Emile Poignant, architecte de la colonie Saint-Exupéry

En 2020, la Région Auvergne-Rhône-Alpes a fait l’acquisition du château de Saint-Maurice-de-Rémens (Ain). Ancienne demeure familiale de l’écrivain Antoine de Saint-Exupéry, le château est appelé à devenir un nouveau site culturel et touristique en hommage à sa vie et à son œuvre. Auparavant, il avait été pendant soixante ans une colonie de vacances destinée aux élèves des écoles publiques de Lyon. Alors que cette parenthèse se referme, et que l’état sanitaire très dégradé des anciens dortoirs empêchera probablement leur conservation, une opération ponctuelle d’inventaire a été diligentée pour documenter le bâti de la colonie avant travaux. Cet article se donne le double objectif de retracer l’histoire de la colonie et de proposer une rétrospective de l’œuvre de son architecte, Emile Poignant (Dijon, 1880 – Sainte-Foy-lès-Lyon, 1942). Bien qu’ayant occupé le poste d’architecte départemental du département du Rhône pendant tout le deuxième quart du 20e siècle et laissé sa marque dans le département, ce dernier reste à ce jour peu connu.

1. La colonie-préventorium de Saint-Maurice-de-Rémens

Parc arboré avec un château et un bâtiment bas en arrière-plan.

Vue d’ensemble de la colonie depuis le parc © Franck Trabouillet / Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2022.

L’acquisition du château

En 1930, la comtesse Marie de Saint-Exupéry, mère de l’écrivain, se voit contrainte de vendre le domaine de Saint-Maurice-de-Rémens qui lui avait été légué par sa grand-tante et servait à la famille de maison de campagne. Elle est accompagnée dans ses démarches par la société d’immobilier parisienne Bernheim Frères, qui s’était fait une spécialité de la vente des châteaux de l’aristocratie désargentée après la Première guerre mondiale. Ces propriétés comprenant généralement de vastes terrains sont transformées en lotissements périurbains ou en établissements philanthropiques1 . Le représentant de l’entreprise à Lyon, M. Frénéa, se présente comme “mandataire bénévole des intérêts de Mme de Saint-Exupéry qui a été recommandée à la société Bernheim”. Ayant déjà traité des affaires semblables avec la Ville de Lyon, il conseille à la comtesse de proposer directement sa propriété au maire Edouard Herriot2.

Le maire de Lyon, qui vient d’être réélu pour la sixième fois, est connu pour ses réalisations sanitaires et scolaires, notamment les créations d’institutions municipales en faveur de l’enfance. En 1907, la transformation en école de plein air du château du Vernay, résidence d’été des maires de Lyon sur les rives de la Saône, est apparue comme un geste pionnier et un acte fondateur de sa mandature3. On lui doit également l’orphelinat municipal Adolphe-Favre à la Croix-Rousse, la Maison des mères nourrices au château de Gerland (Lyon 7e) créée en 1919 et l’internat de garçons du château de Tourvieille (Lyon 5e) en 1922.

Document illustré par un dessin d'enfant juché sur un rocher, agitant son bonnet

Invitation à la kermesse de la Caisse des écoles de Lyon, portant la devise des colonies “De l’air, du soleil, de la lumière”, 1935 © Archives municipales de Lyon, 1762 W 16. 

Le maire transmet cette proposition à la Caisse des écoles de la Ville, établissement public chargé de l’aide sociale aux écoliers pauvres. Créée en 1897 sous le régime de la loi Jules-Ferry de 1882, la Caisse des écoles est présidée par le maire de Lyon, qui délègue un maire-adjoint pour son suivi. Elle est administrée au quotidien par son secrétaire, M. Burlet, par ailleurs directeur du service municipal de l’Assistance. D’abord chargée de l’achat de manuels scolaires et de livres, puis de la distribution de chaussures et de vêtements aux écoliers nécessiteux, la Caisse des écoles s’oriente vers l’organisation de séjours d’été pour les écoliers pauvres ou de santé fragile à partir de 1901, en créant la branche dite “Œuvre municipale lyonnaise des enfants à la montagne et à la mer”. En 1932, la Caisse des écoles accueille ainsi 5 300 jeunes colons scolarisés dans les écoles publiques lyonnaises. Ces enfants sont placés individuellement dans des familles ou établissements hôteliers, ou accueillis en groupes dans des locaux mis à disposition gratuite par la Ville ou les Hospices civils de Lyon. Cinq sites fonctionnent régulièrement en 1932 : le Serverin à Parmilieu (38), première colonie de vacances lyonnaise créée en 18954, l’internat de Tourvieille dans les faubourgs de Lyon ; l’école d’agriculture de Cibeins à Misérieux (01) ; le Pavillon Beauvisage aux Halles (69) et l’établissement de Sainte-Foy-l’Argentière (69). Depuis quelques temps, l’organisme recherchait activement à acquérir en propre une propriété destinée à l’organisation de ses colonies de vacances.

En novembre 1931, le président de la Caisse des écoles se met en relation avec M. Frénéa qui organise la visite d’une délégation chargée d’étudier l’opportunité de l’acquisition. A cette date, la comtesse estime sa propriété à hauteur de 350 000 francs et demande à en bénéficier sous la forme d’une rente viagère de 25 000 francs. Le projet est appuyé par une recommandation personnelle du doyen de la Faculté de médecine, le Dr Jean Lépine, qui écrit au président de la Caisse des écoles :

« Je me permets de vous le recommander. Elle n’entend rien aux affaires. C’est une artiste –  peintre de talent – mère d’Antoine de Saint-Exupéry aviateur remarquable qui vient d’avoir le prix de la Vie Heureuse. Elle a eu tous les malheurs possibles, et en fin de compte elle est pauvre. Ce serait une bonne action – et je crois aussi une bonne affaire – que de transformer sa propriété en colonie de vacances5. »

A l’issue de quelques mois de pourparlers qui conduisent la vendeuse à abaisser fortement ses prétentions financières, le comité de la Caisse des écoles valide la proposition d’achat dans sa séance du 16 mars 1932, pour la somme totale de 225 000 francs. Pour couvrir les frais d’acquisition et les travaux d’aménagement de la colonie, la Caisse des écoles contracte un emprunt de 400 000 francs garanti par la Ville6.

Les travaux d’aménagement

Les premiers travaux sont engagés dès la signature de la promesse de vente. Désireuse d’accueillir très rapidement les premières colonies, la Caisse des écoles presse la comtesse d’activer son déménagement et élabore son projet tout en fonctionnant. L’architecte Emile Poignant remet en avril 1932 un projet complet comprenant deux tranches de travaux : la transformation du château en locaux d’hébergement collectif est engagée immédiatement, tandis que la seconde phase, portant sur la construction d’un bâtiment neuf dans le parc, est repoussée à l’année suivante.

En cela, la colonie de Saint-Maurice est très représentative de cette génération de colonies de vacances, qui connaissent dans les années 1930 une floraison considérable marquée selon l’expression de Bernard Toulier par “le temps des reconversions à l’économie”7. En grande majorité, les colonies investissent alors d’anciens châteaux, d’anciennes villas ou hôtels de voyageurs en zone touristique (littoral, villes de cure), voire d’anciennes casernes ou forts militaires. Dans le contexte de crise économique, les municipalités optent pour des travaux d’adaptation à moindres frais permettant d’occuper tout de suite les lieux, pour envisager seulement ultérieurement une campagne d’agrandissement ou la construction d’une extension.

La première campagne de travaux comprend la création de groupes sanitaires (WC et lavabos) au nord et au sud, l’aménagement de dortoirs dans les appartements du premier étage et dans les combles et la construction de l’escalier de secours8. Les appartements du rez-de-chaussée sont peu modifiés et peuvent à l’occasion servir d’espaces de réunion ou de réception. Ainsi, dès le début des vacances mi-juillet 1932, une première colonie de 250 enfants est accueillie à Saint-Maurice, avec quelques déboires liés au contexte de chantier et de relative improvisation9.

Photographie intérieure d'un édifice voûté au dallage de mosaïque

La chapelle privée de son mobilier et aménagement liturgique, à l’exception de la mosaïque couvrant le sol © Franck Trabouillet, Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC.

Dans ces opérations consistant à transformer un lieu de villégiature privé en structure d’accueil collectif, la chapelle joue un rôle de marqueur important. Si les colonies d’obédience religieuse font souvent construire une chapelle imposante, formant une nouvelle aile de facture moderne, la Ville de Lyon marquée par une coloration radicale et laïque ne peut conserver la chapelle familiale des Tricaud-Saint-Exupéry. Aussi, la question du devenir de la chapelle est au cœur des échanges entre la Caisse des Ecoles et les mandataires de la comtesse de Saint-Exupéry pendant tout l’été 1932. La chapelle ne doit pas être démolie mais désacralisée et transformée en infirmerie. Il était initialement prévu entre les parties que l’aménagement de la chapelle serait entièrement démantelé aux frais de la comtesse et que le lieu soit livré dans l’état le plus neutre possible : les vitraux doivent être déposés et remplacés par du verre ordinaire, la mosaïque remplacée par un sol de ciment, les lambris et stalles démontés et bien entendu, les tables de communion retirées. Ces conditions semblent être de l’initiative de la comtesse, qui souhaitait sans doute à la fois préserver l’héritage de sa famille et vendre une partie du mobilier, mais elle ne parvient pas à financer les opérations de dépose. Elle renonce à l’enlèvement de la mosaïque avant même la signature de la vente. Mais en juillet 1932, la Caisse des écoles doit encore insister pour qu’elle procède à l’enlèvement des vitraux et des boiseries, car “les travaux de réparations sont achevés mais n’ont pas pu s’occuper de la chapelle”10. La Caisse des écoles finit par faire procéder au démontage par les entreprises chargées des travaux et entrepose les boiseries dans la cour des communs où elles restent exposées aux intempéries jusqu’à ce que la comtesse les fasse enlever. En septembre, la Ville en vient à proposer d’acquérir ces boiseries “pour se rendre agréable à Mme la comtesse”, mais on ignore quel a été leur devenir par la suite.

La construction de l’annexe

A l’automne, le comité de la Caisse des écoles examine ensuite les projets de l’architecte pour la construction de l’annexe, c’est-à-dire du bâtiment neuf qui doit être spécialement établi à l’usage des colonies de vacances, dans le parc. Le choix de cette solution architecturale plutôt que l’adjonction d’une aile moderne ou la surélévation du château présente le grand avantage d’avoir très peu dénaturé l’édifice ancien. Située à plusieurs centaines de mètres du château et en cœur de parcelle, l’annexe est totalement invisible depuis l’espace public et relativement intégrée dans le paysage.

Trois projets différents sont conservés pour la conception du bâtiment annexe, témoignant des hésitations et de l’élaboration progressive du projet. La première proposition d’Emile Poignant, datée d’avril 1932, est la moins ambitieuse et la moins coûteuse : l’annexe accueille uniquement les cuisines et le réfectoire, dans une longue galerie de plain-pied presque entièrement vitrée, avec une charpente métallique légère. Seules les fonctions utilitaires nécessitant un équipement moderne et une logistique rationnalisée sont ainsi déplacées à l’extérieur du château, et implantées au plus près du potager qui doit fournir une forte partie de la nourriture consommée sur place. Dans cette option, l’ensemble des dortoirs restent dans le château, ce qui ne permet pas d’accueillir plus de 250 enfants.

Un dessin et plan d'architecte

Premier projet pour le bâtiment de la colonie, non réalisé. AC Lyon, 1762 WP 116. © Gilles Bernasconi / Archives municipales de Lyon.

En octobre, l’architecte soumet une seconde proposition, plus ambitieuse : au-dessus du rez-de-chaussée toujours affecté au réfectoire et à la cuisine, un étage de dortoirs doit permettre d’accueillir 250 enfants supplémentaires, c’est-à-dire de doubler le nombre des pensionnaires. A l’extrémité de l’édifice, un corps de bâtiment plus élevé, desservi par un escalier extérieur et une galerie, présente son pignon couvert d’une demi-croupe. Ce bâtiment devait comporter la lingerie au rez-de-chaussée, les sanitaires et lavabos au premier étage, et quatre chambres de surveillants au deuxième étage.

Plan d'architecte en noir et blanc

Second projet pour le bâtiment de la colonie, non réalisé. AC Lyon, 1762 W 16 © Gilles Bernasconi / Archives municipales de Lyon.

Comme ce second projet représente une dépense de 800 000 francs supplémentaires, alors que la situation budgétaire de l’organisme est déjà déficitaire, le comité de la Caisse des écoles doit examiner dans sa séance du 10 octobre “s’il serait possible de transformer la colonie en institution permanente”11. Cette solution est commune à l’époque, l’activité temporaire des colonies de vacances ne suffisant pas à justifier les coûts importants d’entretien et d’acquisition des bâtiments. Plusieurs lieux accueillant les colonies de la Caisse des écoles fonctionnaient comme internats pendant l’année scolaire : le site du Serverin, pensé comme une colonie de vacances, devient ensuite un internat pour diversifier ses activités ; à l’inverse le site de Tourvieille, créé comme un internat de garçons, accueille des colonies de vacances pour ne pas laisser les locaux inoccupés pendant l’été. C’est donc afin de financer et d’amortir la construction de l’annexe que le projet de l’établissement évolue alors et devient colonie-préventorium. Le dossier de demande de déclaration d’utilité publique, déposée le 15 octobre 1932, témoigne de cette adaptation : le brouillon dactylographié porte, par deux fois, la précision “préventorium” apportée à l’encre manuscrite.

Photographie d'un bâtiment moderne de deux niveaux

Annexe de la colonie, état en 2020 © Magali Delavenne, Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC.

Le plan définitif, daté de décembre 1932 et mis à exécution en 1933, représente un compromis entre ces deux versions, avec un bâtiment plus simple, sans le corps en retour, mais présentant toujours un étage de dortoirs de capacité identique. La construction reste légère, avec une ossature métallique garnie de dalles de mâchefer.  Ainsi achevée, la colonie-préventorium est inaugurée le 24 septembre 1933. L’année suivante est construit le préau. La Caisse des écoles conduit également un important travail d’aménagement du parc et des jardins (potager et d’agrément), en particulier grâce à l’investissement personnel de M. Abrial, président de la commission des jardins, et à la mobilisation des ressources du services des espaces verts de la Ville de Lyon.

Quelques détails des menuiseries de l’annexe de la colonie et leur dessin.

L’éphémère préventorium

Avec cette désignation comme préventorium, le projet de Saint-Maurice-de-Rémens sort du seul registre de la politique scolaire et extra-scolaire pour s’engager sur le terrain sanitaire. Issu du modèle de l’école de plein air née au tout début du 20e siècle, le préventorium ne s’en distingue qu’à partir de 1922.

Reproduction d'une carte postale en noir et blanc

Le préventorium entre 1932 et 1937 : un groupe d’enfant devant le château. AC Lyon, 1762 W 119 © Gilles Bernasconi / Archives municipales de Lyon.

Le premier Congrès international des écoles de plein air, tenu à Paris, fixe alors la définition des deux établissements : l’école de plein air est définie comme un établissement d’éducation situé hors des villes, réservée aux enfants faibles mais non tuberculeux ; alors que le préventorium est destiné aux enfants atteints de tuberculose sous une forme latente, curable et non contagieuse. Alliant les missions de soin et d’éducation, il est théoriquement géré conjointement par un médecin et un pédagogue12.

Cette orientation permet d’inscrire le site de Saint-Maurice dans le cadre du dispositif antituberculeux, cause sanitaire majeure depuis la Première guerre mondiale. Dans le Rhône, trois préventoriums sont déjà administrés par la Comité départemental de lutte contre la tuberculose, à Charly et Cuire à proximité de Lyon et à Denicé aux environs de Villefranche. En 1932 et 1933, la Ville de Lyon finance chaque année la prise en charge d’une soixantaine d’enfants placés en préventorium, pour un budget de 125 000 à 130 000 francs par an. La Caisse des écoles a donc pu penser trouver un équilibre à son projet en accueillant, pendant l’année scolaire, des pensionnaires placés dans le cadre de la lutte antituberculeuse et pris en charge financièrement par la Ville de Lyon.

Reproduction d'un timbre ancien, deux enfants jouant dans une prairie

Timbre du Comité national de défense contre la tuberculose, campagne 1933 / Tiré de DESSERTINE, D. et FAURE, O., Combattre la tuberculose

C’est également l’opportunité de bénéficier de financements spécifiques attribués par le Ministère de la Santé publique, en profitant probablement de l’appui du Sénateur du Rhône Justin Godart, Ministre de la Santé Publique de juin à décembre 1932. En 1932, une subvention de 500 000 francs est sollicitée, sur les fonds de l’Outillage national ; puis en 1935 une subvention complémentaire de 200 000 francs prise sur les fonds du Pari mutuel est attribuée. En outre, la Caisse des écoles bénéficie d’une participation du Comité national du timbre antituberculeux entre 1932 et 194313. Cette campagne philanthropique d’inspiration américaine permettait de collecter chaque année des fonds considérables par la vente de timbres spéciaux : sur les quelques 20 millions de francs collectés en 1930, 30 % environ finançaient les préventoriums et autres établissements de placement des enfants à la campagne.

Cependant, il n’y a pas de traces ou de documents attestant du fonctionnement réel du site de Saint-Maurice-de-Rémens en tant que préventorium, et rien n’indique à ce stade qu’il ait effectivement accueilli des enfants tuberculeux dans le cadre d’une prise en charge médicale, pendant les périodes scolaires. La déclaration d’utilité publique stipule simplement : “Il s’agit là d’une œuvre humanitaire puisque cette propriété est uniquement affectée à recevoir des enfants malheureux, chétifs, de santé délicate, ayant besoin de grand air”14 . Cette confusion est assez commune car le préventorium est longtemps resté “le maillon faible du système antituberculeux”, imprécisément défini et mal distingué des œuvres de plein air et colonies de vacances en plein essor.

En 1937, le gouvernement de Front Populaire procède à une clarification réglementaire et administrative par un arsenal de six circulaires portant sur les établissements de prévention. Ces établissements sont classés en 5 degrés allant du dispositif souple et temporaire de la colonie ou du camp de vacances au dispositif médicalisé du préventorium ou de l’aérium. Les préventoriums, comme les colonies de vacances, font dorénavant l’objet d’un agrément délivré par la Préfecture : de fait, l’appellation de colonie-préventorium n’est plus employée à partir de 1937 et le site de Saint-Maurice ne sollicite que l’agrément au titre des colonies de vacances. Le dispositif de financement public des colonies de vacances, indépendamment de toute mission sanitaire, se met alors en place, de même que les premières instructions officielles portant sur l’organisation matérielle des colonies15 .

Quelques échos de la vie de la colonie

Les archives de la Caisse des écoles conservent plusieurs témoignages permettant de se représenter les premiers temps de la colonie de Saint-Maurice, en particulier les rapports circonstanciés rédigés par M. Abrial en 1937-193816. Ainsi, en juillet 1938, ce dernier décrit le départ de la première colonie de l’été, le 16 juillet 1938 :

450 enfants (garçons de 7 à 12 ans) départ de Perrache à 9h40 ; 6 wagons réservés pour 70 enfants et 3 surveillants. Arrivés à Leyment les wagons ont été vidés des enfants qui ont été mis sur deux rangs puis ils ont gagné à pied Saint-Maurice-de-Rémens (environ 2 km à pied) ce qui a été pour eux une bonne petite promenade avant le déjeuner. Les plus petits ont été conduits en voiture ainsi que les bagages des surveillants (plusieurs rotations avec la voiture du capitaine Dutheil).

En août 1937, le même observateur décrivait les occupations champêtres des enfants : “Les enfants étaient en promenade dans les bois communaux le long de la rivière d’Ain. Actuellement c’est l’habitude de faire amuser nos colons dans cette partie de la commune ; il y a non seulement de l’ombre mais encore une grande prairie ensoleillée.”

Mais son témoignage ne fait pas l’impasse sur les dysfonctionnements de la colonie en signalant “beaucoup d’enfants évadés pendant la première et la deuxième colonie [de l’été 1937] ; une trentaine environ”. Il constate un défaut de surveillance des enfants et remarque que “la haie n’est pas suffisante pour empêcher les enfants de passer soit pour s’évader soit pour marauder du raisin.” Les attraits de la vie au grand air n’étaient pas suffisants pour dissuader les petits pensionnaires de fuguer pour tenter de rejoindre leurs parents (le qualificatif d’évasion en dit long sur le caractère contraignant du placement en colonie). L’administrateur condamne également l’inaction de l’équipe qui ne prend aucune mesure de recherches ou de signalement des enfants disparus. Deux enfants s’étant enfuis le jour même de sa visite, M. Abrial prévient lui-même les parents en rentrant à Lyon, et ces derniers retrouvent leurs enfants sur la grand-route au niveau de Meximieux. “Quatre enfants, les trois enfants Germain et un autre, ont pu franchir la distance de Saint-Maurice-de-Rémens à Lyon dans une nuit, soit 45 kms”.

Le préau de la colonie, construit en 1935 © Franck Trabouillet, Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC.

Enfin, le rapport d’août 1938 dénonce les pratiques coercitives des adultes encadrant les colonies en même temps que la mauvaise tenue et l’indocilité des pensionnaires. Les adultes manquent d’autorité et ont recours à des punitions excessives, les enfants sont trop bruyants et manquent d’obéissance.

Nombreux enfants presque nus vêtus seulement d’un caleçon de bain et tenant leur chemise à la main. […] 80 gosses punis sous le préau, ils étaient debout devant le mur du sud et les bras élevés au-dessus de leur tête… J’ai entendu les réflexions d’un gosse qui disait « ce sont les bagnards qui sont là-bas » en me les montrant du doigt… M. Meynard me disait que certains étaient mis au cachot, je ne l’ai pas vu. C’est l’école qui continue et même plus, car ils sont à l’école six heures seulement et le reste du temps chez leurs parents, tandis qu’à la colonie ils sont sous la surveillance des maitres pendant la nuit et le jour.

Après l’interruption due à la Seconde guerre mondiale, la colonie de vacances est rétablie et l’établissement est affecté pendant les vacances scolaires à un internat qui prend le nom d’internant Saint-Exupéry à partir de 1953.  Dans son recueil de souvenirs, la sœur de l’écrivain Simone de Saint-Exupéry relate un pèlerinage personnel à Saint-Maurice17. Alors que ses souvenirs et les émotions de son enfance lui reviennent, elle compare les conditions de vie des enfants privilégiés de l’aristocratie de la Belle époque et la vie en collectivité des collégiens des Trente glorieuses. Son témoignage, faisant écho aux écrits d’Antoine de Saint-Exupéry, contribue à faire de Saint-Maurice un lieu fondamentalement dédié à l’enfance. L’importance du jeu et du contact avec la nature dans l’épanouissement de l’enfant répond pleinement au programme initial des écoles de plein air.

Des enfants jouent et de très loin, j’entends leurs voix qui appellent, répondent. Un collège d’enfants nous a remplacés. C’est bien. Ils jouent comme nous jouions, enfants. Mais pourquoi ne leur a-t-on pas laissé des arbres, une haie, une grille fermée. Une porte fermée devient seuil de mystère. On l’ouvre un doigt sur les lèvres et le cœur des enfants palpite. […] Une cloche s’agite, la cloche qui sonnait deux coups pour les repas. Les enfants vont se laver les mains et s’asseoir dans le réfectoire, entre eux ; nous, nous mangions avec les grandes personnes. Mais ensuite, nous avions tout le parc.

A la même époque, une plaque commémorative est apposée dans le vestibule du château en hommage à Antoine de Saint-Exupéry et les pensionnaires sont appelés à s’inspirer de son exemple. En tissant par-delà les générations des liens entre l’enfance du grand homme et les potentialités en germe chez les jeunes pensionnaires, et en faisant une juste place au jeu et au loisir dans l’éducation, ce court texte un peu naïf propose une vision humaniste et optimiste de l’institution et demeure le témoignage le plus émouvant de l’ancienne colonie Saint-Exupéry.

Dans cette maison Antoine de Saint-Exupéry a passé ses vacances de collégien et d’étudiant. C’est dans ce parc en contact avec la terre des hommes qu’il a appris à aimer les plantes les animaux et la vie dans ses plus humbles manifestations. C’est tout près d’ici à Ambérieu qu’il a fait son premier vol en avion et qu’a éclos sa vocation d’aviateur. Enfants, imitez-le, ayez de joyeuses vacances et ensuite ne craignez pas l’effort, travaillez avec courage pour comme lui devenir utile à votre pays et aux autres hommes.

2. L’œuvre d’Emile Poignant

Au-delà de ce seul programme, cet article offre l’occasion de mieux cerner et mettre en valeur l’œuvre et la carrière d’Emile Poignant, déjà rencontré par les chercheurs du service de l’Inventaire par le biais de deux études, les opérations d’urgence de la ville de Lyon d’une part et l’étude thématique sur les immeubles des années Trente dans les quartiers de la rive gauche d’autre part.

Immeuble urbain de 6 étages, présentant un angle arrondi.

Immeuble construit en 1941. Lyon, 238 rue Garibaldi (c) Franck Trabouillet / Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2022.

De Dijon à Paris

Né en 1880 à Dijon, Emile Poignant est l’un des derniers enfants d’une famille modeste originaire de Gilly-les-Cîteaux. Fils et petit-fils de maréchal-ferrant, il se trouve prématurément orphelin de père à l’âge de dix-sept ans. Sa formation, probablement assurée dans l’agence d’un confrère dijonnais, est mal connue, mais dès 1901 il se déclare architecte lors des formalités du recrutement militaire18.

Il complète ensuite sa formation à l’Ecole nationale des beaux-arts à Paris, puis s’installe à Melun à partir de 1906. Probablement employé dans une agence d’architecture, il séjourne quelques temps chez M. Delaboissière aux Andelys, peut-être dans le cadre de la surveillance d’un chantier.

Ce début de carrière lui permet de nouer, en 1907, un mariage bourgeois avec Emilie Misset, fille et sœur de médecins bourguignons, avec qui il s’installe à Paris. Il devient architecte patenté l’année suivante et commence à exercer à son compte. De ses réalisations parisiennes, on ne connaît pour l’instant que deux maisons situées à Melun, construites en 1910 dans le cadre du lotissement de l’ancien quartier de la cavalerie (voir le dossier sur le site de l’inventaire d’Ile-de-France) et un immeuble de Neuilly-sur-Seine appartenant au lotissement Berteaux-Dumas en 1911-1915 (voir le dossier sur la plate-forme POP).

La mobilisation

C’est la Première guerre mondiale qui déterminera l’installation d’Emile Poignant à Lyon. De constitution fragile, il n’avait pas été déclaré apte au service armé mais affecté aux services auxiliaires de l’armée en 1903, après deux passages devant le conseil de révision. De ce fait, il n’est pas appelé à l’occasion de la première mobilisation générale d’août 1914, mais trois mois plus tard, la commission de réforme de Dijon réévalue son dossier et le reconnait apte au combat. A l’âge de 34 ans, il effectue alors huit mois de campagne, pendant lesquels il est promu caporal. Evacué malade le 8 juillet 1915, il reste hospitalisé à Saint-Jean-de-Losne, Auxonne et finalement Dijon jusqu’en avril 1916.

Après cette épreuve, il n’est pas renvoyé au front mais détaché, en vertu de l’article 6 de la loi du 7 août 1915, au service d’une entreprise œuvrant à la défense nationale sur le front de l’arrière. Pendant les deux dernières années de la guerre, Poignant est ainsi affecté aux établissements Maljournal et Bourron, usine de matériel électrique à Lyon.

Après la fin du conflit, il reste au service de cette entreprise, qui deviendra en 1923 Ateliers de construction électrique de Lyon et du Dauphiné. C’est pour elle qu’il réalise ses premiers travaux d’architecte documentés à Lyon en 1920, pour le développement du nouveau site de l’entreprise route d’Heyrieux (voir le dossier d’inventaire), actuellement dans le 8e arrondissement de Lyon19.  Jusqu’en 1924, ses travaux restent dominés par l’architecture industrielle, avec les usines de la compagnie Lyon Central Métallurgie, 4 avenue Félix-Faure en 1922 et un atelier non identifié, route de Vienne, en 1924.

A cette date, Emile Poignant s’installe définitivement à Lyon, ouvre une agence dans un prestigieux immeuble de la place des Jacobins (2 rue Childebert), et commence à diversifier son activité dans la double direction de la construction privée et de la commande administrative.

Un architecte du logement urbain

Dès 1923, il construit avenue Félix-Faure un ensemble de deux immeubles de six étages pour le compte de la Société lyonnaise des immeubles en copropriété (voir le dossier d’inventaire). Ces immeubles bourgeois, ornés de ferronneries de style Art déco, présentent une façade rythmée par les décrochements verticaux (bow-windows) et horizontaux (balcons). Le n°11 conserve une loge de concierge, le n°15 est doté dès l’origine d’un ascenseur de marque Roux-Combaluzier. Par la suite, il est l’auteur de plusieurs programmes de logement destinés à une clientèle aisée dans les quartiers neufs de la rive gauche du Rhône, sur l’avenue de Saxe en 1930 et sur la rue Garibaldi en 193420 et 194121.

Large porte d'immeuble ornée de ferronneries Art Déco.

Immeuble de l’Epargne Nationale, 85 avenue de Saxe, Lyon. © Franck Trabouillet / Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC.

Remarquable pour son décor soigné en façade principale, l’immeuble de l’Epargne nationale (voir le dossier d’inventaire) possède deux circulations verticales, l’escalier principal doublé par un ascenseur d’origine, et l’escalier de service disposant d’un monte-charges (seul subsiste le monte-charges).

En parallèle, il s’inscrit dès la fin de la guerre dans la dynamique du logement populaire et social, en rejoignant l’Office central de la construction et de l’habitation créé par le maire de Lyon Edouard Herriot en 1919, afin de stimuler et encourager la réflexion sur l’habitat social. A ce titre, il est commissaire du concours du mobilier et de la décoration intérieure des habitations économiques organisé au Palais de la foire en 1921 et en 1922, puis commissaire du Salon du mobilier et arts appliqués d’octobre 192222

En 1927, il propose à la Ville de Lyon un projet pour l’un des ensembles du groupe HBM de la rue du Dauphiné, mais le lot concerné n’est pas réalisé23. Par la suite, il construit en 1930 un immeuble pour le Bureau de bienfaisance de la ville de Lyon (244 rue Garibaldi), ainsi que les HBM de la rue Parmentier pour la Société régionale des HBM de Lyon et sa région, dont il restera l’architecte jusqu’à son décès.

Premières commandes publiques

L’investissement d’Emile Poignant au sein de l’Office central de la construction et de l’habitat a probablement contribué à assurer son insertion dans les réseaux de la commande publique municipale et son rapprochement avec les services et élus de la Ville.

En 1919 et 1920, les premiers projets publics qui lui sont confiés sont l’aménagement de la Maison des étudiants dans les anciens locaux du couvent de la Nativité (actuellement Maison Jacques-Cavalier, 8 rue Jeanne-Koehler) et l’aménagement de la Maison des mères nourrices au château de Gerland (démolie : voir le dossier d’inventaire). Ces deux projets ont sans doute ouvert la voie à la commande du préventorium de Saint-Maurice-de-Rémens. Comme à Saint-Maurice, il s’agit de chantiers de restructuration de locaux anciens, possédant une certaine valeur patrimoniale, afin de les adapter à un usage collectif dans le cadre de projets à vocation philanthropique ou hygiéniste. Les contraintes du programme sont voisines : aménagement de dortoirs, d’un réfectoire, de sanitaires et salles d’eaux pour des effectifs importants, prise en compte des mêmes normes de sécurité et d’hygiène. Le second projet proposé pour le réfectoire de Saint-Maurice est d’ailleurs très proche des pavillons construits pour la Maison des Mères. Ces trois commandes portent la marque du projet éducatif et hygiéniste d’Edouard Herriot, au-delà des raisons sociales des agences et établissements chargés de la conduite des opérations. Les commanditaires étant également les mêmes, une certaine forme de porosité entre les chantiers se manifeste parfois : ainsi, en 1932, une chaudière est transférée depuis la Maison des mères pour équiper le préventorium de Saint-Maurice24.

L’architecture scolaire s’affirme comme un axe privilégié de sa carrière. Dans l’entre-deux-guerres, il se voit confier à plusieurs reprises la construction de groupes scolaires pour la ville de Lyon ou pour les communes riveraines de Saint-Fons et Caluire-et-Cuire. A Saint-Fons, dont il avait auparavant construit la salle des fêtes, Poignant érige successivement l’école de garçons (actuellement partie du groupe scolaire Jules-Vallès) en 192825 ; puis un groupe scolaire de filles avec école maternelle (actuellement Hôtel de police) en 193026. A Caluire, Poignant est  appelé en 1930 à exécuter des travaux complémentaires pour le groupe scolaire de Vassieux (actuellement groupe scolaire Edouard-Herriot)27 et celui de Cuire (actuellement groupe scolaire Jean-Jaurès)28. Ces deux programmes avaient été originellement dessinés et conduits par Marc Desplagnes, décédé en 1931. Poignant construit ensuite à Lyon le très important groupe scolaire Jules-Verne, pour le quartier en expansion de Monchat en 1934-1938.

Une école comprenant un bâtiment bas et un immeuble avec un clocheton en arrière-plan.

Groupe scolaire Jules-Verne à Lyon, 1934 © Franck Trabouillet / région Auvergne-Rhône-Alpes.

Architecte départemental du Rhône

En juin 1927, un concours sur titres est ouvert pour le recrutement d’un architecte en chef des bâtiments départementaux du Rhône. Six candidatures sont soumises29. La commission de sélection composée de cinq élus départementaux et de l’agent voyer en chef du département, M. Delaigue, porte son choix sur la candidature d’Emile Poignant, devant celle de Paul Bellemain placé en seconde position.

La fonction d’architecte en chef du département est une fonction d’expertise et de support assurée par un professionnel sans préjudice de son activité libérale. Elle n’emporte aucune forme d’exclusivité ni de monopole. Fort du prestige de ce titre, Poignant peut ainsi poursuivre de nombreux chantiers pour des commanditaires variés, tels le projet de Saint-Maurice-de-Rémens conduit pour le compte de la Caisse des écoles de la ville de Lyon cinq ans après sa nomination. Sa carrière se poursuit dans toutes les directions amorcées auparavant : le logement urbain et social, l’architecture administrative et scolaire.

Aménagement des bureaux de la Caisse Centrale de Sécurité Sociale au rez-de-chaussée d’un immeuble de logement, 27 cours de Verdun, 1933 (c) Franck Trabouillet, Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC.

L’architecte en chef assure l’inspection des bâtiments départementaux, préconise ou programme des travaux de réhabilitation, d’extension ou de construction neuve, mais ne les conduit pas nécessairement car beaucoup de projets font l’objet d’un marché ou d’un concours. Il présente chaque année un rapport sur l’état des bâtiments départementaux au Préfet et aux élus du Conseil général. Il est par ailleurs responsable des travaux d’entretien courant et de petites réparations des bâtiments départementaux. A ce titre, Poignant sera brièvement inquiété pendant l’hiver 1938-1939 suite à des dégâts importants causés dans divers locaux de l’hôtel de Préfecture par la fonte de la neige amassée sur les toitures30 (mais finalement dégagé de toute responsabilité par l’expertise).

En 1940, atteint par la limite d’âge, il devient architecte départemental honoraire. Il ne cesse pas pour autant d’exercer à titre libéral, puisqu’il obtient en 1945 l’agrément d’architecte-reconstructeur pour le département du Rhône. Poignant mentionne dans son dossier de candidature plusieurs chantiers en cours pour la société régionale des HBM de Lyon à Bron, Modane et Chambéry31.

Pendant ces treize années d’exercice, Emile Poignant est amené à intervenir sur les bâtiments publics départementaux, tels que le tribunal de Villefranche et les prisons de Lyon, par exemple32. Il dessine également la caserne de gendarmerie du 7e arrondissement de Lyon en 1938 (démolie) et cite parmi ses constructions la gendarmerie de Lamure-sur-Azergues. Sa réalisation la plus importante au service du département du Rhône est toutefois l’aile Corneille de la Préfecture, construite en 1935.

Préfecture du Rhône, bâtiment Corneille, 1935 © Franck Trabouillet, Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC.

La même année, il construit également pour le compte du Département le bâtiment dit de la Clinique, au sein du complexe psychiatrique du Vinatier, à Bron (voir le dossier d’inventaire). A titre libéral, Emile Poignant s’est également illustré dans le domaine de l’architecture hospitalière en édifiant les bâtiments de la Clinique de la Part-Dieu, créée en 1927.

La colonie Saint-Exupéry ne représente donc qu’un jalon dans la carrière d’Emile Poignant, qui s’est déployée à parts égales dans l’architecture scolaire, l’architecture hospitalière, l’architecture administrative et le logement. Fonctionnelle et peu ostentatoire, son œuvre marque d’une empreinte discrète le paysage urbain et institutionnel de la région lyonnaise de l’Entre-deux-guerres.

Magali DELAVENNE  – Conservatrice du patrimoine, chercheure au service de l’Inventaire général du patrimoine culturel – Région Auvergne-Rhône-Alpes.

Pour citer cet article

DELAVENNE, Magali. « Emile Poignant, architecte de la colonie Saint-Exupéry » Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Auvergne-Rhône-Alpes [en ligne], 1er juin 2023 [consulté le …]. URL : https://inventaire-rra.hypotheses.org/8559

Pour en savoir plus

Dossiers d’inventaire en ligne : Château, puis colonie de vacances et préventorium, maison familiale d’Antoine de Saint-Exupéry – Inventaire Général du Patrimoine Culturel (auvergnerhonealpes.fr)

______________________________________________________________________________
Notes
  1. DREYFUS, Michel. “Heurs et malheurs de l’entreprise immobilière Bernheim (c. 1890-1945)”. Archives juives. 2015/2 (vol. 48). En ligne : Heurs et malheurs de l’entreprise immobilière Bernheim (c.1890-1945) | Cairn.info [consulté le 03/04/2023] []
  2. AC Lyon. 1762 W 116. Lettre de M. Frénéa au président de la Caisse des écoles, 9 décembre 1931. []
  3. DESSERTINE, Dominique. “Les écoles de plein air de l’agglomération lyonnaise. De l’innovation sanitaire à l’internat d’assistance”. Dans CHATELET, LERCH et LUC (Dir.), L’école de plein air : une expérience pédagogique et architecturale dans l’Europe du XXe siècle / Open-air schools : an educational and architectural venture in twentieth-century Europe,  Paris, Éd. Recherches, 2003, p. 357-366. []
  4. RICHARD Elsa. Les colonies scolaires de vacances du Serverin 1895-1913. Mémoire de recherche, sous la direction d’Olivier Chatelan : Master 1 Archives, Université Lyon III Jean-Moulin. 2022. 79 p. []
  5. AC Lyon, 1762 W 116. Lettre de Jean Lépine au président de la Caisse des écoles, 9 décembre 1931. []
  6. AC Lyon, 1762 W 4. Registre des procès-verbaux des réunions de la caisse des écoles, séance du 16 mars 1932. []
  7. TOULIER, Bernard. “Les colonies de vacances en France : quelle architecture ?”. In Situ, Revue des patrimoines. 9 / 2008. En ligne : http://journals.openedition.org/insitu/4088 [Consulté le 11 avril 2023] []
  8. AC Lyon, 96 WP 11. Caisse des écoles : colonies de vacances. Achat du château de Saint-Maurice de Remens, rapport sur le fonctionnement de la colonie, liste des enfants, liste du personnel, inventaire du matériel, ravitaillement (1932-1944). []
  9. AC Lyon, 1762 W 4. Registre des procès-verbaux de la Caisse des écoles, séance du 10 octobre 1932. []
  10. AC Lyon, 1762 WP 16. Lettre de M. Burlet secrétaire de la Caisse des Ecoles à Me Marchand, notaire de la comtesse de Saint-Exupéry, du 1er juillet 1932. []
  11. AC Lyon 1762 W 4. Registre des procès-verbaux des réunions de la caisse des écoles, séance du 10 octobre 1932. []
  12. DESSERTINE, Dominique et FAURE, Olivier. Combattre la tuberculose. 1900-1940. Lyon : Presses universitaires de Lyon, 1988, p. 70 []
  13. AC Lyon, 96 WP 11. Caisse des écoles : colonies de vacances. Comité du timbre antituberculeux, campagnes 1932-1943. []
  14. AC Lyon, 1762 W 116. Déclaration d’utilité publique : demande en date du 18 octobre 1932 ; arrêté préfectoral du 22 octobre 1932. []
  15. DESSERTINE et FAURE, op. cit., et TOULIER, art. cit., p. 11-12 []
  16. AC Lyon, 96 WP 19. Caisse des écoles : rapports suite aux inspections des colonies, rapports médicaux du Dr Mayet, campagnes du timbre antituberculeux, dons de vêtements par les ouvroirs municipaux (1906-1943). []
  17. SAINT-EXUPERY, Simone de. Cinq enfants dans un parc. Paris : Gallimard, 2000. Rééd. collection Folio, 2002, 191 p. []
  18. Matricule militaire d’Emile Henry Poignant. AD Côte-d’Or, bureau de Dijon, classe 1900, matricule 1560. Les informations de résidence citées plus loin et permettant de reconstituer son parcours sont toutes tirées de la fiche matricule. []
  19. Permis de construire : AC Lyon 344 W 360 (usine, 160 route d’Heyrieux : Construction d’un grand atelier pour le service Isolants – Imprégnation. Tampon à l’adresse de l’usine.) et 344 W 368 (maison ouvrière, 192 route d’Heyrieux). []
  20. 238 rue Garibaldi []
  21. 11-13 rue Garibaldi []
  22. Mobilier et décoration d’intérieur : revue française technique des industries s’y rattachant, septembre 1921, p. 25-30 et mars-avril 1922, p. 29-34. []
  23. AC Lyon, 1 S 255, 1 S 256 et 1 S 262, trois plans également publiés dans VERGELY Jacques et alii, “Le logement populaire à Lyon et sa région Tome 2 1920-1940”, Bulletin de la Société académique d’architecture de Lyon, n°23, janvier 2017, p. 50-59. []
  24. AC Lyon, 1762 W 116 : Caisse des écoles : démarches en vue du transfert d’une chaudière de la Maison des mères de Gerland au château de Saint-Maurice-de-Rémens, juillet 1932. []
  25. AC Saint-Fons. Registre des délibérations du Conseil municipal, séance du 20 septembre 1928. []
  26. AC Saint-Fons. Registre des délibérations du Conseil municipal, séance du 26 mai 1930. []
  27. AC Caluire-et-Cuire. Réception définitive des travaux du groupe scolaire de Vassieux par les architectes Desplagnes et Poignant, 21 juin 1931. []
  28. AC Caluire-et-Cuire. Détail des travaux complémentaires au groupe scolaire de Cuire, architecte Poignant, année 1930. []
  29. AD Rhône, 4 N 6. Recrutement sur concours d’un architecte départemental : avis de concours,
    liste des candidatures, arrêté préfectoral, correspondance (1927). “Liste des candidats : MM. BELLEMAIN, 148 rue Vendôme ; CLERMONT Victor, 14 pl de la Martinière ; CUMINAL, 15 rue Marsoulan à Paris ; GOURGUET, 20 rue Ernest Cresson à Paris ; POIGNANT ; ROGNIAT”. []
  30. AD Rhône, 4 N 7. Dossiers individuels des architectes décédés ou mis à la retraite (1927-1940). []
  31. Archives nationales, 19771065/195, agrément n°2727. []
  32. AD Rhône, 4 N 270 : annexe du palais de justice de Villefranche, 1937 puis  agrandissement du palais de justice, 1938. AD Rhône, 4 N 252 : prison Saint-Paul, travaux d’assainissement des eaux usées, 1931. []

Magali Delavenne

Conservatrice du patrimoine, chercheure au service de l'Inventaire général du patrimoine culturel Auvergne-Rhône-Alpes.

More Posts - Website


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Magali Delavenne (1 juin 2023). Emile Poignant, architecte de la colonie Saint-Exupéry. Les Carnets de l'Inventaire. Etudes sur le patrimoine culturel en Auvergne-Rhône-Alpes. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qej8


Magali Delavenne

Conservatrice du patrimoine, chercheure au service de l'Inventaire général du patrimoine culturel Auvergne-Rhône-Alpes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search