Bains-douches et lavoirs municipaux à Lyon

Plusieurs établissements de bains-douches lavoirs municipaux avaient été repérés dans le cadre de l’inventaire de la Ville de Lyon. L’enquête a été poursuivie afin de préciser le nombre et l’emplacement de ces équipements : un recensement a permis d’identifier sept établissements à Lyon et deux à Vénissieux, tous conçus au cours des années 1930. Des bains-douches temporaires ont également existé notamment à Oullins dans le quartier de la Saulaie en 1967. Un projet déposé en 1933 par Tony Garnier (architecte) dans le quartier des Etats-Unis (Lyon 8e)1 n’a semble-t-il jamais abouti. Enfin, en 2019 des bains-douches sont ouverts au stade Georges Lyvet à Villeurbanne.

Les bains-douches sont conçus et vécus avant la salle de bains individuelle dans les logements à bons marché2 comme les meilleures solutions d’hygiène des corps du plus grand nombre au début du 20e siècle et de prévention de la santé. Les archives communales restent des sources réglementaires, techniques, nationales et communales, avec peu d’éléments sur l’approche sensible et sociale. Mais au détour des procès-verbaux municipaux et des correspondances techniques (travaux etc) apparaît un passé sans salle de bains (qui a perduré à Gerland jusqu’aux années 1970) et la mise en place de nouvelles normes d’hygiène (durée des douches, tarifs…une douche par semaine pour les scolaires à Vénissieux par exemple etc …). Le travail d’inventaire a permis de faire sortir de l’oubli ces établissements et de montrer en filigrane leur nécessité qui reste très actuelle.

Carte de localisation des bains-douches-lavoirs de la ville de Lyon © André Céréza/Gabriel Simunek , Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2019-2022

A l’origine des bains-douches

En France, le bain-douche inspiré du modèle anglais puis allemand fait son entrée au milieu du XIXe siècle3. C’est en effet en Angleterre que sont édifiés dès le milieu du XIXe siècle des bains et des lavoirs populaires dans toutes les villes minières. Dès 1854, L. Viguier, médecin hygiéniste, est le premier en France à en exposer les avantages, en prônant une toilette très courte, économique, par aspersion sous la douche4. Les bains-douches associés à des lavoirs vont se développer très lentement après 1892 ; ce sont à l’origine des initiatives privées dont certaines dues à des œuvres sociales.

Avis municipal Lyon, AC Lyon

A Paris, en 1898, c’est avec la création de l’œuvre parisienne des bains-douches à bon marché qu’apparaît en 1900 le premier établissement  : la fréquentation passe en une année de 34.970 à 142.116 usagers. Créer des bains-douches conçus pour le peuple, afin de permettre un lavage rapide et peu coûteux, voire gratuit, devient une préoccupation politique. Mais il faudra attendre la loi du 15 février 1902 appelée Charte de l’hygiène publique, qui rassemble les prescriptions en matière d’assainissement et de lutte contre les maladies contagieuses5 pour voir la création d’établissements municipaux. Cette initiative s’inscrit  dans l’ensemble du système de garanties et d’assurances sociales mis en place par l’état interventionniste de la première moitié du XXe siècle6. L’idée d’associer des bains-douches aux piscines, pour les écoliers et les militaires, apparaît également à la même période à Paris.

Enseigne des bains-douches Flesselles © Nadine Halitim-Dubois, Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2005

Lyon est une ville où l’hygiène publique a toujours été considérée comme importante. A la fin du XIXe siècle, la municipalité commande à la société Madeleine-Lez-Lille huit “chalets” de bains par aspersion7 qui seront installés sur certaine place de la ville8. Il s’agit d’un modèle standard ressemblant à des kiosques, en briques émaillées de 6,66 m x 3,86 m sur un sous-sol accessible par un escalier. Six cabines de douches-déshabilloirs, un débarras et un WC sont accessibles au rez-de-chaussée par un petit couloir. Une expérience qui semble-t-il est restée éphémère.

Selon Stéphane Frioux9, de nombreux exemples attestent que Lyon a été un pôle de l’hygiénisme en France au cours de la première moitié du XXe siècle. Une prise de conscience s’effectue peut-être lors du conseil municipal du 24 décembre 1923 où l’adjoint au maire de Lyon Antoine Charial10 alerte sur la situation sanitaire des quartiers ouvriers de la ville et la nécessité de créer des bains-douches11.

Sept établissements de bains municipaux ont été construits à Lyon, dans un laps de temps très bref, entre 1929 et 1934. Une dernière construction, datée de 1967, concrétise un projet élaboré dans les années 1930. Aujourd’hui, un seul de ces établissements municipaux demeure encore en activité.

Vue d’ensemble du lavoir bains-douches Flesselles © Didier Gourbin, Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2005

Lavoir et bains-douches Flesselles, 1934

Ce bâtiment emblématique, d’allure moderne, situé 4 impasse Flesselles (Lyon 1er), se signale dans le paysage par une grande cheminée en briques. Il a été construit  par les architectes de la Ville : Robert V. A., Marin J et A. Chollat12.  Il est intégré dans le périmètre UNESCO, mais malgré sa réelle valeur urbaine et patrimoniale, il a été exclu de l’Aire de Valorisation de l’Architecture et du Patrimoine (AVAP) qui concerne les pentes de la Croix-Rousse (Lyon 1er). On y trouvait un lavoir au rez-de-chaussée et des bains-douches au premier étage.

Vue générale des bains-douches lavoir Flesselles © Didier Gourbin, Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2005

Le lavoir n’est plus en activité depuis la fin des années 1980, lorsque des fissures sont apparues au fond du bassin, tandis que les bains-douches fonctionnaient encore à la date de l’enquête (2007). Ils ont été définitivement fermés en 2016. D’abord réinvesti temporairement par le théâtre du “Lavoir public”, le bâtiment a été ensuite repris par l’association culturelle “Lavoir au public”.

Détail d’une cabine de douche, carreaux de faïence © Michel Pérès, Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2019

Détail d’une cabine de douche : porte-savon © Michel Pérès, Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2019

L’édifice est constitué de deux ailes de deux étages en béton armé, formant un V sur les rues Prenelle et d’Ornano, accrochées à une tour de distribution plus élevée située à l’angle des deux rues. Chaque aile est rythmée sur les deux étages par des travées en bandeaux horizontaux. La grande cheminée haute de 35 m, de 1,20 m de diamètre,  occupe l’intérieur de la cour13. La réalisation est due à la société de BTP Peix14.

Le lavoir se compose de deux parties : le “dégraissoir” avec un grand bassin (environ 9 m de long)  couronné de 20 “planches à laver” en pierre, associées chacune à un siège numéroté, et le “rinçoir” avec un petit bassin (environ 3,50 m de long). Tout autour sont disposées une vingtaine de lessiveuses. Un séchoir, une salle pour l’essoreuse et deux WC entourent l’espace du lavoir. Sur le plan était prévu à l’origine un autre lavoir de grandes dimensions. Le plan des bains-douches, très fonctionnel, juxtapose de part et d’autre d’un large couloir central des alignements de 24 cabines individuelles, avec deux WC précédés de vestiaires. Les six baignoires d’origine n’existent plus.

Cabines de bains-douches Flesselles © Michel Pérès, Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2019

Plan des bains-douches Flesselles © AC Lyon 958WP031, 1928

Façade sur impasse Flesselles © AC Lyon 958WP031, 1928

Ce bâtiment est très bien intégré à la topographie des pentes de la Croix-Rousse. Il fait partie d’un petit ensemble urbain des années 1930 comprenant les écoles primaire et maternelle Victor Hugo, ainsi que la salle municipale Paul Garcin. Des logements étaient prévus dans le programme de l’Ecole de tissage de Lyon réalisée à proximité par l’architecte Tony Garnier, mais n’ont pas été réalisés. Ces bains-douches et le lavoir étaient à l’origine fréquentés par la population ouvrière de la Croix-Rousse, notamment les habitants de la cité HBM du clos Jouve, située non loin, en haut des pentes.

Profil de l’impasse Flesselles avec les écoles années 1930 © Nadine Halitim-Dubois, Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2021

Lavoir (Flesselles) et lessiveuses © Didier Gourbin, Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2005

Plan des lavoirs bains-douches Flesselles © AC Lyon 958WP031, 1928

Bains-douches et lavoir Bayard de la cité HBM Perrache, 1935

Cet établissement situé 30-32 cours Bayard (Lyon 2e) a été réalisé par les architectes Victor-Adrien Robert et Jean Marin. Selon leur projet de cité Habitation à bon marché, intitulé  “Standard”, pour construire économiquement des habitations offrant le maximum de bien-être, il fallait adopter un plan-type. La cité HBM qui occupe l’ensemble d’un îlot se caractérise par le traitement en arrondi des angles de rues et par des toits terrasses. Elle comprend huit bâtiments : sept affectés aux logements se répartissent de façon symétrique par rapport à l’allée centrale nord-sud, fermée à l’extrémité nord par le bâtiment abritant les bains-douches municipaux ainsi que la chaufferie signalée par sa cheminée en béton.

Cité Perrache © AC Lyon, 1930

Plan des bains-douches de la cité Perrache © Paul Cherblanc, Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2005

Lavoirs bains-douches cours Bayard © AC Lyon, 1937

Ce dernier comprend un corps central de trois étages, avec un escalier desservant les deux ailes latérales chacune d’un étage, alignées le long du cours Bayard (22m de longueur et 7,90m de largeur).  Le rez-de-chaussée est occupé par les deux compartiments du lavoir, tandis que l’étage est affecté aux douches et aux bains, avec 50 cabines de bains et autant de douches. La chaufferie et sa cheminée occupent l’arrière du corps central.

Plan de coupe des bains-douches chaudière de Perrache © SAAL

Sur la façade principale, au-dessus de l’entrée, un bas-relief représentant le lion rampant de la Ville est sculpté sous la corniche. Le lavoir a fonctionné jusqu’en 1983 : en 1955, on comptait 3.668 journées de lavoir contre 225 pour le 1er semestre 1980. Malgré une fréquentation encore importante des bains douches (14.000 entrées en 1982), le site a fermé le 11 octobre 198915.

Façade principale des bains-douches de Perrache © Nadine Halitim-Dubois, Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2019

Vue intérieur des espaces des bains-douches (archives de la SAAL)

Le 1er étage de l’aile gauche est alors affecté à un centre de soins et à des bureaux d’aide sociale. D’abord conservés en l’état dans l’autre aile, les bains-douches ont été réhabilités en 2016 par l’agence Fleurent Architectes pour accueillir les locaux de la Société Académique d’Architecture de Lyon (200 m²). En 1983, la chaufferie principale (190 m²) a été transformée en gymnase, la cheminée ayant été conservée.

Plan de façade : reconversion des bains-douches en centre d’archives SAAL © archive SAAL

Bains-douches de Saint-Just, 1938

Cet établissement situé au 15 rue des Anges (Lyon 5e) a ouvert en 1938. En 1977, un rapport municipal, tout en mentionnant le bon état général du bâtiment, pointait de graves dysfonctionnements  (la cheminée de la chaufferie devait être remise en état, les installations sanitaires étaient très vétustes, l’installation de chauffage n’était plus aux normes et la chaudière était en mauvais état) ainsi qu’une faible fréquentation et préconisait une fermeture à brève échéance. A cette date, il ne restait plus que neuf douches et trois bains en activité, tandis qu’une partie du rez-de-chaussée avait été investi par les locaux de la Maison des jeunes et de la culture de Saint-Just. L’établissement qui a fermé le 1er juillet 198016, a changé de fonction pour devenir le siège d’un commissariat de police.

Anciens bains-douches de Saint-Just actuellement commissariat de police, © Nadine Halitim-Dubois, Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2022

Façade principale sur la rue des Anges en 2002, AC Lyon, 2393W/108- Restructuration. commissariat 15 rue des Anges 4bis.

Bains-douches Delessert : dernière construction lyonnaise en 1967

En 1930, les architectes A. Robert et A. Chollat proposent au Maire de construire des bains-douches dans la cité-jardin La Mouche qu’ils édifient dans le quartier de Gerland (Lyon 7e), sur le modèle de ceux qu’ils avaient réalisés rue Paul Bert17. Le bâtiment devait occuper le centre de la cité, dans la zone comprise entre les rue de l’Effort, Challemel Lacour et Georges Gouy. Le plan d’origine comportait un lavoir de 70 places, 40 cabines douches et 11 cabines bains. Le coût de la construction était estimé à 2 millions de francs. Ce projet est jugé à l’époque trop coûteux par la municipalité, qui demande en 1932 aux architectes de concevoir un bâtiment plus modeste, tout en insistant sur l’importance de bains-douches dans ce quartier, les plus proches étant situés rue Paul Bert18. Le projet ne sera finalement réalisé qu’en 1967.

Cité jardin de Gerland © AC Lyon

Emplacement des bains-douches Delessert sur le plan de 1968 © AC Lyon

Façade principale du bains-douches Delessert © Nadine Halitim-Dubois, Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2019

Cabine douche Delessert © S. Rakotomalala, Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2019

Vue d’ensemble cité et bains-douches © Eric Dessert Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2017

Le nom de l’architecte ne figure pas sur les plans consultés19. Le rez-de-chaussée accueille 24 cabines et des toilettes, avec un accès de plain-pied aux normes pour les personnes handicapées. Le sous-sol, accessible par deux escaliers droits de part et d´autre de l’entrée principale, comprend un grand local actuellement vide qui servait à l’origine de lavoir, ainsi que la chaufferie. Ce sous-sol a accueilli dans les années 1980 un club dédié à la pratique de la boxe.

Aujourd’hui, c’est le seul établissement de bains-douches encore en activité à Lyon20. Il est ouvert gratuitement du lundi au vendredi de 7h30 à 18h sans interruption21, fréquenté majoritairement par des personnes en situation précaire (300 entrées par jour).

Cabines douches Delessert, © Antoine Cusin, BM Lyon P075700700007

Pour les deux sites de Flesselles et de Delessert encore ouverts dans les années 2000, un total de 4084 entrées est mentionné en juin 2015 pour les douches : un taux de fréquentation élevé pour Delessert (moyenne de 193 douches/jour) – les bains de Flesselles connaissent depuis 2013 une hausse moyenne de 90 douches/jour22.

Chaque site fonctionne avec trois agents par sites, il n’y a pas d’accès PMR (personne à mobilité réduite) sur ces sites. Le rapport mentionne le choix de regrouper en un seul site avec un élargissement des horaires (plus tôt le matin et plus tard pour la fermeture).

Le public des bains-douches est très hétérogène. Au côté de personnes sans domicile fixe, on retrouve des habitants du quartier voisin fréquentant les bains-douches par habitude mais également pour des raisons d’économie et pour entretenir un lien social. Viennent des jeunes, des retraités, des personnes de passage à Lyon, des travailleurs pauvres, et une population étrangère. A Flesselles, le public est majoritairement représenté par des hommes seuls, sans domicile fixe (moyenne d’âge 55 à 75 ans).

Un élargissement des horaires est réalisé en 2015 : lundi, mercredi, jeudi, vendredi : 8h à 11h10 et de 13h30 à 16h10, fermeture le mardi après-midi. Une ouverture le samedi est peut-être prévisible en fonction de l’ augmentation de l’amplitude23.

Rencontre avec Mme H. qui a habité la cité Gerland à l’âge de 8 ans

En 1974, ses parents venaient d’emménager dans la cité jardin de Gerland, dans un des immeubles de la rue de l’Effort, qui appartient à la première série de constructions entre 1924 et 1926. “Il n’y avait pas d’ascenseur, les appartements étaient munis de chauffages individuels au gaz. Un cabinet d’aisance était localisé dans le petit hall d’entrée, mais n’y avait pas de salle de bains : on faisait sa toilette dans l’évier de la cuisine, avec une grande bassine où l’on faisait chauffer l’eau”. Mme H. fréquentait les bains-douches de Gerland tous les dimanches matin avec ses deux sœurs.

Bains-douches Paul-Bert, 1925 (plan AC Lyon)

Dans le quartier de la Villette, au 215 rue Paul Bert (Lyon 3e), cet établissement d’environ 700 m² a été conçu par les architectes Robert & Chollat, qui étaient des habitués à ce type de construction. Une façade élégante de trois niveaux avec un décor céramique de couleur bleu au dernier niveau masquant l’aile sur cour des bains-douches. Les matériaux utilisés sont le béton de gravier et le mâchefer pour le gros œuvre. Il comporte une toiture terrasse  avec des lanterneaux d’aération. Le lavoir occupait le rez-de-chaussée, avec un bassin de grande taille de 70 places, chacune munie d’un bac à eau chaude et d’une planche à laver. A côté du lavoir se trouvaient les essoreuses, des bacs à eau chaude et des séchoirs. Le 1er étage était réservé à la partie balnéaire, avec une salle d’attente, les vestiaires, ainsi que 22 douches et 5 baignoires pour les hommes, 18 douches et 7 baignoires pour les femmes , tandis qu’au second étage, sur la partie en alignement le long de la rue Paul Bert, on trouvait le logement  du gardien. Le chauffage des locaux était alimenté par deux chaudières fonctionnant soit à la houille, soit au coke de gaz ou métallurgique. La cheminée en brique24 de 25 m de haut (constructeurs Les fils de A. Baudin) qui s’était effondrée en 1989 a été remplacée par une cheminée en zinc plus modeste25. L’établissement était également fréquenté par les élèves des écoles qui s’y rendaient le jeudi après-midi26. Il est désaffecté depuis le début des années 1980, et occupé entre autres par la Société d’Escrime de Lyon depuis 1984.

Vue de la façade principale, © Nadine Halitim-Dubois, Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2022

Façades des bains-douches Paul Bert © AC Lyon 1C/9265

Plan des bains-douches Paul Bert, © AC Lyon 1925

Intérieur, salle d’escrime aujourd’hui © Ville de Lyon

Bains-douches Bourgogne, 1933-1935

Le Groupe Municipal d’éducation sociale27 situé 23 rue de Bourgogne à Vaise (Lyon 9e), est un ensemble de grande taille, comprenant plusieurs constructions, dont les plans ont été conçus en 1933  par l’architecte Michel Roux-Spitz.

Théâtre Nouvelle Génération à Vaise © Nadine Halitim-Dubois, Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2019

L’ouverture des bains-douches daterait de 1935. La grande salle des fêtes devenue théâtre des Jeunes Années puis théâtre Nouvelle Génération, était à l’origine entourée par une école, les bureaux de la Sécurité sociale, la mairie, et des bains-douches. Ces derniers ont été désaffectés dans les années 1980.

1er étage : bains-douches hommes théâtre de Vaise © AC Lyon, 1933

Plan d’ensemble : théâtre, bains-douches… © AC Lyon, 1933

Rez-de-chaussée : bains- douches des femmes, théâtre de Vaise © AC Lyon, 1933

Les bains-douches sont disposés sur l’aile gauche du théâtre. A l’origine, la partie cabines femmes comprend 31 cabines douches en rez-de-chaussée. La partie cabines hommes  comprend également 31 cabines, localisées au premier étage28. Le rapport de 1977 mentionne trois bains et 10 douches disponibles. L’intérieur des bâtiments est signalé comme étant à refaire indiquant “la chute de matériaux pouvant être un réel danger”.

Bains-douches de la piscine Garibaldi, 1933 

La piscine Garibaldi inaugurée le 25 novembre 1933, a été conçue par les architectes Camille Chalumeau, (1879-1972), Hippolyte Pasquier-Sarrasin (1882-1961) et C. Colliard. Elle est localisée au 221 rue Garibaldi (Lyon 3e). Il s’agit de la seconde piscine couverte construite à Lyon après celle construite en 1908 à l’initiative privée de monsieur Delange au 49 boulevard Pommerol29. Cette piscine deviendra après 1928 le Palais d’Hiver30.

Piscine Garibaldi © AC Lyon 8PH/522 Fonds Edmond Pernet

Cette piscine est accompagnée de bains-douches qui font partie d’un programme d’équipements municipaux de bains-douches publics, « Car les logements n’ont pas de salle d’eau, [ce qui est considéré comme un luxe], pour rester propre ». C’était le cas des appartements de la cité HBM située en face de la piscine.

Cabine douche de la piscine Garibaldi © AC Lyon 8PH/525 Fonds Edmond Pernet

La piscine a été rénovée en 1975, la fermeture des bains-douches date de cette période.

Baignoire de la piscine Garibaldi © AC Lyon 8PH/526 Fonds Edmond Pernet

La piscine des Gratte-Ciels située au rez-de-chaussée du bâtiment du TNP de Villeurbanne, construite par l’architecte Môrice Leroux entre 1927 et 1934, devait également comporter des bains-douches qui n’ont pas été réalisés.

Dans les années 1960 seront créées d’autres piscines à Lyon-Villeurbanne : centre nautique (piscine du Rhône, 1960 Andouze & Tabourin), piscine Mermoz (1969 Roustit & Batton), piscine de Vaise (1969 Roustit & Batton) , piscine de Cusset-Villeurbanne (1975 Marin & Guyonnet).

Salle des bains-douches de la piscine Garibaldi © AC Lyon 8PH/524 Fonds Edmond Pernet

Piscine Garibaldi © Nadine Halitim-Dubois, Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2023

Etats des lieux en 1977 et 2016

En 1977, un rapport municipal fait le point sur la situation des établissements lyonnais31. Il souligne l’importance de la chute de la fréquentation des bains-douches, surtout sensible pour les lavoirs. Ainsi il s’effectuait 11 fois plus de journées de lavoir en 1955 qu’en 1977, 2,5 plus de bains et 3 fois plus de douches, avec un établissement de moins,  Delessert n’ayant été ouvert qu’en 1967. Cependant les chiffres de fréquentation semblent se stabiliser depuis une dizaine d’années. Autre constat, liée à l’augmentation du niveau de vie, la modification du rapport du nombre de douches par rapport au nombre de bains, qui est passé d’environ 10 à 8. Enfin, le rapport signale qu’il ne faut pas tirer des enseignements hâtifs des brusques variations de la fréquentation (positives ou négatives) qui correspondent en fait à des ouvertures ou fermetures d’établissements consécutives à des travaux, ou à des ruptures d’approvisionnement en combustibles lors de l’affaire de Suez par exemple (1956). Les six établissements ouverts avaient reçu un total de 78100 visites en 197432.

Dans les années 2000, il ne restait plus que deux établissements de bains-douches encore en activité : le site de Flesselles et celui de Delessert. En 2016, un document municipal33 note que leur public est très hétérogène. A côté de personnes sans domicile fixe, on retrouve des habitants des quartiers voisins fréquentant les bains-douches par habitude, mais également pour des raisons d’économie et pour entretenir un lien social. Viennent des jeunes, des retraités, des personnes de passage à Lyon, des travailleurs pauvres, et une population étrangère. A Flesselles, le public est majoritairement représenté par des hommes seuls, sans domicile fixe (moyenne d’âge 55 à 75 ans). Ce document préconisait de ne conserver qu’un seul site, avec un élargissement des horaires.

En 2014, les deux sites accueillaient encore un total de 30900 visites : 8 900 à Flesselles (30 personnes par jour) et 22 000 à Delessert (soit 150 à 200 personnes par jour). En 2016, la municipalité décidait de fermer le site de la rue Flesselles, considéré comme non rentable et du fait de la vétusté des installations, dont la rénovation aurait demandé des dépenses importantes. Des voix s’élevaient cependant pour regretter cette décision, qui n’était pas “à la hauteur d’une ville qui compte 500 000 habitants”, en citant l’exemple de Paris “qui a conservé 17 sites municipaux de bains-douches gratuits, confiés en gestion directe aux mairies d’arrondissement»34.

Bains-douches privés

A côté des établissements publics municipaux, d’accès peu coûteux et destinés à une clientèle modeste, il a existé à Lyon de nombreux établissements privés, à signaler toutefois deux exemples semi-privés : celui du lavoir localisé au 99 rue Sully et celui des bains-douches situés au 126 grande rue de Monplaisir qui sont concédés par la Ville de Lyon à des particuliers.

Ainsi, entre 1950 et 1970, les indicateurs commerciaux recensent chaque année au moins une vingtaine d’établissements privés, qui portent le nom de leur propriétaire ou plus rarement des appellations plus imagées : Petites douches lyonnaises, Les douches de la Plaine, Bains-douches du plateau, Modern douches… Parmi ceux-ci, les bains-douches situés 5 rue Félissent (Lyon 7e), se signalent par leur architecture. Cette construction en béton armé avec un sous bassement en pierre de taille est réalisée en 1932 par les architectes Antonin Chomel et Pierre Verrier, pour le compte de M. Meynent, propriétaire privé. Il reprend le modèle type des établissements publics, avec des baies oblongues (baies en bandeau horizontale) lui conférant un aspect très moderne35. Baptisés à l’origine Grandes douches modernes, puis apparaissant dans les années 1950-70 sous le nom de Lido douches, ils comprenaient 25 cabines de douches. Depuis leur fermeture dans les années 1980, le bâtiment est occupé par l’Armée du Salut.

Vue sud-est des Grandes Douches modernes, © Nadine Halitim-Dubois, Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2022

Plan des bains-douches Félissent © AC Lyon 344 W/1127

Façade, enseigne “Gdes Douches Modernes” © AC Lyon 344 W/1127

Il a existé également rue des Bains à Vaise (Lyon 9e), un établissement privé qui a été acheté par la Rhodiaceta36 et qui a été démoli à la fin des années 1950.

Bains-douches lavoir hors Lyon

Vénissieux

Les bains-douches et le lavoir municipaux de Vénissieux ont été construits dans les années 1930, par l’architecte Chollat37.

Ils sont situés en face de la Maison du Peuple. Le bâtiment est composé d’un corps central et de deux ailes en béton. L’une accueillait les bains-douches et l’autre le lavoir avec une partie séchoir, alimentée par le même réseau d’eau que celui des douches ; un gardien habitait dans le bâtiment central où se trouvait également l’accès de l’établissement. Ce dernier a fermé dans les années 197038.

Bains-douches municipaux de Vénissieux 1930, façade arrière © Nadine Halitim-Dubois, Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2022

Entrée principale des bains-douches municipaux de Vénissieux © Nadine Halitim-Dubois, Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2022

Le bâtiment sert actuellement de salle de sport pour un club de judo.

Entretiens de Lilian et Alain, habitants de Vénissieux nés vers 1936 

 « Dans les années 1955-1960, peu de familles possédaient une salle de bain dans leur logement. On se lavait dans l’évier de la cuisine. A l’école primaire, il était obligatoire d’aller une fois par semaine aux bains-douches. Chaque classe avait un horaire précis pour s’y rendre, toutes les semaines, été comme hiver. Ma classe et moi, nous y allions le mercredi après-midi, à 16h00.

 Dans la maison de ma grand-mère, au 18 rue Paul Bert, il n’y avait même pas l’eau courante !  Les habitants utilisaient une pompe située dans la cour et actionnée avec une clé. A l’angle des rues Paul Bert et  Victor Hugo, il y avait une fontaine Bayard publique qui sortait du mur et dont on actionnait la pompe avec une clé. »

Le programme de la Cité ouvrière PLM André Lebon  comportait à l’origine des bains-douches qui ne sont plus en activité aujourd’hui. La Cité ouvrière située dans la rue éponyme, a été construite en 1936 par la compagnie de chemins de fer P.L.M., à proximité des emprises industrielles et de la gare de Vénissieux. Elle comprend sept immeubles collectifs, de type HBM (Habitat Bon Marché) organisés selon une composition discontinue autour de la rue A. Lebon.

Bains-douches du PLM en rez-de-chaussée, cité Lebon © Nadine Halitim-Dubois, Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2022

Ils présentent une grande cohérence architecturale, avec des éléments caractéristiques des constructions cheminotes de cette époque. Les quatre immeubles principaux forment un cercle brisé enserrant un espace central traversé par la rue. Les façades sont sobres et possèdent des balcons en ferronneries, implantés régulièrement à tous les niveaux.

Le bâtiment qui abrite les bains-douches, au nord des précédents, se distingue par un corps central surélevé, avec une toiture à demi-croupe, des baies jumelles étroites en plein cintre avec un décor d’arc en briques au rez-de-chaussée, et l’absence d’éléments en saillie (balcon, bandeau). Les fenêtres du rez-de-chaussée correspondent aux cabines de douches.

Aujourd’hui, les immeubles de la Cité André Lebon ont été rénovés et les abords ont été végétalisés. Cette cité ouvrière a une valeur mémorielle, urbaine, sociale et d’usage et constitue un patrimoine remarquable qu’il importe de conserver.

La Saulaie à Oullins

Un extrait de texte intéressant nous confirme la création de bains-douches municipales à Oullins en 1967.

 « A la demande des habitants de la Saulaie vivant dans des maisons “vétustes et insalubres”, des douches municipales furent installées, en 1967, dans les dépendances de l’école Jean Jaurès. Elles accueillirent jusqu’à 822 personnes par mois (en 1968) et fermèrent en 1996. Mais ils en existaient d’autres, par exemple, rue Pierre Sémard, chez M. Durand, qui proposait aussi un lavoir »39.

Vue de l’ancienne école Jean-Jaurès (c) Google

L’école Jean Jaurès, construite en 1926, a été désaffectée puis vendue en 2009. Depuis 2014, le bâtiment accueille une résidence étudiante : « la résidence La Cité ».

Villeurbanne

En janvier 2019, avec la fermeture des bains-douches de Flesselles et devant une réelle carence en la matière à l’échelle de l’agglomération lyonnaise, la ville de Villeurbanne ouvre un dispositif de bains-douches appelé “le Phare” destiné en priorité aux familles en grande précarité encadrées par le CCAS40.

Vue d’ensemble du Phare © Google

Ces bains-douches sont ouverts dans les vestiaires et douches sportives du stade de rugby Georges-Lyvet fermé depuis fin 2018. Ils sont gérés par le Foyer-Notre-Dame-des-Sans-abri, le lieu est ouvert du mardi au samedi, de 6h30 à 17h30 et accueille une vingtaine de familles par jour..

Le Phare : douches collectives © Google

Ils comportent quatre douches collectives, une douche individuelle, une buanderie munie de trois machines à laver et de trois sèche-linge.

Nadine HALITIM-DUBOIS, Chercheure, Inventaire général du patrimoine culturel, Région Auvergne-Rhône-Alpes

Pour citer cet article : HALITIM-DUBOIS, Nadine. Bains-douches et lavoirs municipaux à Lyon. Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Auvergne-Rhône-Alpes [en ligne], 23 mars 2023 [consulté le …]. URL Bains-douches et lavoirs municipaux à Lyon – Les Carnets de l’Inventaire. Etudes sur le patrimoine culturel en Auvergne-Rhône-Alpes (hypotheses.org)



Citer ce billet
Nadine Halitim-Dubois (2023, 28 mars). Bains-douches et lavoirs municipaux à Lyon. Les Carnets de l'Inventaire. Etudes sur le patrimoine culturel en Auvergne-Rhône-Alpes. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qej6

______________________________________________________________________________
Notes
  1. AC Lyon 2S0938 bains-douches quartier des Etats -Unis, 1033 []
  2. HBM- actuellement HLM-logements sociaux []
  3. Csergo Julia, Liberté, égalité, propreté, la morale de l’hygiène au XIXe siècle, Albin Michel, 1988, p. 79 []
  4. Csergo Julia, 1988, op. cit. p. 79 []
  5. Bain Publics, 02, Région île de France, Patrimoines et Inventaire, coll. Ré-Inventaire, édit. Loco, 2017, p.53 []
  6. Csergo Julia, op. cit. p. 182 []
  7. Dufour S., les bains lyonnais, histoire, billets & jetons 1800 – 1950, ACJM, 2014, p. 222 à 224 []
  8. places Raspail, Guichard etc []
  9. Frioux Stéphane, Les batailles de l’hygiène, Villes et environnement de Pasteur aux Trente Glorieuses, PUF, Hors collection, 2013, 416p. []
  10. fondateur de la coopération de construction l’Avenir, élu socialiste, adjoint de 1919 à 1935 []
  11. Le logement populaire à Lyon et sa région 1890-1940, tome 2, SAAL, Bulletin n° 23, janvier 2017, p. 135 []
  12. AC Lyon : 0922 WP 044 2, étude de terrain, par la ville de Lyon, 1er arrondissement, 1927 []
  13. AC Lyon : 958 WP 032, plans d’architecture définitifs, installations électriques, et devis, par la ville de Lyon, 1er arrondissement, 1928 []
  14. AC Lyon : Flesselles : AC Lyon : 1740W1 , 1886-1988 []
  15. AC Lyon 1746W064 []
  16. AC Lyon 1746W064 []
  17. AC Lyon. 960 WP 29. Projet de bains-douches à la cité jardin de la Mouche. 1930 []
  18. Halitim-Dubois N, Rakotomalala S, bains-douches de Gerland, patrimoine.auvergnerhonealpes.fr []
  19. AC Lyon : 425WP12, emplacement des bains-douches Delessert []
  20. Journée d’études LALCA-EVS-LAURE, le Rize, 17 décembre 2019 []
  21. Les bains-douches au centre du mondeLAURe/LALCA(archi.fr)https://www.laure.archi.fr/?p=1124 []
  22. AC Lyon : 2848W/10 bains douches []
  23. AC Lyon : 2848W/10 bains douches []
  24. dont il reste l’embase aujourd’hui []
  25. Carrel Suzanne, Histoire du quartier de la Villette de 1850 à 1950, Editions Bellier, 1998, AC Lyon 1C/9265 []
  26. Conseil de quartier Villette-Paul-Bert JEP 2016, https://conseildequartiervillettepaulbert.files.wordpress.com/2016/12/livret-jep-2016.pdf []
  27. AC Lyon 480WP/47/4 – 1930 []
  28. AC Lyon : 1636WP/23 bains douches []
  29. Serge Dufour, les bains lyonnais, A C J M, 2014, p. 203 []
  30. salle de spectacle []
  31. AC Lyon 1746W/064, Rapport à l’attention de M. l’Adjoint aux sports, subdivision des établissements balnéaires, lavoirs, bains-douches municipaux 1977 []
  32. à signaler le programme de recherche THERMAPOLIS : un service public original entre histoire et devenir : Les bains-douches en France et en Europe de l’Ouest. Coordonné par Marie Chabrol, le programme de recherche analyse l’accès à l’eau dans les villes occidentales à travers l’exemple des bains-douches, il prendra fin en octobre 2024 []
  33. AC Lyon : 2848W/10 gestion des bains douches []
  34. https://www.leprogres.fr/lyon/2016/01/20/bains-douches-la-fermeture-confirmee []
  35. AC Lyon. 344 W/1127. Constructions neuves, 1932. 5 rue Félissent, A. Chomel et P. Verrier architectes []
  36. grande usine de textile artificiel localisée à Vaise []
  37. Association Viniciacum et entretiens avec une ancienne habitante de la cité et membre de l’association []
  38. Halitim-Dubois Nadine, Giacovelli Alice, 2022,URL : Bains douches et lavoir municipaux de Vénissieux – Inventaire Général du Patrimoine Culturel (auvergnerhonealpes.fr. []
  39. Ville d’Oullins, « 100 ans de vie à Oullins – Promenade d’un siècle à l’autre : 1903-2003 », 2003 []
  40. https://www.20minutes.fr/lyon/2651427-20191114-villeurbanne-mairie-va-ouvrir-bains-douches-familles-abri []

1 réponse

  1. 11/05/2024

    […] lavoirs publics à Lyon. S’appuyant sur les travaux de Stéphane Frioux, elle écrit dans un article de mars 2023, que « Lyon a été un pôle de l’hygiénisme en France au cours de la première moitié du XXe […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search