Une nouvelle publication du service de l’Inventaire : Étoffes d’Auvergne : histoires de soieries sacrées

La publication Étoffes d’Auvergne : histoire de soieries sacrée1 représente la synthèse d’une étude de l’Inventaire général du patrimoine d’Auvergne-Rhône-Alpes menée de 2012 à 2019 par Maryse Durin-Tercelin, chercheur et Christian Parisey, photographe. L’étude a concerné les tissus et ornements liturgiques d’Auvergne (départements de l’Allier, du Cantal, de la Haute-Loire et du Puy-de-Dôme). Elle s’est déroulée dans près de 300 édifices, essentiellement les sacristies des églises des communes visitées selon une progression et des modalités bien définies2.

Fig. 1. Couverture de l’ouvrage. Photo © Christian Parisey /Région Auvergne-Rhône-Alpes, ADAGP – 2021.

Les tissus et ornements liturgiques ont été méthodiquement étudiés, décrits, leur technique analysée d’après les normes d’étude du CIETA (Centre international des textiles anciens). Photographiés in situ par des prises de vues professionnelles de haute définition, ils ont fait l’objet de dossiers informatisés (près de 1300) diffusés sur la plateforme internet du patrimoine régional. Dans l’ouvrage, ils sont replacés dans le contexte historique général de la production de la soie mais aussi dans leur environnement local grâce aux dépouillements bibliographiques et archivistiques.

Un contexte historique

L’ex région administrative Auvergne (avant la fusion avec la région Rhône-Alpes en 2016) comprend les départements de l’Allier (03), du Cantal (15), de la Haute-Loire (43) et du Puy-de-Dôme (63), qui correspondent avant la Révolution à l’emprise des régions historiques d’Auvergne (Haute-Auvergne et Basse-Auvergne), du Bourbonnais et du Velay, tout comme au territoire des anciens diocèses et de leur réseau d’archiprêtrés et paroisses. Au sein de ces paroisses, depuis le Moyen-Âge jusqu’au XXe siècle sont acquis et offerts des objets du culte dont une partie est parvenue jusqu’à nous, principalement regroupés dans les sacristies des églises paroissiales, parmi lesquels des tissus et ornements liturgiques.

Fig. 2. Carte des sites visités dans le cadre de l’étude “tissus et ornements liturgiques d’Auvergne” Dess. © Guylaine Beauparland-Dupuy / Région Auvergne-Rhône-Alpes, ADAGP – 2020.

 

Une partie des tissus est liée au culte des reliques. Ces tissus, parmi les plus anciens, d’origine orientale, tapissaient les reliquaires au Monastier-sur-Gazeille (43), Mozac (63) ou ont été découverts dans un dépôt de reliques à Aiguilhe (43).3.

 

Fig. 3. Aiguilhe. Chapelle Saint-Michel. Tissu aux griffons, Sogdiane ( ?), Byzance ( ?), XIe siècle. Phot. © Christian Parisey / Région Auvergne-Rhône-Alpes, ADAGP-2019.

Tout au long de l’Époque moderne et pendant la période contemporaine des traces de ces tissus considérés comme des reliques de contact sont attestées ou sont parvenues jusqu’à nous, ainsi une soutane dépecée du Père Gaschon, prêtre mort en odeur de sainteté à Ambert (63) en 1815.
La majorité des vêtements et tissus ornant l’Église d’Auvergne à l’Époque moderne et contemporaine est le fruit de commandes des fabriques ainsi que de commandes de particuliers (noblesse, clergé et par la suite bourgeoisie). Dans certains cas, lorsque les revenus des fabriques sont insuffisants, les gros décimateurs des paroisses sont tenus, par la législation, de fournir les ornements liturgiques.4
Les œuvres elles- mêmes, supports d’armoiries, permettent aussi d’identifier les donateurs, ainsi en est-il, pour l’époque médiévale et le XVIIe siècle, de plusieurs pièces de l’église Saint-Pierre de Bredons à Albepierre-Bredons, dont un ornement constitué d’un devant d’autel et une chasuble.5

 

Fig. 4. Albepierre-Bredons. Église Saint-Pierre. Ornement blanc du XVIIe siècle, déposé à la cathédrale de Saint-Flour. Détail des armoiries brodées sur le devant d’autel, appartenant à la famille de Béral et d’une famille alliée (Anglade ou Boyer). Phot. © Christian Parisey / Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, ADAGP- 2019.

 

Durant le XIXe siècle la commande officielle joue un grand rôle dans l’ameublement des églises et l’acquisition d’ornements liturgiques, spécialement dans le cas des cathédrales et des églises pauvres.

Divers types de fabricants ont pu être étudiés en Auvergne avant la Révolution : des brodeurs identifiés notamment dans les fonds d’archives du Puy-de-Dôme et de la Haute-Loire ainsi que des fabricants de tissu mentionnés par la bibliographie identifiés par analogie stylistique. Les sources permettant d’identifier fabricants de tissu et fabricants d’ornements sont peu nombreuses pour cette période.6.

 

Fig. 5. Mémoire d’une “Demoiselle Brun”, 13 déc. 1734 (Arch. dép. Puy-de-Dôme : 3 G 280-26 :26 bis h. Repro. Maryse Durin-Tercelin./ Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC.

 

Des fabricants de tissu ont également pu être identifiés aux XVIIIe siècle et XIXe siècle ; leurs productions sont conservées parmi les collections du musée des Tissus de Lyon, du musée des Arts décoratifs de Paris ou du musée d’Art et d’Industrie de Saint-Etienne. De multiples sources ont été explorées pour identifier les fabricants d’ornements étudiés des XIXe siècle et XXe siècle : les étiquettes cousues sur les ornements eux-mêmes, les annuaires commerciaux, et les catalogues de fabricants. Des sondages ont été effectués parmi les archives communales : celles de Saint-Floret, Puy-de-Dôme et Sainte-Anastasie, Cantal, notamment.

 

Les résultats : les types de tissus et broderies étudiés

Différents types de tissus ont été étudiés, en majorité des vêtements presque exclusivement du culte catholique, un seul vêtement du culte orthodoxe a été pris en compte : un phelonion au Puy-en-Velay.
Parmi les tissus étudiés, les chasubles appartiennent dans la plupart des cas à des ornements complets ou non, accompagnés de linges et garnitures liturgiques pouvant être constitués de : chapes, dalmatiques, étoles, manipules, voiles de calice ou bourses de corporal, pales, etc. Pour les cathédrales, des ensembles complets et abondants aux tissus assortis constituent les ornements pontificaux, complétés de mitres, sandales liturgiques, etc.
Des tissus d’antependium, morceaux de broderie, bannières de procession, voiles d’exposition du saint sacrement, conopées, bourses à quêter, bourses reliquaires, costumes de statues, garnitures de dais, pavillons de ciboires, costumes de suisse, mozettes7 témoignent de la diversité des tissus d’église étudiés.
Les techniques variées ont été employées dans la mise en œuvre de ces textiles, de la technique des tissus unis, façonnés, jusqu’aux techniques de broderies. Il est à souligner parmi les techniques de broderie celle ” à deux endroits ” utilisant le sorbec, d’un ornement réversible de Craponne-sur-Arzon.

Fig. 6. Craponne-Sur-Arzon (43) Ornement réversible : ornement rouge, ornement vert. XVIIe siècle Vue de la chasuble, devant. Phot. © Christian Parisey / Région Auvergne-Rhône-Alpes, ADAGP- 2017.

Fig. 7. Craponne-Sur-Arzon (43) Ornement réversible : ornement rouge, ornement vert. XVIIe siècle. Détail de broderie au sorbec. Phot. © Christian Parisey / Région Auvergne-Rhône-Alpes, ADAGP- 2017

L’association des techniques et des décors, très liée à l’évolution du répertoire iconographique des arts décoratifs contemporains, permet de dater assez souvent les pièces rencontrées. Parmi les pièces les plus anciennes plusieurs “morceaux de tissus” médiévaux ont déjà été étudiés par des spécialistes ou peuvent être rapprochés par analogie de tissus déjà étudiés. Ils ne représentent qu’un nombre restreint de pièces (moins d’une dizaine), certains, documentés ont disparu à la Révolution, d’autres ont été volés au début du XXe siècle. Parmi les pièces ou ensembles d’Époque moderne, moins d’une trentaine remontent pour tout ou partie au XVIIe siècle, la majorité, près de 30% du corpus total, a été réalisée au siècle suivant. Plus de 70% des pièces étudiées appartiennent pour tout ou partie à l’Époque contemporaine (dont les trois quarts sont du XIXe siècle). Il est à rappeler que les pièces identifiées comme antérieures à la Révolution ont été étudiées dans leur totalité quand une sélection importante a été opérée dans le vestiaire liturgique du XIXe siècle et que seuls les éléments significatifs ont été sélectionnés pour le XXe siècle.

 

L’apport de l’étude

L’étude, a permis d’étudier et d’analyser 1296 pièces ou ensembles textiles variés, représentatifs pour la plupart des arts décoratifs de l’époque de leur réalisation, parmi lesquels quelques exemples remarquables pouvant être attribués à des donateurs ou des fabricants renommés ainsi le dessinateur Jean Revel (1684-1751). Elle a permis de mettre en lumière ces ensembles patrimoniaux totalement méconnus du public car ayant perdu leur valeur d’usage, remisés parfois dans des lieux de conservation inaccessibles.

 

Vic-le-Comte (63) Ornement blanc : détail de la robe dont le dessin du tissu, vers 1730-1740 ; il pourrait être attribué au dessinateur lyonnais Jean-Revel. Phot. © Christian Parisey / Région Auvergne-Rhône-Alpes, ADAGP-2013.

 

Maryse Durin-Tercelin, chercheuse. Inventaire général du patrimoine culturel, Région Auvergne-Rhône-Alpes.

 

Pour citer cet article :

DURIN-TERCELIN, Maryse. ” Une nouvelle publication du service de l’inventaire : Étoffes d’Auvergne : histoires de soieries sacrées “. Les carnets de l’inventaire : études sur le patrimoine-Région Auvergne-Rhône-Alpes [en ligne], consulté le [date sous la forme jj mm aaaa] . URL : https: //inventaire-rra.hypotheses.org/7449

______________________________________________________________________________
Notes
  1. Auvergne-Rhône-Alpes. Service de l’Inventaire général du patrimoine culturel. Étoffes d’Auvergne : histoires de soieries sacrées / Delphine Renault, Félicie Fougère (dir) ; Maryse Durin-Tercelin (textes, recherches) ; Christian Parisey (photographies) ; Guylaine Beauparland-Dupuy (dessins et cartes) ; Sandrine Moulin (documentation). Lyon : Lieux-Dits, 2021. 224 p. []
  2. Voir le cahier des clauses scientifiques et techniques annexé au dossier : https://patrimoine.auvergnerhonealpes.fr/dossier/presentation-de-loperation-tissus-et-ornements-liturgiques-en-auvergne/1c9d6ebc-031e-4351-823d-2fded962f593 []
  3. ÉNAUD, François. ” Découverte d’objets-reliquaires à Saint-Michel d’Aiguilhe (Haute-Loire) “. Bulletin Monumental, n°1, 1964, p. 37-57 ; MICHEAUX, Robert de. ” Les tissus de la chapelle Saint-Michel d’Aiguilhe (Haute-Loire) “. Bulletin de liaison du CIETA, n°10, 1959, p. 16-21. []
  4. L’esprit des ordonnances de Louis XIV, tome second contenant… l’édit de 1695 sur la juridiction ecclésiastique / M. Salé, …Paris : Samson, 1758, p. 493 ; 533 ; 538. []
  5. https://patrimoine.auvergnerhonealpes.fr/dossier/chasuble-devant-d-autel-ornement-blanc/357bc4ba-5c1d-4d48-a9df-46ffc4025126 []
  6. Les principales pièces d’archives concernant une ” Demoiselle Brun ” et un certain ” Morel de Lyon ” sont conservées parmi les archives départementales du Puy-de-Dôme (3 G 280-26 : Compte concernant la recepte et dépense qu’a fait Mr l’abbé Delaire prévot pour l’ornement neuf destiné pour les fêtes annuelles, 24 juillet 1737 ; cote 26bis b : mémoire de Mde Brun, 13 déc. 1734 ; 26 bis h : Déboursé de Monsieur Morel de Lyon… reçu de sept. 1734). []
  7. Voir Thesaurus des objets religieux : meubles, objets, linges, vêtements et instruments de musique du culte catholique romain (Joël Perrin et Sandra Vasco Rocca, dir.). Paris : Editions du patrimoine, 1999. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search