De l’initiative d’une société savante cantalienne à la création de l’Inventaire en Auvergne : objectifs convergents et méthodes divergentes

Je remercie les relectrices de ce billet : Catherine Guégan, Caroline Guibaud, Bénédicte Renaud-Morand. Leurs avis et suggestions ont été très précieux.

 

Introduction

L’Auvergne fit acte de candidature pour être dotée d’une Commission régionale d’Inventaire dès 1963, avant même la mise en place des premières structures opérationnelles en région. Cette « initiative »1, selon Roger Delarozière2, était portée par une association cantalienne, la société des Lettres, Sciences et Arts « La Haute-Auvergne » (dite simplement « La Haute-Auvergne »)3, dont la secrétaire était alors Léonce Bouyssou4. Bien qu’elle considérât évidemment ses activités d’étude et de recensement du patrimoine cantalien comme marginales5 par rapport à sa mission de directrice des Archives départementales du Cantal, Léonce Bouyssou joua un rôle crucial dans la naissance de la Commission régionale d’Inventaire d’Auvergne, qui n’intervint, après de nombreuses relances, qu’au début de l’année 1971.

La Commission nationale portait le projet novateur ébauché par André Malraux et André Chastel sans que les ressources humaines et les moyens financiers soient en adéquation avec la démarche, ce qui engendrait lenteurs et atermoiements. Les sociétés savantes, dotées plus chichement encore, n’hésitaient pas à faire preuve de pragmatisme en investissant le terrain avec les moyens du bord. Le risque était de voir se disjoindre la démarche intellectuelle portée par le ministère et la pratique mise en œuvre sur les territoires régionaux.

 

1963, l’« initiative » auvergnate

La loi n°62900, du 4 août 1962 précise que l’institution d’un Inventaire général est « novatrice » mais qu’il doit rester une « opération modeste »6. Président donc à la mise en œuvre de l’Inventaire l’ambition intellectuelle d’hommes tels André Malraux et André Chastel et la prudence engendrée par un maigre budget. En 1963, avant que le décret n°64-203 du 4 mars 1964 institue « une Commission nationale chargée de préparer l’établissement de l’Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France », un Comité consultatif provisoire7 est chargé de créer cette Commission nationale8 dont la mission sera l’établissement des Commissions régionales9 fixées à deux par an. Elles auront pour mission d’encadrer les Comités départementaux qui œuvrent sur le terrain.

 

Fig. 1. Organigramme des régions dotées d’un Inventaire général en 1968 (Archives Région Auvergne-Rhône-Alpes, HDR Clermont-Ferrand. 1087WR1, Commission régionale d’Auvergne : documents divers (1965-1977) chemise n°2). © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel

Roger Delarozière effectue pour le Comité provisoire une première mission en Alsace à la fin de l’année 1962 et une deuxième en Bretagne au début de l’année 1963. « Le choix de ces deux régions (…) avait été décidé, a priori, par le Comité consultatif provisoire. Il ne s’agissait donc pas d’examiner dans quelle mesure des opérations d’Inventaire [y] étaient possibles»10. La mission auvergnate, menée en novembre 1963, est d’une autre nature : elle est motivée par « l’initiative » (terme souligné dans le texte) prise par la Société « La Haute-Auvergne » de mettre en place une opération d’inventaire systématique des richesses archéologiques et artistiques du département du Cantal11. « Le principe d’une opération d’Inventaire dans cette région n’ayant pas encore été établi »12, le secrétaire du Comité consultatif se voit contraint d’évaluer si cette candidature vaut de bousculer le programme national qui prévoyait de doter d’abord la Haute-Normandie et le Languedoc-Roussillon.

L’initiative part donc du Cantal, plus précisément de l’activité déployée par Léonce Bouyssou. Elle eut l’idée, en 1956,

de constituer aux Archives un fichier sur l’habitat rural cantalien, qui est varié et intéressant (chaume, lauzes, tuiles rondes) et dont mes tournées à travers le département m’amenaient à constater la disparition progressive et inéluctable.

 

Fig. 2. Habitat rural, grange-étable au toit de chaume formant un auvent, Vic-sur-Cère. © Phot. Léonce Bouyssou, 1972 / Archives départementales du Cantal (45 Fi 1737)

 

Fig. 3. Toit d’ardoises taillées en écaille, Vic-sur-Cère. © Phot. Roger Choplain ; Roland Maston, 1972 / Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP

 

Fig. 4. Toit de tôle ondulée, Vic-sur-Cère © Phot. Roger Choplain ; Roland Maston, 1972 / Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP

 

Cette opération de repérage est étendue en 1962 à l’architecture religieuse et aux objets d’art. Elle est prise en charge par une branche de « La Haute-Auvergne ».

L’affaire se structure. On décide de prendre le canton comme circonscription de base et un responsable par canton. Problème : réunir le nombre de responsables pour couvrir tout le département. On en trouve péniblement une dizaine13. En fait quatre ou cinq de véritablement efficaces. C’est alors [en 1963] que l’on entre en rapport avec la Commission provisoire de l’Inventaire dont on reçoit les directives14.

Cette démarche est double : il s’agit d’une part de s’assurer une conformité de méthode avec celle de l’Inventaire naissant et d’autre part de bénéficier de moyens pour financer cette activité.

 

L’entreprise scientifique

 

Dès le début de l’année 1963, Léonce Bouyssou sollicite André Chastel pour obtenir une documentation normée permettant d’organiser le travail des sociétaires. Les fiches-type sont finalement constituées d’après celles préconisées par l’Information de l’histoire de l’art de mai 1963. A l’origine, l’inventaire devait se réaliser en deux étapes : un repérage préliminaire afin de sélectionner les œuvres à étudier puis l’établissement et la publication de notices individuelles qui formeront l’inventaire proprement dit. La société savante cantalienne se propose de procéder à la première étape de ce programme. Léonce Bouyssou précise :

J’ai lu avec le plus grand intérêt l’article sur l’Inventaire de MM. Chastel et Grodecki. Il me semble que notre projet, qui procède de la même optique, bien que modeste par les moyens mis en œuvre et par son objet même – le Cantal est beaucoup moins riche en monuments notables que ses voisins le Puy-de-Dôme et la Haute-Loire – correspond bien à la première étape du plan ; le repérage préliminaire d’ensemble qui permettra de voir ce qui peut être retenu pour les notices individuelles, étant entendu qu’en ce qui nous concerne nous envisageons un repérage exhaustif, autant que faire se peut15.

Consciente de travailler à l’établissement d’un corpus préalable à une étude véritable s’insérant « dans un plan plus vaste à l’échelle nationale (…) que patronne un Comité présidé par M. André Malraux », Léonce Bouyssou insiste sur la nécessité d’une méthode d’enregistrement permettant d’user scientifiquement des données recueillies. « Notre tâche présente est le repérage qui se matérialisera dans le fichier. Il est souhaitable que les fiches établies le soient selon les normes adoptées pour les futures notices individuelles »16. Les fiches de repérages, permettant de comparer les données de terrain, comprennent la localisation, la documentation, l’historique, la description, la date de rédaction. Les efforts se concentreront non sur le patrimoine remarquable déjà abondamment traité mais sur des éléments « peu connus ou inconnus en procédant à une sorte de « ratissage » du canton prospecté »17.

 

Fig. 5. Exemple de fiche donnée dans le « Projet d’inventaire des richesses archéologiques et artistique du département du Cantal », Société des Lettres, Sciences et arts « La Haute-Auvergne », sans date [avant mai 1963]. Les champs seront modifiés en cours d’année pour correspondre aux préconisations données par André Chastel.

Léonce Bouyssou parvient à susciter l’attention d’André Chastel, d’où l’envoi de Roger Delarozière en mission en Auvergne.

Le travail de Mlle Bouyssou est parfaitement connu des milieux archéologiques et l’activité de la Société des Lettres, Sciences et Arts « La Haute-Auvergne » a constitué l’un des arguments qu’ont avancé certains Membres du Comité Consultatif Provisoire de l’Inventaire, et notamment M. le Professeur Chastel, lorsqu’ils ont envisagé de placer dans la Région « Auvergne », la troisième opération d’Inventaire Général18.

Cependant, la mission de Roger Delarozière n’entrainera pas cette création. A cela, des raisons scientifiques sont avancées.

Roger Delarozière constate que les départements auvergnats, hormis le Cantal, semblent « hésitants » quant aux opérations à engager et « sceptiques » au sujet des possibilités de recrutement du personnel qualifié19. Le rapporteur s’inquiète par conséquent de la manière dont sera interprété ce projet d’Inventaire dans ce contexte certes « riche en œuvres d’art – souvent peu connues – et pauvre par contre en experts20. » Il craint que l’activité soit principalement dédiée à des opérations dites « sérielles » étudiant une catégorie spécifique d’objets (l’orfèvrerie, les arts du feu et la verrerie sont cités pour la Haute-Loire) en fonction des compétences présentes, ce qui contreviendrait aux objectifs de la démarche d’inventaire et serait davantage assimilé à un récolement thématique. La seule solution serait de détacher du personnel du CNRS ou de faire venir des professionnels de Paris, ce qui entrainerait des frais. Or la candidature de l’Auvergne ne serait retenue qu’à la condition d’un reliquat de crédit de l’exercice 1963 à affecter en 1964.

Arguant du fait que « la période qui s’ouvre est expérimentale, aussi bien dans le domaine de la méthode scientifique qu’en matière d’organisation et d’administration », Roger Delarozière proposera que « La Haute-Auvergne » soit considérée comme une association annexe à l’Inventaire, sans que soit pour autant immédiatement fondée une Commission régionale. Cette alternative ne satisfait pas entièrement les visées de Léonce Bouyssou puisqu’elle cherche des ressources financières pour maintenir et développer l’activité de son association.

 

Le nerf de la guerre

Si Léonce Bouyssou fait part, en 1963, de l’action entreprise par la société savante dont elle est secrétaire et de son souhait de voir l’Auvergne se doter d’une Commission régionale au directeur des archives lequel en informe l’Inspecteur général des Archives de France, ainsi qu’au préfet qui en parle à Henri Domerg chargé de mission auprès du Premier ministre, Georges Pompidou, c’est qu’elle entend trouver des financements. La demande d’une subvention adressée au CNRS s’est vue refusée au motif que les aides ne pouvaient être accordées qu’aux Commission régionales qui ensuite affecteraient les crédits. Roger Delarozière s’oppose à une subvention directe de la Commission nationale sans que « soit constituée l’infrastructure administrative de direction et de contrôle nécessaire [la Commission régionale] »21. En conséquence, en novembre 1964, la section de la Société « La Haute-Auvergne » qui s’intéresse à l’Inventaire se sépare de la Société mère pour gagner une autonomie lui permettant d’obtenir des subventions. C’est la naissance de l’association de la Photothèque cantalienne qui se donne comme objectif une « prospection systématique du département en vue de constituer dans le domaine de l’architecture et des beaux-arts une photothèque et un fichier descriptif22. » « La Haute-Auvergne » prévoyait déjà de préparer les campagnes systématiques de photographies ; avec la Photothèque cantalienne l’idée que l’enquête ne se conçoit pas sans l’image est érigée en principe. La rigueur scientifique de Léonce Bouyssou s’y exerce : en 1965, année au cours de laquelle elle effectue un stage de terrain en Bretagne auprès du service de l’Inventaire, une liste d’édifices, classée par arrondissements et cantons, est dressée. Un fichier normé est constitué. Par la Photothèque cantalienne, Léonce Bouyssou arrive surtout à obtenir des financements : elle est subventionnée en 1965 par la Fondation pour l’Art et la Culture, puis en 1966 par le Conseil général du Cantal.

Le problème du financement est à nouveau abordé au cours de la réunion d’information du Comité régional des affaires culturelles qui se tient à Clermont-Ferrand, le 23 novembre 1967. Roger Delarozière révèle alors une position à certains égards contradictoire : l’Inventaire peut s’établir sur la base d’un travail de repérage mené par les sociétés savantes locales, leur rôle étant donc affirmé, il leur est néanmoins conseillé d’attendre que soit créée une Commission régionale avant de solliciter des subventions départementales, ce qui constitue une évidente limite à leur action. Sans doute entend-t-il souligner le rôle moteur des sociétés savantes et associations de sauvegarde tout en essayant de maintenir leur activité dans un champ restreint, leurs ambitions ne devant pas les mener à espérer se substituer à l’action d’un ministère qui tarde à s’investir. En effet, si des subventions publiques leur étaient concédées, le rôle même de l’Inventaire serait remis en question. Sans Commission régionale, point de salut, alors même qu’André Chastel déplore la « précarité » de l’entreprise qui oblige à freiner les implantations23. Les correspondants auvergnats24 de la Commission nationale déposent néanmoins une candidature à Pâques 1968. La modicité des crédits de 1969 ne permet pas de les satisfaire. Cependant, le ministère annonce fin 1970, qu’en réponse à la demande déposée en mars 1968, une Commission régionale Auvergne verra le jour l’année suivante. L’arrêté ministériel est enfin pris le 6 avril 1971.

 

Contexte sociologique de la demande d’un Inventaire en Auvergne

La mission de Roger Delarozière en 1963, la réunion d’information du Comité régional des affaires culturelles en 1967, le dossier déposé auprès de la Commission nationale en 1968 sont autant d’occasions d’argumenter la demande de création d’une Commission régionale d’Inventaire.

Malgré son caractère rural, supposé résilient par nature, l’Auvergne des années 1960 n’est pas épargnée par les modifications du bâti. Les villes d’Auvergne, bien que de taille modeste, subissent des opérations d’aménagement parfois alarmantes :

L’urbanisation, conséquence normale du développement industriel, de l’expansion démographique et de la rénovation des structures rurales, se développe autour des principaux centres et notamment dans toute la vallée de l’Allier, de Langeac à Moulins (…). Déjà de nombreux travaux entrepris, tant à Clermont qu’en d’autres villes, aussi bien pour la construction d’ensembles résidentiels que pour l’adaptation des voies à une circulation accrue ont entraîné la disparition de monuments en tout ou en partie : au Puy, démolition des anciens bâtiments de la commanderie des templiers ; à Clermont, démolition des arcades du XVIIIe siècle fermant la cour de l’ancien collège des jésuites ; à Montluçon, la percée d’un boulevard extérieur menace le château des Etourneaux (XVème siècle)25.

L’architecture rurale n’est pas épargnée. Léonce Bouyssou, note que les couvertures en lauze ou en chaume du canton de Saignes « tendent de plus en plus à disparaître pour des raisons d’ordre technique et économique (pour le chaume notamment on ne trouve plus ni matière première par suite de l’abandon de la culture des céréales, ni ouvriers spécialisés)26 ». Enfin,

la modernisation des exploitations agricoles et la rénovation de maisons rurales anciennes selon des normes indifférentes à leur caractère architectural entraînent la disparition de l’harmonie des ensembles et du caractère propre à cet habitat. Dans le Cantal (…) la cherté des matériaux traditionnels notamment pour les couvertures (lauzes, chaume, tuiles canal, etc.) entraine à des solutions qui contribuent aussi à dénaturer les bâtiments27.

 

Fig. 6. Intérieur d’une ferme, Vic-sur-Cère. © Phot. Roger Choplain, Roland Maston, 1972 / Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP. Evolution des habitats dans le Cantal : les éléments traditionnels que sont la table et ses bancs, l’horloge, le vaisselier, la souillarde* commencent à être concurrencés par des éléments moderne : la télévision, le frigidaire et la gazinière, l’installation d’un poêle dans la cheminée. * La souillarde est, d’après Jean-Marie Pérouse de Montclos « une pièce où l’on lave la vaisselle » (Architecture, description et vocabulaire méthodiques. Paris : Editions du Patrimoine. P. 538). Appliquée au Cantal, elle désigne une pièce rectangulaire, généralement couverte d’une voûte en berceau, formant appendice à la salle commune. Le vocabulaire vernaculaire la désigne sous le terme de « basseyre » (communication orale, Lionel Sauzade).

 

Deuxième argument récurrent, articulé bien que contradictoire avec le précédent : les zones rurales auvergnates attirent l’attention pour leur potentiel conservatoire ; elles permettraient d’atteindre un état architectural peu modifié. Il serait possible d’étudier en Haute-Loire un « patrimoine accumulé au cours des siècles, dans une région [au] développement retardé »28. L’Auvergne, à l’exception du département de l’Allier et de la ville de Clermont-Ferrand, compte parmi les régions « les plus déshéritées de notre pays. (…) La plupart des vieilles cités auvergnates n’ont évolué que très lentement au cours du XIXe siècle » ; et de citer les églises romanes dont le seul remaniement consisterait en « la construction de nouveaux clochers à la suite des destructions de la Révolution »29. Cependant, cette opposition ne fait que refléter un degré d’urgence : l’érosion des modes de vie ancestraux était déjà à l’œuvre, même dans les montagnes de l’Aubrac. Pour la même raison, les enquêtes ethnographiques se détournent des terrains exotiques et explorent la France rurale : Plozévet, commune du Finistère, entre 1961 et 1965 ; l’Aubrac, à la frontière de l’Aveyron, du Cantal et de la Lozère de 1964 à 1966 ; le Châtillonnais, au nord de la Côte-d’Or, entre 1966 et 196830 ; les campagnes reculées et enclavées auraient conservé un mode de vie qualifié d’originel bien que ne remontant vraisemblablement qu’au XIXe siècle. Les ethnologues y cherchaient la vie des campagnes françaises dans leur expression préindustrielle, l’Inventaire aurait pu y enregistrer des artefacts, architecturaux et mobiliers, authentiques (non remaniés ou dans « leur jus » pour reprendre le tic de langage relevé par N. Heinich)31. Léonce Bouyssou donne son concours à la Recherche coopérative sur programme d’Aubrac32. Trois communes cantaliennes étant concernées, elle étudie les documents d’archives traitant des pratiques pastorales, cartographie les montagnes d’estive, dresse des statistiques, photographie et enregistre les burons, parfois désertés et en ruine.

 

Fig. 7. Un des burons des Gardes. © Phot. Léonce Bouyssou, 1967 / Archives départementales du Cantal, Fonds Photothèque cantalienne (39 Fi 218)

 

L’Auvergne promet également de procurer aux chercheurs un terrain vierge en raison de sa modestie artistique et architecturale. L’étude d’un canton tel que celui de Saint-Flour « permettrait de montrer ce que peuvent offrir aux chercheurs des contrées pauvres en œuvres de premier plan et de ce fait généralement ignorées33. » Si cet argument semble quelque peu ambigu, c’est certainement le meilleur aux yeux de l’Inventaire, car c’est ainsi que s’établit la distinction d’avec les travaux des Monuments historiques, dans cette idée, formulée l’année suivante par Malraux34 : l’objet ne vaut pas par lui-même mais par le regard et l’attention qui lui sont portés.

 

Fig. 8. Intérieur d’une ferme, lits clos, Vic-sur-Cère, © Phot. Roger Choplain ; Roland Maston, 1972 / Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, Une enquête à Saint-Flour, d’après Léonce Bouyssou, n’aboutirait sans doute qu’à enregistrer les vestiges des boiseries et lits clos des fermes cantaliennes, et non à découvrir des chefs-d’œuvres oubliés.

 

Lors de la création de la Commission régionale d’Inventaire d’Auvergne, en 1971, Léonce Bouyssou est nommée vice-présidente du Comité départemental du Cantal et, à ce titre, se voit chargée « d’assurer le contrôle des campagnes d’inventaire organisées dans le département et d’assurer la conservation et la mise à jour de la documentation établie »35. Il est décidé d’achever le pré-inventaire qu’elle avait mené à Vic-sur-Cère afin que la campagne d’inventaire proprement dite puisse démarrer dès 197236.

 

Fig. 9. Chercheuse sur le terrain, Vic-sur-Cère, © Phot. Roger Choplain ; Roland Maston, 1971 / Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP,

 

Cet inventaire aboutit à une publication en 198437. Léonce Bouyssou, est mentionnée dans l’ouvrage au titre de « Collaboratrice du Pré-Inventaire, directeur honoraire des Services d’Archives du Cantal ». Elle semble pourtant s’être rapidement détachée de cette opération. Elle la décrit comme une œuvre de longue haleine mobilisant un important groupe de chercheurs et paraît n’avoir eu ni le loisir ni le goût de s’investir en une si minutieuse démarche38. Il semblerait que l’articulation prévue entre le pré-inventaire de la Photothèque cantalienne et l’Inventaire proprement dit n’ait pas véritablement donné lieu à une collaboration étroite.

 

Conclusion

La création de la Commission régionale d’Inventaire en Auvergne semble moins avoir rassemblé sociétés savantes et professionnels du patrimoine que les avoir cantonnés dans des champs distincts.

Inventaire et société savantes partageaient pourtant deux traits communs : celui d’enregistrer le patrimoine vernaculaire et de ne disposer d’aucun pouvoir réglementaire. Dès l’origine, en 1964, Chastel précise qu’un « inventaire scientifique ne vise aucun objectif administratif ou fiscal ; il ne possède pas de valeur officielle. ». Il ne s’intéresse pas particulièrement aux œuvres majeures qui valent d’être conservées et qui relèvent des Monuments historiques, mais à des « ouvrages d’importance secondaire »39. Inventaire et sociétés savantes opèrent dans le même champ : celui de la conservation par la documentation ou de la sauvegarde par la mémoire d’un patrimoine d’autant plus fragile qu’il n’est pas remarquable.

Le clivage ne s’établit pas dans le domaine des objets d’observation mais dans la méthode. Accepter qu’un élément d’architecture perçu en tant que témoin de l’histoire humaine soit voué à la transformation voire à la destruction, c’est mettre moins l’accent sur la chose elle-même que sur l’œil qui la voit. Pour que cette opération du regard s’inscrive dans une démarche scientifique, donc transmissible sans ambiguïté, il faut la traduire dans un vocabulaire normé. C’est ainsi que la discipline se constitue en science et devient un domaine réservé à des professionnels formés40. C’est par la maîtrise des principes, de la méthode et du vocabulaire descriptif que l’Inventaire se distingue des sociétés savantes.

Chastel le précise : l’Inventaire ne se donne aucun critère limitatif41. Néanmoins, pour que la démarche ne verse pas dans l’absurdité d’une liste à la Prévert, il convient de la mener comme une étude qui ne se contentera pas de constituer des fiches par élément mais qui les mettront en relation par un jeu de comparaisons solidement étayées. Ainsi l’Inventaire atteint à cette qualité des sciences sociales voulant que le tout excède la somme des parties qui le constitue dans la mesure où il est l’addition des parties et des relations qu’elles entretiennent entre elles. Si les éléments d’architecture enregistrés par l’Inventaire étaient des pièces de puzzle, on leur appliquerait volontiers la réflexion de Georges Perec : « on peut regarder une pièce d’un puzzle pendant trois jours et croire tout savoir de sa configuration et de sa couleur sans avoir le moins du monde avancé : seule compte la possibilité de relier cette pièce à d’autres pièces (…) seules les pièces rassemblées prendront un caractère lisible, prendront un sens »42. Les sociétés savantes enregistraient des éléments emblématiques et menacés, l’Inventaire se place idéalement sur un plan antérieur à cette démarche de recensement : sa sélection devrait être sous-tendue par une problématique consciente – ainsi peut d’ailleurs se comprendre la phrase sibylline d’André Malraux, « la recherche devient son objet propre » – inspirée par l’observation de terrain. Dissocier une phase de pré-inventaire conduite par des sociétés savantes d’une opération d’étude menée par l’Inventaire équivaudrait à séparer la sélection de l’étude, ce qui s’avère difficilement concevable.

 

Félicie Fougère, Conservatrice du patrimoine, Inventaire général du patrimoine culturel, Région Auvergne-Rhône-Alpes

 

Pour citer cet article

FOUGERE, Félicie, ” De l’initiative d’une société savante cantalienne à la création de l’Inventaire en Auvergne : objectifs convergents et méthodes divergentes “, Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes et Auvergne [en ligne], 31/01/2022. URL : https://inventaire-rra.hypotheses.org/6963

 

Pour aller plus loin :

 

______________________________________________________________________________
Notes
  1. Archives Région Auvergne-Rhône-Alpes, HDR Clermont-Ferrand. 1087WR1, Commission régionale d’Auvergne : premiers projets (1964). Compte rendu de mission effectuée dans les départements du Puy-de-Dôme, de l’Allier, du Cantal et de la Haute-Loire du 23 octobre au 1er novembre 1963 par Roger Delarozière. []
  2. Roger Delarozière fut secrétaire général de la Commission nationale de l’Inventaire entre 1964 et 1971. Il assura « la coordination du montage juridique de l’Inventaire entre 1962 et 1964, son montage administratif, ainsi que sa mise en place territoriale à partir de 1963 ; il fut aussi chargé du recrutement du personnel scientifique pour toute la période de 1962 à 1971 ». KOWALSKI, Alexandra. ” L’Inventaire Malraux : une conquête administrative et culturelle “. In Malraux et l’Inventaire général. Présence d’André Malraux, hors-série des Cahiers de l’Association amitiés internationales André Malraux, 2003, pp.30-50. []
  3. « La Société « La Haute-Auvergne » a été fondée en 1898 par M. Roger Grand, alors archiviste du Cantal – plus tard professeur à l’Ecole nationale des Chartes – entouré d’un certain nombre d’érudits locaux. Elle se propose dans l’esprit de ses fondateurs de « stimuler et grouper les efforts individuels des travailleurs et des chercheurs, répandre les saines doctrines de la critique moderne aussi bien dans le domaine de l’histoire, de l’archéologie, de la linguistique que dans celui des sciences naturelles, donner aux résultats obtenus la publicité qui les rend durables. » Archives Région Auvergne-Rhône-Alpes, HDR Clermont-Ferrand. 1087WR1, Commission régionale d’Auvergne : premiers projets (1964). []
  4. Léonce Bouyssou (1917-2004) : archiviste paléographe de la promotion 1941, première femme nommée directrice d’un service d’archives départementales en France en 1949, chevalier de la légion d’honneur en 1968. LUNG Jean-Eric. ” Léonce Bouyssou, note biographique “. In Bibliothèque de l’école des chartes, année 2005, 163-2, pp. 598-602. [en ligne]. Accès Internet : http://˂https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_2005_num_163_2_464388˃ [Consulté le 20/01/2022] []
  5. « J’ai fait des bricoles à droite à gauche. Un peu comme la fleur de pissenlit, je me suis éparpillée à tout vent ». DESACHY, Sylvie, ROSTAING Aurélia. Léonce Bouyssou parle de son métier. [en ligne]. Culture.Cantal.fr. Archives du Cantal. [en ligne]. Accès Internet :  http://˂https://culture.cantal.fr/patrimoine/archives-du-cantal/2455-leonce-bouyssou-parle-de-son-metier˃ [Consulté le 20/01/2022] []
  6. CHASTEL, André, MALRAUX André. L’Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France. Paris : Ministère des Affaires culturelles, Imprimerie nationale, 1964. Fascicule dit « Plaquette sable ». Les textes de loi sont reproduits en annexes. [en ligne]. Accès Internet http://˂http://www.inventaire.culture.gouv.fr/telechar/Plaquette_dite_sable_1964.pdf˃[Consulté le 20/01/2022] []
  7. L’arrêté ministériel du 24 janvier 1963 fixe comme mission au Comité consultatif provisoire « d’étudier les problèmes administratifs et scientifiques posés par l’établissement d’un inventaire général et d’organiser la Commission nationale qui aura pour tâche d’effectuer cet inventaire ». KOWALSKI, Alexandra. L’Inventaire Malraux : une conquête administrative et culturelle. Op. cit. []
  8. La Commission nationale établit les programmes, définit les méthodes et les normes de travail. Son exécutif, le Secrétaire général, assure la marche de l’entreprise. Ibid. []
  9. Les Commissions régionales jouissant d’une large liberté d’action et leurs secrétariats relevant du Secrétariat de la Commission nationale, assurent l’exécution de l’inventaire. Ibid. []
  10. Archives Région Auvergne-Rhône-Alpes, HDR Clermont-Ferrand. 1087WR1, Commission régionale d’Auvergne : premiers projets (1964). Compte rendu de mission… Op. cit. []
  11. Archives Région Auvergne-Rhône-Alpes, HDR Clermont-Ferrand. 1087WR1, Commission régionale d’Auvergne : premiers projets (1964). Projet d’inventaire des « richesses » archéologiques et artistiques du département du Cantal, novembre 1962 []
  12. Archives Région Auvergne-Rhône-Alpes, HDR Clermont-Ferrand. 1087WR1, Commission régionale d’Auvergne : premiers projets (1964). Compte rendu de mission… Op. cit. []
  13. Les responsables comprennent deux officiers supérieurs en retraite, deux médecins, un prêtre, un juriste, un architecte, un agrégé d’histoire, un professeur de Faculté (Sciences), un ancien conservateur des antiquités et objets d’art. Léonce Bouyssou avoue que cette composition est « très hétéroclite et le degré, si je puis dire, d’efficacité des différents participants sera très divers ». []
  14. Archives Région Auvergne-Rhône-Alpes, HDR Clermont-Ferrand. 1087WR1, Commission régionale d’Auvergne : premiers projets (1964). Courriers de Léonce Bouyssou à Roger Delarozière, 12 septembre 1963 et juillet 1967 []
  15. Ibid. []
  16. Archives Région Auvergne-Rhône-Alpes, HDR Clermont-Ferrand. 1087WR1. Commission régionale d’Auvergne : création, arrêtés, nominations (1963-1985). 2. Inventaire archéologique du département, Société « La Haute-Auvergne ». Date manuscrit « 1963 ou 1964 ? » Nous penchons, d’après le courrier de novembre 1963, pour une datation en 1963. []
  17. Ibid. []
  18. Archives Région Auvergne-Rhône-Alpes, HDR Clermont-Ferrand. 1087WR1, Commission régionale d’Auvergne : premiers projets (1964). Note pour monsieur Robin – Conseiller technique au Cabinet du Ministre, par Roger Delarozière, sans date (entre juin et novembre 1963). []
  19. « La question la plus délicate est sans doute celle du personnel de recherche. (…) Le concours d’étudiants serait certainement utile mais il ne semble pas qu’il puisse être très important à Clermont-Ferrand. Il semble dans ces conditions, que la formule de la rémunération par vacation soit à préconiser au moins dans un premier temps » Archives Région Auvergne-Rhône-Alpes, HDR Clermont-Ferrand. 1087WR1, Commission régionale d’Auvergne : premiers projets (1964). Annexe I : rapport d’ensemble, par Marcel Terrié, Conservateur régional des bâtiments de France. In Compte rendu de mission… Op. Cit. []
  20. Delarozière insiste en conclusion du compte-rendu, l’Auvergne est : « riche en œuvres d’art, pauvre en historien de l’art. » []
  21. Archives Région Auvergne-Rhône-Alpes, HDR Clermont-Ferrand. 1087WR1, Commission régionale d’Auvergne : premiers projets (1964). Note pour monsieur Robin… Op. cit. []
  22. Archives Région Auvergne-Rhône-Alpes, HDR Clermont-Ferrand. 1087WR1, Commission régionale d’Auvergne : premiers projets (1964). Association pour la photothèque cantalienne. Novembre 1964. []
  23. Archives Région Auvergne-Rhône-Alpes, HDR Clermont-Ferrand. 1087WR1, Commission régionale d’Auvergne : documents divers (1965-1977). 2. Procès-verbal de la réunion du 23 juin 1966 de la Commission nationale chargée de préparer l’établissement de l’Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, Ministère d’Etat des Affaires culturelles. []
  24. Archives Région Auvergne-Rhône-Alpes, HDR Clermont-Ferrand. 1087WR1, Commission régionale d’Auvergne : documents divers (1965-1977) 2. Ce groupe est constitué de Léonce Bouyssou, Conservateur d’Archives, directeur des services d’archives départementales du Cantal, Marcel Terrié, Conservateur régional des bâtiments de France, Pierre Fournier, Conservateur départemental des antiquités et objet d’arts du Puy-de-Dôme, Roger Sève, Conservateur en chef d’Archives, directeur des services d’archives départementales du Puy-de-Dôme. []
  25. Archives Région Auvergne-Rhône-Alpes, HDR Clermont-Ferrand. 1087WR1. Commission régionale d’Auvergne : création, arrêtés, nominations (1963-1985) chemise n°2. Rapport de candidature de l’Auvergne pour la mise en place d’une Commission régionale, mars 1968. []
  26. Archives Région Auvergne-Rhône-Alpes, HDR Clermont-Ferrand. 1087WR1, Commission régionale d’Auvergne : premiers projets (1964). Annexe V : Justification des projets concernant le département du Cantal. In Compte rendu de mission… Op. cit. []
  27. Archives Région Auvergne-Rhône-Alpes, HDR Clermont-Ferrand. 1087WR1. Commission régionale d’Auvergne : création, arrêtés, nominations (1963-1985) 2. Rapport de candidature… Op. cit. []
  28. Archives Région Auvergne-Rhône-Alpes, HDR Clermont-Ferrand. 1087WR1, Commission régionale d’Auvergne : premiers projets (1964). Annexe IV : Justification Op. cit. []
  29. Archives Région Auvergne-Rhône-Alpes, HDR Clermont-Ferrand. 1087WR1, Commission régionale d’Auvergne : premiers projets (1964). Annexe I : rapport d’ensemble, par Marcel Terrié, Conservateur régional des bâtiments de France. In Compte rendu de mission… Op. Cit. []
  30. CHANDIVERT, Arnauld. ” Sur les plateaux de l’histoire. La RCP « Aubrac 1964 » ” [en ligne]. In Enquêtes collectivesEthnographiques.org. Numéro 32 – septembre 2016. [Accès Internet] : http://˂https://www.ethnographiques.org/2016/Chandivert> []
  31. HEINICH, Nathalie. La fabrique du patrimoine. De la cathédrale à la petite cuillère. Paris : Éd. Maison des Sciences de l’Homme, 2009 []
  32. Dirigée par Georges-Henri Rivière. []
  33. Archives Région Auvergne-Rhône-Alpes, HDR Clermont-Ferrand. 1087WR1, Commission régionale d’Auvergne : premiers projets (1964). Annexe V : Justification… Op. cit. []
  34. CHASTEL, André, MALRAUX André. L’Inventaire général des monuments… Op. cit. []
  35. Archives Région Auvergne-Rhône-Alpes, HDR Clermont-Ferrand. 1087WR1, Commission régionale d’Auvergne : documents divers (1965-1977) 2. L’Inventaire général des monuments et des richesses artistiques du canton de Vic-sur-Cère, feuillets non datés (1971), non signé. []
  36. Deux chercheurs, M. et Mme Boissé, licenciés d’histoire de l’art, achèveront, au cours de l’été 1971, ce pré-inventaire à partir des documents déjà établis par la Photothèque cantalienne. []
  37. Inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France, région Auvergne. Canton de Vic-sur-Cère, par BUSSAC, Georges de, LECLERCQ, Jean-Paul, et al. Paris : Imprimerie nationale, (coll. “Inventaire topographique”, [n°15]), 1984. []
  38. DESACHY, Sylvie, ROSTAING Aurélia. Léonce Bouyssou parle de son métier. [en ligne]. Op. cit. []
  39. Abandonnant les notions de « monuments » et de « richesses artistiques » et devenue « Inventaire général du patrimoine culturel », l’appellation souligne mieux cette spécifique. []
  40. Pour André Chastel « l’Inventaire est surtout une colonne du vaste édifice institutionnel et professionnel qu’il est en train de contribuer à mettre en place » à savoir « la structuration universitaire d’une discipline d’histoire de l’art en pleine émergence ». KOWALSKI, Alexandra. L’Inventaire Malraux : une conquête administrative et culturelle. Op. cit. []
  41. Si ce n’est la date de l’édifice qui, pour permettre au chercheur d’avoir le recul analytique nécessaire, doit avoir remontée à 30 ans avant l’étude (une génération). []
  42. PEREC, Georges. La vie mode d’emploi. Le livre de poche, 2010. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search