Le docteur Charles de Brye (1804-1887), collectionneur viennois.

Né au Puy- en-Velay en 1804, mort à Vienne en 1887, ville où il se fixe vers 1855, ce médecin, qui travaille notamment pour la Compagnie des Chemins de Fer Paris-Lyon-Méditerranée et les hospices de Vienne, est aussi poète, bibliophile, archéologue et membre de la Société française d’archéologie, membre de la commission de la bibliothèque publique de Vienne. Investi ainsi que sa famille dans les œuvres charitables, tant religieuses que laïques, ce notable viennois est également un collectionneur averti [1].

∗∗∗∗∗∗∗∗∗∗

Les 17, 18 et 19 avril 1886, est portée sur le registre d’entrée du musée-bibliothèque de Vienne, sous les numéros d’inventaire 696 à 726, une liste de vingt-neuf objets ou œuvres provenant de la vente de Brye qui a eu lieu quelques jours auparavant, le « mardi 6 avril 1886 et jours suivants »[2].

L’architecte Ernest Bizot, est chargé de la rénovation du Collège par la Ville de Vienne à la fin de l’année 1886. Il deviendra conservateur du musée-bibliothèque en 1895. Peut-être avait-t-il pu, dès avril 1886, intervenir auprès du conservateur en place à cette époque, Jean-Baptiste Cornillon, pour l’acquisition de « sept feuilles, plans divers du Collège de Vienne », datés de 1605 à 1707, et inscrits dans le registre d’entrée du musée sous les numéros d’inventaire 714 à 720.

Ces plans ne figurent pas au catalogue de la vente parmi la liste imprimée des objets sélectionnés. On peut donc supposer, comme cela arrive parfois, que ces plans se cachent dans un lot au titre plus général, ou bien ont été ajoutés à la vente après l’impression du livret. Seule une annotation manuscrite de l’enchérisseur (peut-être de Bizot lui-même) « plan du collège : 70 frs laisser aller l’enchère », apparaît dans un des exemplaires du catalogue à la suite de la liste des « Tableaux anciens et modernes »[3].

Le docteur Charles de Brye est en effet un collectionneur éclairé et cette vente en est témoin, laquelle propose, outre ces plans, des tableaux, aquarelles, gouaches, dessins, miniatures, émaux, objets archéologiques, céramiques, meubles et objets mobiliers, gravures, et toute une bibliothèque sur l’histoire régionale, la médecine, les arts, les sciences… « Une des plus belles collections du Dauphiné » relatera la presse dans un article paru lors de son décès en 1887.

Fig. 1 : Hyacinthe Rigaud (d’après) (1659-1743). Portrait du cardinal de La Tour d’Auvergne, v. 1737. Huile sur toile. H. 82 cm ; L. 65 cm (Inv. 698). Collection et © Musées de Vienne (Isère).

 

Maître Badin, commissaire-priseur de Vienne chargé de l’événement, écrit en introduction du livret : « La collection que nous sommes chargés de vendre a été formée à Vienne, par un savant et en même temps un homme de goût […] ». Et de citer notamment quelques œuvres de peintres flamands ou italiens parmi lesquels Miereveld ou l’école de Raphaël, qui feront justement partie des acquisitions du musée.  D’autres ventes, après le décès du docteur de Brye, auront encore lieu en octobre 1888 et en mars 1894.

Les œuvres acquises par le musée–bibliothèque en avril 1886, en plus des plans du Collège, sont les suivantes, telles qu’inscrites dans le Registre d’entrée :

696 – La Sainte famille au Rideau,  école de Raphaël (XVIe), peinture sur toile

697 – Portrait d’homme, attribué à Dietrich, peinture sur bois [fig. 2]

Fig. 2 : Christian Wilhelm Dietrich (1712-1774). Portrait d’Homme, dit aussi Portrait de Vieillard, milieu XVIIIe s. Huile sur toile. H. 64.5 cm ; L. 50 cm (Inv. 697). Collection et © Musées de Vienne (Isère).

698 – Portrait de l’ Archevêque La Tour d’Auvergne, de Rigaud Hyacinthe, peinture sur toile [fig. 1]

699 – Portrait de Femme, attribué à Mierevelt, peinture sur bois [fig. 3 à droite]

700 – Portrait d’homme à collerette, attribué à Mierevelt, peinture sur bois [fig. 3 à gauche]

 

 

Fig. 3 : Michiel Janszoon Van Mierevelt (1567-1641) (atelier de) : Portrait de l’amiral Marteen Harpertsz Tromp, 1640. Huile sur bois. H. 69 cm ; L. 57 cm (Inv. 700) et Portrait de Volckera Claesdr Knobbert, 1632. Huile sur bois. H. 68.5 cm ; L. 56.5 cm (Inv. 699). Collection et © Musées de Vienne (Isère).

701 – Tête de Charlotte Corday, médaillon plâtre [fig. 4]

Anonyme. Tête de Charlotte Corday, début XIXe s.

Fig. 4 : Anonyme. Tête de Charlotte Corday, début XIXe s. Plâtre. H. 48 ; L. 38 (Inv. 701). Collection et © Musées de Vienne (Isère).

702 à 706 –  Cinq statuettes antiques en bronze

707 – Un mercure sur colonne en marbre

708 – Un marbre sculpté (soldat de Marathon)

709 – Des assignats de Vienne et de Lyon

710 – Une miniature sur émail

711 – Un bas-relief en terre cuite

712 – Un dessin de Greuze (deux crayons) [fig. 5]

 Jean-Baptiste Greuze (attribué à) (1725-1805). Femme antique, milieu XVIIIe s.

Fig. 5 : Jean-Baptiste Greuze (attribué à) (1725-1805). Femme antique, milieu XVIIIe s. Fusain et craie sur papier. H. 52 cm ; L. 40 cm (Inv. 712). Collection et © Musées de Vienne (Isère).

713 – Une gravure  portrait d’homme

[714 à 720 – les plans du Collège de Vienne cités par ailleurs]

721 – Un lacrymatoire

722 – Une urne funéraire en  plomb

723 à 725 – Trois vases anciens

726 – Divers fragments, lampes, vases, poteries 

 

Mais la personnalité de Charles de Brye est multiple et ne se résume pas à son goût pour les objets d’art. Il va marquer la ville de son empreinte de diverses façons.

Il est avant tout médecin. Dès avant son installation à Vienne, la presse fait l’éloge de son abnégation et du soin qu’il prend de ses malades : en 1834, il est dans le sud-ouest de la France où il « soigne le choléra avec beaucoup de zèle à Arnéguy »[4] pendant la première pandémie du XIXe siècle de cette maladie qui survient de 1832 à 1834. A Vienne, les accidents dans les usines textiles ne sont pas rares et il intervient régulièrement en qualité de médecin adjoint des hospices pour soigner ces blessés. De même, appelé par la compagnie ferroviaire P.L.M. dont il est le médecin attitré, son nom est souvent cité lors d’interventions de secours. En décembre 1860, la ville inaugure en grande pompe le monument portant une statue de la Vierge, édifié près de la chapelle de Pipet sur les hauteurs de la ville, dont le piédestal est dû à l’architecte Victor Teste.  Dressée au Champ-de-Mars pour accueillir la délégation officielle, l’estrade s’effondre, faisant des victimes parmi les invités et la foule. Le docteur de Brye prête une nouvelle fois son concours.

Certaines personnalités l’ont choisi comme médecin : en septembre 1885, il assiste dans sa maladie le même Victor Teste, devenu conservateur du musée-bibliothèque de 1862 à 1865. La nécrologie en juin 1877 du libraire-éditeur Jacques Girard précise « soigné par le docteur Michallon et le docteur de Brye ». On sait également qu’il est l’un des médecins signataires d’une liste de conseils hygiénistes, lue au conseil municipal du 13 janvier 1871, face à une épidémie variolique démarrée quartier de la Cavalerie en mai 1870 : simples conseils d’hygiène privée, mais aussi d’hygiène publique qui insistent sur la propreté des rues et des bâtiments, l’isolement des malades à l’hôpital, la vaccination.

Son implication dans la vie de la ville dépasse ses compétences en matière médicale. Il est non seulement bibliophile, la longue liste des ouvrages imprimés figurant au catalogue de la vente le prouve, mais il écrit aussi des articles à propos de publications sur des sujets historiques. Joseph Timon, éditeur-propriétaire du Moniteur Viennois, le cite lors d’une de ces parutions en décembre 1859 : « Cette communication nous a été faite par notre ami le docteur de Brye, médecin à Vienne (Isère) bibliophile distingué et collectionneur infatigable. » Plus rare, on connaît de lui une pièce en vers parue dans le Journal de Vienne du 1er janvier 1860 « Les étrennes de la grand-mère ».

Collectionneur infatigable, c’est aussi un archéologue amateur, qui publie dès 1860 dans les journaux locaux des articles sur les découvertes faites au Champ-de-Mars à cette époque, comme celle d’une mosaïque à cinq compartiments figurant un vase et des oiseaux. L’historien et épigraphiste Auguste Allmer (1815-1899) actif à Lyon et Vienne à la même période cite « le savant article du Dr de Brye ». Il est d’ailleurs nommé membre de la Société française d’archéologie en décembre 1862. L’antiquité romaine n’est pas son seul sujet d’intérêt puisqu’on lui doit aussi en 1874 la publication d’un document sur l’état des biens du monastère des Bénédictines de Sainte-Colombe, d’après un état qui avait été dressé en 1727 à la demande de l’Assemblée du clergé de France.

En février 1862 il est nommé membre de la commission de la bibliothèque publique chargée de relever l’établissement. Les collections du musée-bibliothèque ont en effet été fortement dégradées en 1854 lors de l’incendie de l’hôtel de ville où elles étaient provisoirement conservées. Mais dans le même temps son caractère intègre le pousse à contester, avec les autres membres de cette commission, la nomination d’un bibliothécaire, au détriment des finances de la ville dans cette période difficile, sans connaissance de la valeur du nominé et sans concertation avec ladite commission.

On le sait investi dans les œuvres charitables. En janvier 1863 il participe à la souscription en faveur des ouvriers sans travail, lancée par la Compagnie P.L.M. et la municipalité. En 1870, pendant la guerre franco-allemande, il fait partie des souscripteurs de l’opération « nationale et patriotique pour offrir une épée d’honneur au brave général Uhrich défenseur de Strasbourg » et de l’opération locale organisée au café Pérolle pour offrir un drapeau aux mobilisés de la 3e légion de l’arrondissement de Vienne. En 1873 il souscrit en faveur des émigrés alsaciens et lorrains du comité de Vienne. Puis ce sera en faveur des inondés du Midi après les pluies torrentielles de juin 1875 qui firent plus de deux cents morts dans le sud-ouest de la France. Lui-même, son épouse Marie et sa fille Françoise, sont régulièrement cités comme participants à des loteries au profit des pauvres des sœurs de Saint-Vincent-de-Paul, ou de Saint-Joseph. Sa générosité et son goût pour l’art se rejoignent lors de sa souscription pour l’élévation du monument dédié à l’auteur dramatique viennois François Ponsard (1814-1867)[5].

Charles de Brye est très apprécié parmi les notables viennois. Entre 1863 et 1868 on le retrouve presque chaque année à la table d’honneur du banquet de la fête de Sainte-Barbe, avec le sous-préfet, le maire Victor Faugier. Il est souvent appelé pour conduire le deuil ou tenir le coin du poêle lors des funérailles de personnalités de la ville. A Châteauville-sous-Anjou en décembre 1871, lors des obsèques d’Alfred de Terrebasse (1801-1871), député de l’Isère et historien du Dauphiné, un discours est prononcé dans lequel est cité Charles de Brye, qui rend compte de l’estime dans laquelle on le tient : « il [Alfred de Terrebasse] recevait chez lui familièrement le docteur de Brye, son médecin et ami, un des bibliophiles et des collectionneurs les plus délicats ».

Il décède début août 1887, des suites d’une longue maladie. Le mardi 2 août 1887, lors de ses funérailles, une foule nombreuse l’accompagne, composée de tous ceux qui ont bénéficié de ses soins attentifs, parmi eux les vieillards des hospices, les Petites Sœurs des Pauvres, les Frères des Ecoles chrétiennes et leurs élèves. Le discours prononcé rend hommage à « un homme qui a marqué dignement sa place dans la cité viennoise, et qui s’était acquis les sympathies générales par ses précieuses qualités du cœur et de l’esprit et par un rare dévouement ».

 

Michèle BOISSIN-PIERROT, Responsable scientifique chargée des collections Beaux-Arts, Musées de Vienne.

 

[1] Sauf mention contraire, tous les éléments biographiques sont extraits du Journal de Vienne et du Moniteur Viennois parus entre 1856 et 1894.

[2] Collection de M. Le Dr de Brye de Vienne, catalogue, Vienne, M D CCC LXXXVI  (Collection Musées de Vienne).

[3] Cet exemplaire est conservé à la Médiathèque de Vienne, fonds patrimonial, sous la cote A 8519.

[4] Le Courrier de la Drôme et de l’Ardèche du 30 octobre 1834.

[5] Installée en 1870 sur la place de l’Hôtel de Ville, la statue en bronze a été démantelée pour être fondue en 1942 sous le régime de Vichy.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search