des religieux, notamment lorsque le mauvais temps ne leur permettait pas de profiter du jardin.

[29] AC Vienne, GG 54 ; case 34, fol. 507 v° N°6.

[30] Département des Estampes et de la Photographie, FOL-HD-4 (8), f. 251 ; https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8448459n.r=Martellange%20coll%C3%A8ge%20de%20Vienne?rk=85837;2

[31] Médiathèque de Vienne, Recueil de documents relatifs à l’histoire de Vienne, M 103, fol. 121-123.

[32] Médiathèque de Vienne, Ms 211/3 ; copie au Musée des Beaux-arts et d’Archéologie, inv. R 494/715, également certifiée conforme à l’original par les consuls en mars 1612.

[33] Bail à prix fait, AC Vienne, GG 55 ; case 34, fol. 513, N° 45 ; L. Charvet, Etienne Martellange, 1569-1641, Lyon, 1874, p. 48.

[34] AC Vienne, 6 D 7/1 ; case 34 fol. 530 v°.

[35] AC Vienne GG 54 ; case 34 N°49.

[36] Léon Charvet (op. cit., p. 51), de même que Pierre Moisy (Les églises de l’ancienne assistance de France, Rome, 1958, vol. 1 p. 299-300)  attribuent le dessin M 211/5 au frère Martellange, sur la base de son écriture, avis que nous partageons ; pour A. Sénard-Kiernan, l’écriture est bien celle de Martellange, mais le dessin serait du père Moreau (2015, vol. I, p. 70). Cependant, son attribution repose sur l’analyse non pas de ce plan, mais d’un autre, sans doute plus tardif et également conservé à la Médiathèque de Vienne (M 211/4), qu’elle pense dater de 1610.

[37] Littéralement « préfet de la fabrique », ce dernier mot désignant tout ce qui est relatif à la construction d’un édifice.

[38] Il a été identifié par l’auteure de ces lignes dans le fonds Schneyder de la Médiathèque en juin 2021.

[39] Il n’est mentionné ni dans les études anciennes sur le collège de Vienne (L. Charvet, op.cit., p. 43-53 ; P. Delattre, Les établissement des Jésuites en France, 1949, vol. 5, col. 143-166 ; P. Moisy, Les églises de l’ancienne assistance de France, 1958, p.  299-302) ni dans de plus récentes (P. Domeyne, Un collège de province. Du collège des Jésuites au collège Ponsard à Vienne-en-Dauphiné, 1997 ; A. Sénard-Kiernan, op. cit., vol. 3 not. 110), mais a été publié en 2004 par Pierre Domeyne dans une brochure éditée à l’occasion de l‘exposition Les 400 ans du collège Ponsard (17 juin-11 juillet 2004) par l’Association Vienne-Musées (Médiathèque de Vienne, B 3204).

[40] A. Sénard-Kiernan, op. cit., vol 3, p. 342, not. 110.

[41] AC Vienne, GG 53. Mémoire signé Pellison, sd.

[42] A. Sénard-Kiernan, op. cit., vol. 1, p. 75.

[43] B.n.F., département des Estampes et de la Photographie, RESERVE UB-9-BOITE FT 4 ; https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6937533z.r=vienne%20martellange?rk=85837;2. Ce dessin a un indéniable aspect documentaire, en ce qu’il donne à voir le grand corps de logis s’élevant sur la place, avec son pavillon d’angle et son campanile au centre, alors que sur l’emplacement de l’église actuelle se dressent encore les maisons restant à acquérir. On distingue également le corps de logis nord de la cour des classes, en retour d’équerre. Pourtant, on peut s’interroger sur sa conformité à l’état réel du bâti : en effet, d’après les termes d’une convention signée entre a ville et les jésuites le 14 février 1619, la totalité des toitures du collège restait à faire, alors que la vue contemporaine de Martellange la représente achevée.

[44] AC Vienne, GG 54 ; case 34 f. 514 n° 55 ; L. Charvet, op. cit., p. 49.

[45] Ibid.

[46] AC Vienne, 6 D 7/2, p. 498 ; case 34, fol. 531.

[47] AC Vienne, 6 D 7/2, p. 503 ; case 34, fol. 535 v°.

[48] A. Sénard-Kiernan, op. cit., vol. 3, fig. 345 ; voir ci-dessus, note 14.

[49] Département des Estampes et de la Photographie, FOL-HD-4 (8), f. 253 ; https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8448442c/f1.item.r=coll%C3%A8ge%20de%20Vienne.

[50] Département des Estampes et de la Photographie, FOL-HD-4 (8) ; Vallery-Radot n°695.

[51] On ne peut en aucun cas retenir pour ce plan la date de 1610 avancée par Moisy et reprise par A. Sénard-Kiernan (vol 2, p. 435, fig. 345) : l’état du bâti achevé occupe en effet une surface largement supérieure à celle représentée sur le plan d’état des lieux de 1615 réalisé par le père Moreau ; il ne peut donc lui être antérieur.

[52] P. Delattre, op. cit, col. 152.

[53] AC Vienne, GG 55 : Compte rendu par les R.P. Jésuites à la Chambre des comptes du Dauphiné des deniers provenus du tiers de l’octroi de deux sols par charge des marchandises passant à Vienne en l’année 1708.

[54] AC Vienne, GG 54.

[55] Claude Faure. Recherches sur l’histoire du collège de Vienne en Dauphiné, 1933, p. 120.

[56] « Un jésuite architecte inconnu. Le Père Edmond Moreau (1572 ? – 1630) ». XVIIe siècle. Bulletin de la Société d’étude du XVIIe siècle, n°31, avril 1956, p. 399 note 13 (Archivum Romanum Societatis Iesu, Rome, Lugd. 28, fol. 319).

Catherine Guégan

Conservatrice en chef du patrimoine, docteure en histoire de l'art moderne et contemporain, Université Paris-IV Sorbonne

More Posts


Catherine Guégan

Conservatrice en chef du patrimoine, docteure en histoire de l'art moderne et contemporain, Université Paris-IV Sorbonne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search